Ce bonus tombe alors que le résultat de FDB est encore déficitaire (-19,2 M€). Voilà de quoi rassurer les fondeurs, à la réputation frondeuse. Et peut-être apaiser les relations sociales, souvent tendues, au moment où s'ouvrent les négociations annuelles obligatoires. « Le groupe Renault respecte ses engagements. Il va même au-delà puisqu'il a déjà investi plus de 100 M€ sur le site de Caudan », rappelle le directeur Laurent Galmard. Et les investissements se poursuivront même si le retour à l'équilibre n'est pas encore prévu pour cette année malgré l'entrée en service d'une nouvelle ligne de production. 397 salariés

« Les fruits de l'investissement ne sont pas encore là. Nous visons 30.000 tonnes de production cette année. Mais le seuil d'équilibre est à 31.000 tonnes », ajoute-t-il. L'entreprise, qui produit des pièces de fonderie brutes et usinées (porte-fusée, bras de suspension...) pour Renault mais aussi BMW, Peugeot, Fiat et Opel, emploie 397 salariés.