la fonderie et piwi

Le blog de l'amicale AAESFF

Pour ne rien dire, ou presque, Pour ne pas s’envoler dans le commentaire, Pour rester à la confluence du savoir et de l’ignorance : au pied du mur. Montrer : comment c’est , comment ça se passe, comment ça marche. Diviser les discours par des faits, Les idées par des gestes, par des photos Juste les commenter quotidiennement

Logo JML oct 2018 Logo BMF 5-10-18 Logo Elkem 1-6-16 Logo Ampere Alloys Logo AMF 1-6-16

Visiteurs : 48491
Aujourd'hui : 648
En ligne : 2

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

A la découverte de la fonderie Vincent, fleuron de l'industrie brignairote (69)

Découvrez, en images, les coulisses de cette usine pas comme les autres. Source Le Progrès

Entreprise familiale implantée à Brignais depuis 1924, la fonderie Vincent est devenue, au fil des ans, une référence régionale dans la réalisation de pièces moulées, aussi bien pour le secteur industriel qu’artistique. De la simple pièce pour pompe hydraulique au carter pour machine à broder, en passant par la rénovation de la célèbre fontaine des éléphants de Chambéry, la société a fait de la diversité sa marque de fabrique. La fonderie Vincent nous accueille par ce majestueux pachyderme daté de 1838, issu de la célèbre fontaine des "Quatre sans cul" de Chambéry, que l'usine a rénové en 2015. toutes les photos sont de Gautier Stangret Les vestiges de cette rénovation sont d'ailleurs encore visibles dans la cour de l'usine. Ces éléphants démembrés ont servi de modèle pour réaliser les moules de leurs successeurs. L'usine regorge de spécificités. Chaque espace possède sa propre histoire. Au premier plan, la ligne de recyclage. Au centre, quatre allées de moules qui n'attendent plus que la fonte ne soit versée en eux.

Composés de sable neuf mélangé avec une résine spéciale, les noyaux vont permettre de donner une forme à l'intérieur de la pièce qui sera moulée. Comme ici, avec le noyau d'un impulseur de pompe. Installée en 2009 pour un montant de 900 000 euros, la ligne de moulage représente aujourd'hui 60 à 70% du chiffre d'affaires de la fonderie. Après avoir imprimé la forme de la pièce sur une face de moule, les ouvriers peuvent ensuite insérer le noyau en leur centre avant que la machine ne les referme. Avant de couler la fonte dans les moules, les employés de la fonderie, à l'image d'Anthony, tout droit sorti du lycée partenaire Hector-Guimard, s'assurent de la composition du métal grâce à cette machine, nommée "Spectro". Les métaux destinés à être coulés dans les moules sont ensuite insérés dans le four en fusion. Le métal liquide en fusion est déversé dans une cuve pouvant supporter des températures extrêmes.

Deux fondeurs procèdent à la coulée du métal liquide en fusion, à une température supérieure à 1300 °C, dans une empreinte. Ici pour des pièces en série que fabrique aussi la fonderie. Un mouleur retire ici le modèle de son moule, réalisé à la main.

Jean-Charles, intérimaire, découpe des pièces destinées à être réutilisées par la fonderie. Parmi les réalisations de l'usine, cette immense colonne destinée à maintenir un bâtiment ancien, qui s'apprête à être expédiée à Bordeaux. La fonderie, et son président Günther Zahorka, ont également réalisé 200 mètres de garde-corps qui seront prochainement installés sur la future partie piétonne du barrage des Vives-eaux sur la Seine. Photo Gautier Stangret Dans la cour de la fonderie, d'innombrables pièces attendent sagement, dans d'imposants bacs, qu'elles soient recyclées. L'arrière de l'usine ressemble à s'y méprendre au décor d'un film tourné sur les plateaux d'Hollywood.

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet