la fonderie et piwi

Le blog de l'amicale AAESFF

Pour ne rien dire, ou presque, Pour ne pas s’envoler dans le commentaire, Pour rester à la confluence du savoir et de l’ignorance : au pied du mur. Montrer : comment c’est , comment ça se passe, comment ça marche. Diviser les discours par des faits, Les idées par des gestes, par des photos Juste les commenter quotidiennement

Logo AMF 1-6-16 logo cavenaghi Logo BMF 5-10-18 Logo JML oct 2018 Logo Elkem 1-6-16

Logo Ampere Alloys



Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Pour Jean-Louis Beffa : la transformation numérique

est « le plus grand défi des chefs d’entreprise actuels ». En quoi modifie-t-elle le rôle du dirigeant ?

Le dirigeant a la responsabilité d’écrire la feuille de route « numérique » de l’entreprise. Il doit y prévoir des échéances pour chaque étape de la construction de plates-formes numériques et faire, coûte que coûte, respecter ces délais. Ces plates-formes permettent à l’entreprise de se connecter avec ses clients, ses partenaires et ses employés. Avec le comité de direction, le dirigeant suit l’avancement des projets sans tolérer le moindre retard. Il y aurgence ! Le patron doit prendre conscience de l’impact du numérique sur son entreprise. C’est le challenge de Pierre-André de Chalendar son successeur à la tête de Saint... quand le mien était la mondialisation.

Aucun métier de service ou industriel n’est épargné. En privilégiant la croissance sur la rentabilité, la logique de l’économie numérique permet à des start-up de grossir vite jusqu’à occuper une position de monopole. Tout dirigeant qui laisse grossir une start-up sur sa chaîne de valeur met son entreprise en danger.

Pourquoi insistez-vous tant sur le contrôle alors que le numérique favorise le bottom-up au détriment du top-down ?

L’entreprise numérique repose sur un savant équilibre entre décentralisation et contrôle.Mais les points fondamentaux que sont la feuille de route et le respectdes délais doivent être centralisés.

Toutes les entreprises numériques efficaces,d’Amazon à Facebook,fonctionnent ainsi. Dans la grande entreprise,le chief digital officer doit venir rendre des comptes sur la transformation numérique du groupe au comité de direction tous les deuxmois.Une vingtaine de critères sont à suivre : le taux de croissance des utilisateurs,le chiffre d’affaires sur Internet,le tauxd e satisfaction, etc.

Que peut faire le dirigeant quand un retard survient ?

C’est à lui d’agir immédiatement pour trouver une solution. Il vaut mieux parfois doubler les équipes que d’accepter un délai. C’est l’esprit start-up, les grands groupes doivent s’en pénétrer.

les Echos

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet