Les grèvistes de la fonderie Castmétal à Feurs ont voté la reprise du travail. Un protocole d'accord a été signé entérinant une prime supra-légale de 8000 euros pour ceux dont les postes sont supprimés. Un plan de sauvegarde de l'emploi prévoit en effet 51 suppressions de postes.

Ce jeudi, la dernière confrontation entre les grèvistes et leur patron a donné lieu à de nouvelles propositions de la direction: 8000 euros net par personne en plus des primes légales de licenciement prévues dans un Plan de Sauvegarde de l'Emploi. C'est ce qu'on appelle les primes "supra-légales"

Les 160 grévistes ont également obtenu l'étalement du non paiement des jours de grève sur 3 mois. En outre la direction renonce à poursuivre les auteurs des quelques dégradations matérielles, survenues pendant le conflit. Le récit de la journée par Damien Grousson et François Coudert de France 3 Loire.

16O salariés sur un effectif total de 240 employés étaient en grève depuis deux semaines et la production avait été totalement stoppée. Les grèvistes contestaient un plan qui prévoit 51 suppressions de postes, soit un quart des effectifs. Le plan de sauvegarde de l'emploi, toujours en vigueur, devrait recevoir l'avis de la DIRRECTE vendredi ou en début de semaine prochaine.

Castmétal Feurs est une implantation majeure de la Branche Safe Metal. Sa spécialité est de produire des aciers au carbone et des aciers faiblement alliés