Qu’est ce qu’une Scop ?

Cette Société coopérative et participative est une entreprise coopérative dont les salariés sont les associés majoritaires.

Visite durant les Journées du patrimoine

Durant ces jours portes ouvertes, certains habitants d’Albi, mais également les touristes ont la possibilité de visiter la Fonderie Gillet sauvée par ses ouvriers depuis novembre 2014.

Lors du tournage et de la visite, c’est Nicolas, le président élu de la plus vieille fonderie de France qui déclare face caméra « Ici, c’est l’âme de fonderie, où il y a tous les modèles qui datent pour certains des années 50 et 60. Oui, c’est un musée« . En effet les visiteurs profitent d’une entreprise fondée il y a 330 années, durant le règne du roi Soleil!

Vidéo :http://mobile.francetvinfo.fr/econo...&xtref=http://actu.orange.fr/france/13h15-et-si-on-visitait-la-plus-vieille-fonderie-de-france-francetv-CNT000000F1X5K.html| http://mobile.francetvinfo.fr/economie/emploi/video-13h15-et-si-on-visitait-la-plus-vieille-fonderie-de-france_2104650.html#xtor=AL-67-video&xtref=http://actu.orange.fr/france/13h15-et-si-on-visitait-la-plus-vieille-fonderie-de-france-francetv-CNT000000F1X5K.html|| http://mobile.francetvinfo.fr/economie/emploi/video-13h15-et-si-on-visitait-la-plus-vieille-fonderie-de-france_2104650.html#xtor=AL-67-video&xtref=http://actu.orange.fr/france/13h15-et-si-on-visitait-la-plus-vieille-fonderie-de-france-francetv-CNT000000F1X5K.html]

Et si on visitait la plus vieille fonderie de France ? Les vieux fours

La visite permet de voir les vieux fours qui ont presque 80 ans et qui fonctionnent toujours. Pour que la visite ai du sens, les ouvriers de l’usine sont venus au travail une samedi afin de proposer une démonstration aux visiteurs. Le public a aussi profité d’un exposé de comment la Fonderie Gillet a ressuscité à l’aide de la Scop.

Conscient du poids historique du bâtiment, mais aussi de l’activité économique associée à la fonderie, Nicolas et les autres membres de la Scop ont un but bien défini. C’est d’ailleurs pourquoi, le président de la coopérative déclare : « on a repris l’entreprise qui était en liquidation. Comme il n’y avait pas de repreneur, soit on reprenait, soit on disparaissait. Le but de la société n’est pas d’en mettre plein les poches des actionnaires, mais de pérenniser l’entreprise. On a investi un million d’euros qu’on aurait pu se partager… Le but est de faire vivre l’entreprise et de la donner aux autres générations. »