L'entreprise

Les gens passent devant l'usine Alcoa Fixations Simmonds, située sur la route Le Mans-Bellême, à Saint-Cosme-en-Vairais, sans en connaître forcément l'importance. Peut-être se sont-ils aperçus du changement d'enseigne et de drapeaux, qui marquent, depuis peu, le changement de nom du site. Désormais, l'usine s'appelle Arconic, issue de la scission d'Alcoa en deux entités indépendantes.

Un changement de nom pour l'entreprise Alcoa

2e sur le marché mondial

Arconic, entreprise d'origine américaine, cotée à la Bourse de New York, est un acteur mondial majeur. En France, elle regroupe près de 3 000 collaborateurs répartis sur 13 sites. Celui de Saint-Cosme est le plus important, avec environ 700 salariés.

Elle propose des produits et des solutions multimatériaux ultra-performantes, à forte valeur ajoutée. Quant au groupe Alcoa, il poursuit désormais ses activités historiques liées à l'exploitation minière, la transformation en aluminium et bauxite en fonderies et hauts-fourneaux.

« Arconic France est le deuxième marché mondial après les États-Unis, a déclaré y a quelques jours, Doris Birkhofer, sa présidente. Ce lancement ouvre un nouveau chapitre de notre histoire. Nous nous réjouissons d'ores et déjà d'accompagner nos clients dans leurs projets futurs, grâce à des produits et des solutions innovants. »

De nombreux secteurs

Les clients d'Arconic ? Des entreprises aussi variées dans leurs activités que l'aéronautique, l'aérospatiale, la défense, l'automobile, les transports commerciaux, le bâtiment ou encore l'énergie.

Laurent Thinon, directeur du site Arconic Fastening Systems and Rings (AFSR) de Saint-Cosme-en-Vairais, a lui aussi fait part « de sa fierté et de son envie de poursuivre un travail de qualité à destination des clients ».

Lire aussi : Pour Alcoa. Un convoi particulièrement exceptionnel en Sarthe

Le personnel conserve tous ses avantages

Les 700 salariés de l'ex-Alcoa devenue Arconic sont rassurés. Malgré ce changement dans l'histoire du groupe, les acquis sociaux liés à leur ancienneté sont conservés. Pascal Ravaux, directeur des relations humaines (DRH), l'a confirmé il y a quelques jours. « Rien ne change. La plupart des salariés ont fait toute leur carrière ici. L'ancienneté et les grades sont maintenus, les salaires également. »