Les spécialistes des pièces complexes de grande taille en aluminium et magnésium, loin de se reposer sur leurs lauriers investissent lourdement à Arudy, consacrant entre 11 et 15 millions d’euros rien que sur le site ossalois. Ventana, au chiffre d’affaires de 55 millions d’euros annuels, vient d’acquérir d’autres fonderies, en Autriche et en Suède.

Qu’il s’agisse du projet Caraïbe (abouti en 2014, développement et industrialisation des ruptures technologiques préfigurant la fonderie sable de demain avec Turbomeca, Eurocopter et Liebherr Aerospace), ou du marché conclu avec Rolls-Royce, Ventana récolte les fruits semés en 75 ans d’initiatives technologiques.

A terme, le groupe qui assure largement la survie économique de la bourgade béarnaise, devrait encore employer davantage. Ventana, résolument, une « fenêtre » ouverte sur l’avenir.