la fonderie et piwi

Le blog de l'amicale AAESFF

Pour ne rien dire, ou presque, Pour ne pas s’envoler dans le commentaire, Pour rester à la confluence du savoir et de l’ignorance : au pied du mur. Montrer : comment c’est , comment ça se passe, comment ça marche. Diviser les discours par des faits, Les idées par des gestes, par des photos Juste les commenter quotidiennement

Logo AMF 1-6-16 logo cavenaghi Logo BMF 5-10-18 Logo JML oct 2018 Logo Elkem 1-6-16

Logo Ampere Alloys



Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Fonderie de Bretagne : le bonus Renault pour les fondeurs.

Le Télégramme- laurent-galmard.jpg Laurent Galmard, directeur de la fonderie de Bretagne à Caudan (56). C'est l'une des conséquences positives de l'accord de compétitivité arraché en 2013 à la Fonderie de Bretagne (FDB) après de longs mois de conflit. Les salariés perçoivent désormais un intéressement sur les résultats du groupe Renault, propriétaire de la fonderie de Caudan depuis 2009.

Et l'enveloppe dégagée en 2016 à partager entre l'ensemble des employés du groupe est rondelette : 183,4 M€ !

À l'échelle de la Fonderie, cela représente en moyenne 1,7 mois de salaire en plus. « Un agent de production, payé 2.417 €, percevra 3.600 €, précise Nicolas Krasniki, le DRH de la Fonderie. Il faut aussi ajouter une prime de 515 € calculée à partir des performances locales. »

Ce bonus tombe alors que le résultat de FDB est encore déficitaire (-19,2 M€). Voilà de quoi rassurer les fondeurs, à la réputation frondeuse. Et peut-être apaiser les relations sociales, souvent tendues, au moment où s'ouvrent les négociations annuelles obligatoires. « Le groupe Renault respecte ses engagements. Il va même au-delà puisqu'il a déjà investi plus de 100 M€ sur le site de Caudan », rappelle le directeur Laurent Galmard. Et les investissements se poursuivront même si le retour à l'équilibre n'est pas encore prévu pour cette année malgré l'entrée en service d'une nouvelle ligne de production. 397 salariés

« Les fruits de l'investissement ne sont pas encore là. Nous visons 30.000 tonnes de production cette année. Mais le seuil d'équilibre est à 31.000 tonnes », ajoute-t-il. L'entreprise, qui produit des pièces de fonderie brutes et usinées (porte-fusée, bras de suspension...) pour Renault mais aussi BMW, Peugeot, Fiat et Opel, emploie 397 salariés.

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet