«Les montres font rêver les gens, mais peu d’entre eux peuvent s’en offrir une.» Dans une démarche artistique, proche de l’art contemporain, il s’est mis en tête de «démocratiser le luxe». Yvan Arpa a donc acheté cinq modèles iconiques, de cinq marques non moins légendaires (Rolex, Patek Philippe, Audemars Piguet et Cartier), et il les a fait… fondre, dans une fonderie du canton, devant notaire, pour constituer «une flaque d’acier».

S’est-il servi de ce magma pour produire d’autres montres? Pas tout à fait ! «Avec le mélange de laiton, de rubis et de SuperLuminova, le matériau n’aurait pas été de bonne qualité», précise-t-il. Le Genevois a néanmoins produit trois séries, limitées à 494 pièces (le total de 1482 correspond au point de fusion de l’acier), avec mouvement manufacture, certifié COSC, et appliques en fibre de carbone dans le boîtier. Chacune de ces montres porte une plaque, vissée sur le côté, fabriquée avec le métal fondu.

«Les montres font rêver les gens, peu d’entre eux peuvent s’en offrir une» «Il n’y a pas de provocation là-dedans, il faut voir ça comme un acte artistique, réalisé dans le respect des anciens et de la tradition horlogère», explique le Genevois. «Rien ne dure dans ce monde, tout est recommencement…» Ces montres, baptisées Magma, sont vendues dès ce matin sur le site Qoqa au prix de 990 francs. Jusqu’à l'épuisement du stock. Reste à savoir désormais si les marques concernées goûteront à cette démarche quelque peu iconoclaste… (TDG)