Pourquoi insistez-vous tant sur le contrôle alors que le numérique favorise le bottom-up au détriment du top-down ?

L’entreprise numérique repose sur un savant équilibre entre décentralisation et contrôle.Mais les points fondamentaux que sont la feuille de route et le respectdes délais doivent être centralisés.

Toutes les entreprises numériques efficaces,d’Amazon à Facebook,fonctionnent ainsi. Dans la grande entreprise,le chief digital officer doit venir rendre des comptes sur la transformation numérique du groupe au comité de direction tous les deuxmois.Une vingtaine de critères sont à suivre : le taux de croissance des utilisateurs,le chiffre d’affaires sur Internet,le tauxd e satisfaction, etc.

Que peut faire le dirigeant quand un retard survient ?

C’est à lui d’agir immédiatement pour trouver une solution. Il vaut mieux parfois doubler les équipes que d’accepter un délai. C’est l’esprit start-up, les grands groupes doivent s’en pénétrer.

les Echos