la fonderie et piwi

Le blog de l'amicale AAESFF

Pour ne rien dire, ou presque, Pour ne pas s’envoler dans le commentaire, Pour rester à la confluence du savoir et de l’ignorance : au pied du mur. Montrer : comment c’est , comment ça se passe, comment ça marche. Diviser les discours par des faits, Les idées par des gestes, par des photos Juste les commenter quotidiennement

Logo Elkem 1-6-16 Logo AMF 1-6-16 Logo EuropIron 12-7-16 Logo Brefond 19-7-16 Logo sogemi 24-10-16 Logo FirstAlloys 23-12-16



Visiteurs : 1144671
Aujourd'hui : 391
En ligne : 4

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

SCULPTEUR CHARENTAIS POUR UN INVENTEUR NORMAND.....

Reproduction du « Vélocipède à vapeur »

de Louis Guillaume Perreaux (1816-1889)

La première moto de l’Histoire

Louis Guillaume Perreaux est né à Almenêches le 19 février 1816, adolescent il réalise une canne-fusil dont les subtilités sont remarquées par le gouvernement et profiteront aux fusils de guerre. Il rentrera comme boursier à l’Ecole des Arts et Métiers de Châlons-en-Champagne. Protégé par le savant François Arago, au cours de sa vie, il fut inventeur, ingénieur-mécanicien, poète et peintre. Par ses nombreuses découvertes, Perreaux fut un acteur incontournable de la révolution industrielle. Jules Vernes fera référence à la machine à diviser de Perreaux dans son roman Robur le Conquérant. L’Académie des Sciences ainsi que l’industrie mondiale de son temps salueront son génie inventif. Mais sa plus extraordinaire invention, pour laquelle il a consacré de nombreuses années de sa vie, fut la première moto de l’Histoire. Les essais de cette machine révolutionnaire débutent dès 1871. Avec la première moto, ce pionnier participera aux Expositions Universelles à Vienne en 1873, à Philadelphie en 1876, à Paris en 1878. Maybach et Daimler s’inspireront de la machine de Perreaux afin de réaliser le premier deux roues propulsé par un moteur à explosion. L.G. Perreaux décède à Paris le 5 avril 1889. Il repose dans l’ancien cimetière d’Almenêches situé au nord de son abbatiale.

Une vie vouée à l’invention

Sa curiosité intellectuelle et sa fertilité d’esprit marquèrent son siècle et se révélèrent dans les domaines les plus divers. De 1840 à sa mort, Perreaux ne cessa d’inventer : un bateau sous-marin et une hélice à pas variable, la soupape à clapets, un dynamomètre, le canon d’artillerie multicharge à longue portée, la machine à diviser le millimètre en 1500 parties, le stockage inertiel de l’énergie dans les transports… Et en 1871, le vélocipède à grande vitesse à vapeur… Perreaux est bien l’inventeur de la première moto de l’Histoire.

Reproduction – échelle 1 – réalisée par Frédéric NOBILI, sculpteur et ami de JNM (Jean-Noel MARTIN) Matériaux : bronze et acier patiné – détails mécaniques simplifiés.

acier et bronze, du beau travail …

MAJ : pour en savoir plus sur la première moto et son inventeur...

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet