la fonderie et piwi

Le blog de l'amicale AAESFF

Pour ne rien dire, ou presque, Pour ne pas s’envoler dans le commentaire, Pour rester à la confluence du savoir et de l’ignorance : au pied du mur. Montrer : comment c’est , comment ça se passe, comment ça marche. Diviser les discours par des faits, Les idées par des gestes, par des photos Juste les commenter quotidiennement

Logo AMF 1-6-16 logo cavenaghi Logo BMF 5-10-18 Logo JML oct 2018 Logo Elkem 1-6-16

Logo Ampere Alloys



Visiteurs : 17256
Aujourd'hui : 196
En ligne : 5

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Question du jour :

J'utilise du sable rouge depuis un certain temps, je fais attention de séparer au mieux le sable brûlé du sable sain au décochage, mais depuis quelque temps je me rends compte que mon sable perd de sa cohésion, il est plus friable et s'agglomère moins. rose52.JPG Je pense que ça vient de deux raisons, le fait qu’inévitablement du sable brûlé se mélange au sable sain, et une évaporation des composants chimiques du sable rouge doit se produire.

Avez vous une recette pour "recharger" le sable ?

J'ai lu le post concernant la recette du kbond et du petrobond, Mais je souhaiterais avoir un avis de personnes qui utilisent et connaissent ce sable ( origine Badie sefa).

Commentaires

1. Le mardi, 17 janvier 2017, 13:07 par Alex

J’utilise quotidiennement le sable à l’huile.

Badie vend un agent de régénération du sable mais il faut un malaxeur pour faire l'opération. D'autre part je ne l'ai jamais utilisé donc n'ai aucune idée de son efficacité.

Je recommande de retirer grossièrement la couche carbonisée au décochage (sans être trop tatillon dans le tri qui peut devenir très fastidieux ou à l’inverse dispendieux). Ensuite le mieux est d'utiliser uniquement du sable neuf pour la couche de contact et du sable recyclé pour le remplissage. Avec un peu de pratique, le volant de sable est quasi-stable et la réalisation d'un moule ne consomme pas trop de sable. Plus besoin de régénérer le sable et les pièces sont belles. La limite de cette technique est le perçage de la descente qui passe donc dans du sable recyclé et est donc plus sujette à l’érosion. La parade ultime est le moulage à plan de joint vertical.

J'ai aussi remarqué que le sable rouge pouvait devenir "poisseux", maintenant je garde mes châssis à champs après en avoir retiré la grappe, mais pas le sable. Je les laisse « sécher » au moins une journée avant de décoché entièrement et stocker le sable. Cela semble limiter le phénomène.

Le sable rouge contient de l’iso-propanole (ça se sent quand on ouvre un sac neuf) je n’ai pas réussi à comprendre l’impact de ce composant sur les caractéristiques du sable, mais je suppose qu’il agit sur l’interaction moule/métal. Avez vous une idée ?

De même j’ai regardé la recette du k-bond. Si quelqu’un connait un fournisseur d’argile organophile en conditionnement raisonnable je suis preneur.

Enfin j’ai essayé le sable obb distribué par EPMF, mais n’ai pas senti de différence avec le spef de Badie. J’ai un sac de celui distribué et conçu par Brefond mais pas encore essayé. Y a t’il des retex ?

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet