la fonderie et piwi

Le blog de l'amicale AAESFF

Pour ne rien dire, ou presque, Pour ne pas s’envoler dans le commentaire, Pour rester à la confluence du savoir et de l’ignorance : au pied du mur. Montrer : comment c’est , comment ça se passe, comment ça marche. Diviser les discours par des faits, Les idées par des gestes, par des photos Juste les commenter quotidiennement

Logo Elkem 1-6-16 Logo AMF 1-6-16 Logo EuropIron 12-7-16 Logo Brefond 19-7-16 Logo sogemi 24-10-16 Logo FirstAlloys 23-12-16



Visiteurs : 1012141
Aujourd'hui : 33
En ligne : 2

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Saint Eloi Centre-Auvergne : Loiret-Affinage nous ouvre grandes ses portes

C’est à deux intéressantes visites que nos amis Pierre, Patrice et Sébastien nous ont conviés pour la Saint Eloi de la Région Centre-Auvergne ce vendredi 1er déc .

Monsieur Laurent Truffy (ici avec un chapeau) Président de Loiret-Affinage accompagné de son fils et d’Olivier Brazier (ESFF 86) nous ont fait visiter en détail cette affinerie d’aluminium (2ème fusion) d’une capacité de production de 12 000 tonnes par an.

« Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme », cet aphorisme de Lavoisier bien connu de tous les fondeurs et ici, d’un recycleur, a pris tout son sens sous nos yeux.

A partir de matières premières « secondaires » (des déchets) une nouvelle vie va poindre : d’abord celle de lingots qui devront satisfaire aux exigences d’une clientèle hautement spécialisée de quelques constructeurs automobiles, et d’une quantité (encore importante ?) de fondeurs d’aluminium.

De l’arrivée des matières premières venues des « 4 coins de l’hexagone » et même d’une bonne partie de l’Europe à la livraison de ces produits finis appartenant à une liste d’alliages élaborés & affinés pour la sous pression (NFA 703) et pour le sable & la coquille (NFA 702),

nous avons pu suivre le processus de fabrication : préparation des matériaux , tris (y compris manuels ) analyses chimiques , enfournement , fusion, traitement et affinage , coulée sur chaîne, voire dans des poches isothermes pour prendre la route plus rarement. Lorsqu’on utilise des chutes propres, il ne se pose en pratique aucun problème d’environnement. Mais tous les déchets ne sont pas propres ; aussi l’affinerie met en œuvre des techniques élaborées dans le double souci de minimiser les nuisances et d’optimiser le taux de récupération du métal recyclable.

Étonnamment, les contrôles des processus internes font l’objet de sévères contrôles par toutes sortes d’organismes habilités pour un coût équivalent à 3 000 € par salarié lesquels sont 27 à l’effectif. Ils auront élaboré, le mot n'est pas trop fort 8 000 tonnes cette année après une perte au feu (crasses & oxydes ..) de 2 000 tonnes et pour un chiffre d’affaires de 15 millions d'€. L'énergie ici c'est le gaz qui représente 80 % des coûts. Maurice Alaphillippe (esff 74) avec M.& Mme Renzo Cappeleto ont eu plaisir de se remémorer le Lycée Technique de Montluçon où il y a quelques années, ils ont fait leurs premiers pas vers la fonderie.

Pour tout cela : Merci M. Truffy.

My Little Blog Fonderie Le recyclage des capsules ... What Else ? Recycler les petites emballages alimentaires en aluminium ou en acier, pas si simple

car ils sont partout (dosettes de café, opercule de yaourt, ...), ils sont petits (faible valeur individuelle) et sont mélangés autre autres déchets et en gros tout le monde s'en fout (pas bien ça les gars. Et votre conscience environnementale, elle est où ? oui, elle est où ?). Ces petits emballages constituent pourtant un tonnage non négligeable (60 000 t/an), encore faiblement recyclé. Une filière à développer donc et en progression.



Un projet initié en 2014 Pour rappel, ce projet, initié en 2014, vise la mise en place de la première filière de recyclage dédiée aux emballages légers en aluminium et en acier en France. Les sachets et poches de compote, les capsules de bouteilles, les dosettes de café et thé, les opercules et couvercles, les emballages de fromages frais ou encore les bougies chauffe-plat, le poids total de ces déchets à recycler représente 60.000 tonnes par an. Les partenaires du projet visent comme objectif de passer de 9 à 30 millions de Français en mesure de trier et recycler tous leurs petits emballages en métal d'ici 2022."L'engagement des élus et des collectivités est primordial dans l'atteinte de cet objectif", soulignent-ils. Dix-neuf centres de tri équipés Sur l'année 2016, 338 tonnes d'emballages en aluminium ont été recyclées grâce au projet Métal, soit 65% d'aluminium de plus qu'en 2015. "Le mouvement est en marche, ce sont désormais 19 centres de tri qui sont aujourd'hui équipés pour trier industriellement les emballages métalliques légers. Nombre d'autres centres de tri, en rénovation ou en construction, sont intéressés par cette innovation et prévoient de la mettre en œuvre prochainement", ont ajouté les partenaires. Source : https://www.actu-environnement.com/ae/news/projet-metal-2018-2020-signature-charte-recyclage-emballages-aluminium-30113.php4

Commentaires

1. Le dimanche, 3 décembre 2017, 18:41 par patrice

Monsieur Truffy, J’ai retrouvé le phrase que vous avez prononcé lors la présentation de votre entreprise, ’’ Ici on redonne vie à la matière’’.

Ce retour à la vie de la matière dans notre industrie passe par les mains d’entreprise comme la vôtre, et c’est une des forces de la fonderie.

Les pièces qui naissent aujourd’hui retrouveront plus tard une autre vie, lorsque l’ensemble à laquelle celles-ci appartiennent, aura atteint son obsolescence programmée ou non.

Les entreprises qui intègrent des pièces de fonderie dans leur production peuvent s’assurer que celles-ci seront dans le futur recyclables !

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet