la fonderie et piwi

Le blog de l'amicale AAESFF

Pour ne rien dire, ou presque, Pour ne pas s’envoler dans le commentaire, Pour rester à la confluence du savoir et de l’ignorance : au pied du mur. Montrer : comment c’est , comment ça se passe, comment ça marche. Diviser les discours par des faits, Les idées par des gestes, par des photos Juste les commenter quotidiennement

Logo Elkem 1-6-16 Logo AMF 1-6-16 Logo EuropIron 12-7-16 Logo Brefond 19-7-16 Logo sogemi 24-10-16 Logo FirstAlloys 23-12-16



Visiteurs : 1012141
Aujourd'hui : 33
En ligne : 2

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

La fin des cadres

Henri Gibier - Les Echos C'est ni plus ni moins que la fin de la retraite des cadres en tant que telle qui vient d'être entérinée ce vendredi avec la conclusion des négociations entre le patronat et les syndicats sur la fusion de l'Agirc et de l'Arrco, décidée il y a déjà deux ans.

Les deux caisses ne feront plus qu'une, les divers droits familiaux étant alignés sur le plus avantageux des deux régimes. Cet accord confirme la création, actée dès 2015, d'un système de bonus-malus sur les pensions pour inciter les salariés à travailler plus longtemps.

Seuls syndicats opposés à l'accord, la CGT et FO estiment qu'il entraînera fatalement une baisse du niveau des pensions, ce que contestent tous les autres signataires. Les cadres continueront à payer des cotisations spécifiques équivalentes à celles qui existent.

Il n'empêche, c'est très largement sur l'existence d'un régime de retraite particulier géré par l'Agirc que la catégorie des cadres s'est imposée après guerre dans le paysage social français. Une originalité par rapport à la plupart des autres pays comparables, qui a nourri une mythologie sur un certain standard social et style de vie propre à ces salariés, dont l'apogée se situe dans les années 1960 et 1970.

Les révolutions managériales des dernières années ont transformé en grande partie ce statut en fiction. Avec la disparition du régime de retraite autonome, c'est ce statut lui-même qui subit un coup symbolique probablement mortel.

Commentaires

1. Le samedi, 18 novembre 2017, 17:42 par Mèkilékon

La disparition de ce statut bien franchouillard sera une bonne chose.

Une survivance, (comme le train de vie de nos "monarques présidentiels", leurs ministres et nombre de hauts fonctionnaires, comparé à ceux en vigueur en Europe du Nord ou en Allemagne), de l'Ancien Régime, avec ses "seigneurs"

et la classe des vilains et de la populace.

Un grand pas vers plus d'égalité...

2. Le vendredi, 1 décembre 2017, 13:45 par logiciel planning

le planning des cadres pour la retraite est déjà ficelé par nos élus, plus cela va plus il faut continuer

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet