la fonderie et piwi

Le blog de l'amicale AAESFF

Pour ne rien dire, ou presque, Pour ne pas s’envoler dans le commentaire, Pour rester à la confluence du savoir et de l’ignorance : au pied du mur. Montrer : comment c’est , comment ça se passe, comment ça marche. Diviser les discours par des faits, Les idées par des gestes, par des photos Juste les commenter quotidiennement

Logo AMF 1-6-16 logo cavenaghi Logo BMF 5-10-18 Logo JML oct 2018 Logo Elkem 1-6-16

Logo Ampere Alloys



Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Inégalité, inefficacité et complexité :

Formation : un big bang qui inquiète. par ALAIN RUELLO

Emmanuel Macron mise à fond sur le compte personnel de formation (CPF) - AFP Quinze milliards d’investissements seront inscrits dans le budget 2018. Et une loi structurante sera votée au début de l’an prochain.

Pour réformer la formation professionnelle, le nouveau président prévoit d'agir en deux temps.

Tout d'abord, l'inscription dans le budget 2018 des 15 milliards promis pour les chômeurs et les jeunes décrocheurs. Pas question de ­perdre du temps, ne serait-ce que pour ne pas briser l'élan du plan « 500.000 » formations supplémentaires de chômeurs, lancé en 2016.

Ensuite, viendra l'autre pilier de la réforme. Il fera l'objet d'une loi au premier semestre 2018 et il s'annonce plus houleux. Comme pour l'assurance-chômage, il risque, en effet, de froisser les partenaires sociaux, peu disposés à l'idée de voir réduit l'un de leurs prés carrés. La concertation va vite démarrer, même si les grandes lignes sont déjà sur la table.

CPF survitaminé Compte personnel de formation.

Pour remédier aux trois maux - inégalité, inefficacité et complexité - qu'il impute au système français, le nouveau chef de l'Etat mise à fond sur le compte personnel de formation (CPF), qui garantit à chaque actif des heures toute sa vie. Mais un CPF survitaminé. Financé, à terme, par la totalité du « 1 % employeur », il serait élargi à des formations non certifiantes délivrées par des organismes labellisés, le salarié s'adressant directement à eux (« Les Echos » du 19 avril).

Les nombreux organismes paritaires qui servent d'intermédiaires risquent de ne pas en sortir indemnes. Mettant en avant les bénéfices de la réforme de 2014, qui a simplifié le paysage, les intéressés ont commencé à défendre leur valeur ajoutée.

Parce qu'il est prévu d'y associer les régions et la société civile, la réforme de l'apprentissage demandera un peu plus de temps et pourrait faire l'objet d'une loi dédiée.

A. R., Les Echos

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet