la fonderie et piwi

Le blog de l'amicale AAESFF

Pour ne rien dire, ou presque, Pour ne pas s’envoler dans le commentaire, Pour rester à la confluence du savoir et de l’ignorance : au pied du mur. Montrer : comment c’est , comment ça se passe, comment ça marche. Diviser les discours par des faits, Les idées par des gestes, par des photos Juste les commenter quotidiennement

Logo Elkem 1-6-16 Logo AMF 1-6-16 Logo EuropIron 12-7-16 Logo Brefond 19-7-16 Logo sogemi 24-10-16 Logo FirstAlloys 23-12-16



Visiteurs : 857053
Aujourd'hui : 6
En ligne : 7

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Pour gagner enfin la bataille de l'emploi

JEAN-MARC VITTORI / Editorialiste - "Des emplois comme s'il en pleuvait par un jour de gros orage ! " Ce blog et jobfond le vérifient à leur modeste niveau. Des chasseurs de têtes se saisissent de nos annuaires pour frapper à nos portes. Difficile de trouver certaines compétences en fonderie, alors que des bacs plus 6 ne trouvent pas les emplois à la hauteur des rémunérations escomptées.

Cette année, les entreprises françaises envisagent de recruter près de deux millions d'hommes et de femmes. Ce chiffre publié par Pôle emploi peut paraître incroyablement élevé si l'on oublie que les firmes embauchent des milliers d'hommes et de femmes chaque jour - oui, chaque jour.

Tout comme, chaque jour, des milliers d'hommes et de femmes quittent leur emploi pour une raison ou une autre - fin de contrat, démission, départ en retraite ou, plus rarement, licenciement. L'économie nationale n'est pas une baignoire où rentrent et sortent quelques litres d'eau par an, mais un immense organisme vivant qui respire à grandes goulées. La baisse ou la montée du chômage n'est que le solde de cette respiration.

Aujourd'hui, l'embauche accélère et c'est tant mieux, car elle témoigne d'un raffermissement de l'économie française. Mais elle risque de révéler aussi une faiblesse du pays à la fois majeure et méconnue : une offre de travail inadaptée à la demande. Des foules de recruteurs cherchent désespérément non seulement des spécialistes des mégadonnées et des programmeurs, mais aussi des carrossiers, des aides-soignants, des apprentis de cuisine, des couvreurs.

Des centaines de milliers de chômeurs vont rester sans emploi parce qu'ils n'ont pas les compétences, les savoir-faire, parfois aussi les savoir-être pour prendre les postes disponibles. C'est un formidable gâchis. Il s'agit parfois d'un problème d'image, désamour de l'industrie, ignorance des métiers qui recrutent, inhabilité des petites entreprises à prospecter. Il s'agit aussi souvent d'un problème de compétences. Les moins qualifiés en France sont parmi les moins qualifiés de tous les pays avancés.

L'enjeu se trouve ici tout au long de la filière de la formation, de l'école maternelle jusqu'à la formation permanente. Donner un socle de base au plus grand nombre des enfants, et non plus se contenter d'écrémer ceux que l'on juge les meilleurs sur des critères souvent dépassés. Réhabiliter et développer vraiment l'apprentissage, en lien avec les futurs recruteurs.

Assouplir les cursus universitaires pour ne plus les enfermer dans des formats obsolètes. Transformer enfin en profondeur la formation permanente, comme on en parle depuis des décennies sans jamais le faire, en la proposant d'abord à ceux qui en ont le plus besoin c'est-à-dire ceux qui en savent le moins, en l'adaptant sans cesse à un monde qui ne cesse de changer. Pour gagner la bataille de l'emploi, pour préparer le pays à l'imprévisible économie de demain, l'école tout au long de la vie sera la mère de tous les succès ou de tous les échecs. Chers candidats, il est encore temps d'en parler.

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet