la fonderie et piwi

Le blog de l'amicale AAESFF

Pour ne rien dire, ou presque, Pour ne pas s’envoler dans le commentaire, Pour rester à la confluence du savoir et de l’ignorance : au pied du mur. Montrer : comment c’est , comment ça se passe, comment ça marche. Diviser les discours par des faits, Les idées par des gestes, par des photos Juste les commenter quotidiennement

Logo Elkem 1-6-16 Logo AMF 1-6-16 Logo EuropIron 12-7-16 Logo Brefond 19-7-16 Logo sogemi 24-10-16 Logo FirstAlloys 23-12-16



Visiteurs : 1012141
Aujourd'hui : 33
En ligne : 4

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

"On va continuer" : Métal Aquitaine (Fumel 47) sur le point de sortir de la période de RJ

La Dépêche - L'usine Métal Aquitaine de Fumel emploie désormais 38 salariés./ Photo DDM archives J. Sch.

Après l’audience du tribunal de commerce d’Agen, ce matin, statuant sur la situation de l’entreprise après 13 mois de redressement judiciaire (RJ), le PDG de l’usine métallurgique Métal Aquitaine de Fumel, Francis Pozas, doit publier cet après-midi un communiqué conjoint avec ses 38 salariés. "On va continuer", confie d’ores et déjà Francis Pozas, joint par téléphone à la sortie d’une audience dont l’objectif principal pour Métal Aquitaine était de faire valider son plan de continuation. "Le tribunal nous demande de mieux spécifier certains documents, ce qui est normal. Nous allons le faire, en espérant sortir de cette période de RJ d’ici la fin de l’année."

Rachetée à l’Italien GianPiero Cola par Francis Pozas au printemps 2015 après 3 mois de grève et 93 licenciements, l’usine de Fumel avait de nouveau été placée en redressement judiciaire 18 mois plus tard, le 2 novembre 2016. Repartie avec 43 salariés en avril 2015, Metal Aquitaine, qui fabrique des pièces de fonderie type virolles, compte désormais 38 salariés. Ce qui rend "optimiste" en cette fin 2017 l’actionnaire Francis Pozas ? "Aujourd’hui nous avons une trésorerie positive, on a une visibilité à long terme, l’assurance de faire notre budget 2018. On a réglé certains problèmes, on travaille mieux, on est mieux formé, ce qui n’était pas le cas l’an passé. Mais c’est un métier où il faut se battre : on a des cycles de production long. Si on produisait vite et qu’on était payé à 30 jours, ça serait plus simple, mais ce n’est pas le cas. Là on a de nouveaux clients, un carnet de commandes plein. On continue."

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet