la fonderie et piwi

Le blog de l'amicale AAESFF

Pour ne rien dire, ou presque, Pour ne pas s’envoler dans le commentaire, Pour rester à la confluence du savoir et de l’ignorance : au pied du mur. Montrer : comment c’est , comment ça se passe, comment ça marche. Diviser les discours par des faits, Les idées par des gestes, par des photos Juste les commenter quotidiennement

Logo AMF 1-6-16 logo cavenaghi Logo BMF 5-10-18 Logo JML oct 2018 Logo Elkem 1-6-16

Logo Ampere Alloys



Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

L’industrie : essentielle pour le développement des territoires

Olivier Luansi

Croire en l’Industrie du futur, c’est aussi croire en l’avenir de notre industrie. Elle porte en elle les éléments pour imaginer la place que ce secteur occupera demain dans notre économie. Au-delà de ses bénéfices directs, l’industrie a aussi la capacité de générer des gains indirects notamment à travers le développement du territoire.

Les usines, les ateliers ne peuvent pas se développer au cœur des grandes métropoles, où le prix du foncier, le développement urbain et les contraintes logistiques sont rédhibitoires. A l’inverse, les services et les projets commerciaux se concentrent dans les grandes villes. L’analyse des investissements étrangers et de leur implantation sur le territoire français permet de constater que 69% des investissements industriels étrangers sont localisés dans les villes moyennes ou dans les territoires ruraux, tandis que seulement 15% des projets de services s’y installent. On constate donc un décalage majeur entre, d’une part, la répartition des 212 projets industriels en 2016 dans les villes moyennes et dans les territoires ruraux et, d’autre part, la polarisation des 367 projets de services et commerciaux autour des 10 plus grandes villes françaises.

Le Livre blanc Croire en l’Industrie du futur et au futur de l’industrie met clairement en évidence un double mouvement au sein des entreprises lié à « l’industrie du futur » : d’une part un gain de productivité accéléré dans les ateliers de production, de l’autre la création de services « on-top » des biens et produits industriels.

Si les industriels eux-mêmes développent ces services associés, alors les emplois induits auront une grande probabilité d’être dans les bassins d'emplois qu’ils occupent déjà et de compenser ceux des gains de productivité. Si en revanche des entreprises du numérique développent ces services (phénomène de désintermédiation), alors ces emplois se localiseront au mieux dans les grandes métropoles, laissant les villes moyennes et les territoires ruraux gérer les gains de productivité industrielle, sans contrepartie de nouvelles activités.

L’industrie et les services associés semblent donc clairement être une des clefs de la richesse et de la vitalité des villes moyennes, contribuant ainsi à l’équilibre d’un territoire national. De plus, pour un emploi industriel, on compte la création de trois emplois induits dans le reste de l’économie : commerces, services, sous-traitants, transporteurs, etc.

L’industrie porte en elle la capacité de créer de la richesse dans les villes moyennes, de manière pérenne et à ce titre de participer au développement territorial.

Retrouvez la totalité du livre blanc Croire en l’Industrie du futur et au futur de l’industrie sur le site d’EY.

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet