la fonderie et piwi

Le blog de l'amicale AAESFF

Pour ne rien dire, ou presque, Pour ne pas s’envoler dans le commentaire, Pour rester à la confluence du savoir et de l’ignorance : au pied du mur. Montrer : comment c’est , comment ça se passe, comment ça marche. Diviser les discours par des faits, Les idées par des gestes, par des photos Juste les commenter quotidiennement

Logo Elkem 1-6-16 Logo AMF 1-6-16 Logo EuropIron 12-7-16 Logo Brefond 19-7-16 Logo sogemi 24-10-16 Logo FirstAlloys 23-12-16



Visiteurs : 996352
Aujourd'hui : 869
En ligne : 3

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Face aux besoins criants de main-d’œuvre dans le secteur de la fonderie et de la métallurgie,

Une meilleure planification s'impose.... au Québec (!)

les employeurs auraient intérêt à améliorer leur planification des départs à la retraite dans le cadre général d’une gestion prévisionnelle en ressources humaines.

C’est pourquoi le Comité sectoriel de main-d’œuvre de la métallurgie du Québec (CSMO-Métallurgie) mettra sur pied un comité prévisionnel visant à aider les entreprises dans le domaine. Cette décision fait suite à la publication du dernier Portrait de l’industrie métallurgique du Québec pour la période 2017-2020.

De passage à la Fonderie Saguenay dans le cadre d’une tournée provinciale, Steve Morin et Denis Trottier, coprésidents du CSMO, ont fait le point mercredi avec les intervenants du monde scolaire sur les façons de rendre attrayants les métiers liés à la fonderie-métallurgie.

Comme c’est le cas dans plusieurs secteurs d’activités, la main-d’œuvre se fait vieillissante dans la première transformation des métaux qui compte 20 336 travailleurs actifs au Québec. La cohorte de main-d’œuvre la plus importante chez les travailleurs se situe entre 45 à 54 ans et elle représente 34 % du total.

Avec les prises de retraite, le recrutement est plus ardu pour certaines catégories de travailleurs, entre autres pour les superviseurs, les métiers d’entretien et techniques. En fait, 76 % des entreprises estiment difficile de recruter un nouveau directeur de premier niveau. Les postes d’électrotechniciens, électriciens industriels, mécaniciens de machines fixes et techniciens en métallurgie sont particulièrement difficiles à pourvoir, explique M. Morin. Pendant ce temps, les écoles de formation comme le Centre de formation professionnelle (CFP) de La Baie et le Cégep de Chicoutimi peinent à recruter des cohortes d’étudiants, comme l’a démontré Le Quotidien la semaine dernière.

Le portrait de situation indique que 60 % des entreprises n’ont pas de pratique de planification des départs à la retraite, une situation qui apparaît étonnante compte tenu du contexte aux yeux du CSMO. « Avoir une bonne planification de la main-d’œuvre est essentiel puisque les cycles de dix ans raccourcissent. On parle maintenant de semestres, de trimestres, d’où l’importance d’avoir une gestion prévisionnelle robuste », explique M. Morin.

Face à la pénurie de compétences, l’industrie discute avec les milieux de l’éducation de certaines pistes de solutions pour se rendre attrayante comme l’établissement de programmes de travail-études, la mise à contribution de stagiaires tout en démystifiant la fonderie-métallurgie. L’utilisation de plus en plus courante de technologies propres et de l’informatique constituent des arguments tout comme des conditions de travail et salariales attrayants et des emplois permanents en milieux industriels.

Des démarches doivent également être entreprises pour attirer les membres des ethnies et les femmes dans ces milieux.

Soulignons que le Saguenay-Lac-Saint-Jean a un poids important dans le secteur puisqu’on y retrouve 18 % des entreprises de première transformation des métaux, ce qui la classe au troisième rang derrière la Montérégie (24 %) et la région de Montréal (19 %).

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet