la fonderie et piwi

Le blog de l'amicale AAESFF

Pour ne rien dire, ou presque, Pour ne pas s’envoler dans le commentaire, Pour rester à la confluence du savoir et de l’ignorance : au pied du mur. Montrer : comment c’est , comment ça se passe, comment ça marche. Diviser les discours par des faits, Les idées par des gestes, par des photos Juste les commenter quotidiennement

Logo Elkem 1-6-16 Logo AMF 1-6-16 Logo EuropIron 12-7-16 Logo Brefond 19-7-16 Logo sogemi 24-10-16 Logo FirstAlloys 23-12-16



Visiteurs : 857054
Aujourd'hui : 7
En ligne : 2

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Pourquoi cette pièce d'Airbus A380 produite par Liebherr Aerospace est-elle si spéciale ?

L'Usine Nouvelle - L'Airbus A380 a réalisé un vol spécial le 30 mars 2017. Pour la première fois, un avion Airbus a embarqué un composant hydraulique de commande de vol imprimé en 3D. Le bloc vannes de l'actionneur de spoiler en question a été fabriqué par la société Liebherr Aerospace.

Pourquoi cette pièce d'Airbus A380 produite par Liebherr Aerospace est-elle si spéciale ? L'Airbus A380 a embarqué pour la première fois une pièce critique de commande imprimée en 3D. Airbus refait peu à peu son retard sur Boeing.

Le 10 avril, Norsk Titanium annonçait qu'il allait fournir à l'avionneur américain des pièces en titane fabriquées en 3D. L'Agence aéronautique américaine (FAA) avait même homologué le procédé de fabrication, une première. Airbus n'en est pas à ce stade, mais l'avionneur européen se positionne dans la suite de son rival.

On est encore loin de l'homologation, mais Airbus vient de réussir le premier vol d'essai d'un A380 équipé d'une pièce critique imprimée en 3D par Liebherr Aerospace. Même si la fabrication additive s'immisce déjà dans l'aéronautique, jamais l'avionneur n'avait utilisé ce procédé de fabrication sur un composant hydraulique de commande de vol primaire. Il s'agit du bloc vannes de l'actionneur de spoiler qui permet de déployer les aérofreins situés à l'arrière des ailes.

Quels avantages ?

L'utilisation de l'impression 3D pour réaliser le bloc vanne en poudre de titane présente plusieurs bénéfices. Là où le procédé initial usinait une ébauche en titane, la fabrication additive dépose uniquement la matière nécessaire. Le résultat est immédiat : la pièce finale est 35% plus légère et conserve les mêmes caractéristiques. En utilisant moins de matière, l'avantage est également financier. Même si elle n'a pas encore été mesurée, l'économie pourrait devenir conséquente.

Dans son annonce, Norsk Titanium indiquait que Boeing économiserait entre 2 et 3 millions de dollars (1,9 à 2,9 millions d'euros) par appareil à partir de 2018. Si les tests menés par Airbus sont concluants, c'est toute l'industrie aéronautique européenne qui pourrait être chamboulée. Liebherr Aerospace travaille déjà sur la prochaine génération de composants hydrauliques et électriques imprimés en 3D.

Sur leur actionneur de gouverne de direction, l'apport de la fabrication additive se voit immédiatement. Pour la même fonction, les avionneurs pourront utiliser des pièces plus petites, plus légères, et plus économiques. De quoi revoir la manière de concevoir des avions.

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet