L'équipe archéologique, dirigée par le Dr Erez Ben-Yosef de l'Université de Tel Aviv, a d'abord découvert un mur d'une fonderie de cuivre datant du Xe siècle près de Timna Park, dans le désert du sud, où la première mine de cuivre au monde aurait été localisée.

Ben-Yossef a déclaré que son équipe pourrait avoir trouvé des preuves du conflit sanglant. Il a cité le récit biblique racontant que le roi David voyageait avec ses soldats vers le pays d'Edom, où une bataille majeure a eu lieu avec les Edomites à la mer Morte.

Des mines de cuivre dans la vallée de Timna

Selon la Bible, Édom s'étendait de la péninsule du Sinaï à la frontière méridionale de Canaan et du royaume de Juda et loin à l'ouest jusqu'à Eilat, où il a maintenu son port maritime. Quand David étendu son règne, il est écrit dans Samuel (8:13) que son armée a vaincu 18.000 Edomites dans la "vallée du sel".

Après la victoire, David a transformé Edom en une province israélienne gouvernée par des gouverneurs sélectionnés.

"Vous ne pouvez pas imaginer l'importance du cuivre dans le Levant pendant le 10ème siècle avant JC", a déclaré Ben-Yosef. "C'était l'huile de l'époque et on produisait des outils et des armes agricoles."

Malgré les comptes anciens selon lesquels les mines étaient exploitées par des esclaves, le chercheur a déclaré que les experts miniers ont probablement supervisé et formé des apprentis pour extraire la précieuse ressource naturelle.

Selon Ben-Yosef, le mur que son équipe a mis à jour mesurait cinq mètres de haut et s’étirait sur des centaines de mètres.

En plus du mur, les archéologues ont découvert des pierres de fronde, des os d'âne et du fumier des deux côtés d'une porte.

« Une analyse du fumier d’âne a montré que les animaux étaient bien nourris avec du foin, de la paille et même des raisins, pour les maintenir en bonne santé pour le transport du cuivre et de l'eau vers et depuis le site », a déclaré Ben-Yosef. « La source d'eau la plus proche était à 15 kilomètres ».

Par la suite, Ben-Yosef et son équipe envisagent de mener des recherches ADN sur tous les matériaux organiques trouvés sur le site.

«Le potentiel de recherche ici est grand», a-t-il dit. "Qui sait, peut-être un jour nous pourrons fabriquer de nouveau le vin de palme antique et retracer les jours du Roi David."

Les résultats de l'université ont été publiés dans The Journal of Archeological Science.