la fonderie et piwi

Le blog de l'amicale AAESFF

Pour ne rien dire, ou presque, Pour ne pas s’envoler dans le commentaire, Pour rester à la confluence du savoir et de l’ignorance : au pied du mur. Montrer : comment c’est , comment ça se passe, comment ça marche. Diviser les discours par des faits, Les idées par des gestes, par des photos Juste les commenter quotidiennement

Logo AMF 1-6-16 logo cavenaghi Logo BMF 5-10-18 Logo JML oct 2018 Logo Elkem 1-6-16

Logo Ampere Alloys



Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

QUEL REPRENEUR POUR SAM TECHNOLOGIES ?

Centre Presse

La situation de Sam Technologies est totalement différente. Bénéficiant d’un plan de sauvegarde jusqu’au 6 juin, accordé par le tribunal de commerce de Paris, la principale entreprise du Bassin decazevillois (460 salariés et 140 intérimaires, pour un chiffre d’affaires de 70M€ en 2016) attend de savoir qui sera son repreneur. Un dossier de première importance suivi de près par le ministère de l’Industrie et le commissariat au redressement productif.

Navire amiral du groupe Arche, Sam Technologies tourne actuellement à plein régime et bénéficie d’un soutien à la fois technique et logistique de Renault, le constructeur français, avec lequel l’entreprise viviézo-decazevilloise réalise 80 % de son chiffre d’affaires. L’unité de la zone des Prades souffre notamment d’un manque d’investissements sur le parc machines, qui se traduit par des taux de rebus trop importants. Placé en redressement judiciaire, depuis juin 2016, le groupe Arche était constitué de SamTechnologies et de ses deux filiales (la fonderie de Pacy-sur-Eure, et Sifa Technologies, à Orléans) ; ainsi que de trois autres sociétés : Alfisa Technologies, une fonderie barcelonaise ; FVM Technologies, une fonderie de Meurthe-et-Moselle et Sermi Technologies, une société de Haute-Savoie, qui fabrique notamment des moules.

Dans un premier temps, cinq repreneurs s’étaient manifestés à des niveaux différents : le groupe belge Punch Corporate, le fond américain Sandson Capital Partner, les groupes chinois Asinco, Bohong, et la famille Michaud, l’actionnaire majoritaire du groupe Arche.

Depuis ces derniers mois, le dossier a passablement évolué. La fonderie de Pacy a fermé et la Sifa a été cédée à une holding détenue par Patrick Bellity, l’ancien PDG de Arche Industries (dont il détenait 20 %) et de Sam Technologies, postes auxquels lui a succédé Antoine Michaud, après de grosses tensions internes. À ce jour, aucune offre de reprise n’a été officiellement déposée pour Sam Technologies mais son nouvel avenir pourrait être associé à celui de la fonderie barcelonaise Alfisa (sous-traitant de Sam de premier rang) et éventuellement Sermi. Dans tous les cas, le repreneur devra présenter un plan industriel et un programme d‘investissements qui tiennent la route. L’avenir de Sam passe inévitablement par là.

En Aveyron, la filière automobile représente actuellement environ 2 400 emplois industriels directs, en intégrant les postes de travailleurs intérimaires. à savoir : 1 600 emplois à Bosch Rodez, 600 à Sam Technologies Decazeville et 190 à Filtrauto Marcillac.

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet