Pour l'instant, le projet Fonderie 47 a permis de détruire plus de 50 000 armes en Afrique. © DR / Fonderie 47 PAR JUDIKAEL HIREL fonderie_47.jpg Fonderie 47 fabrique des montres suisses et des bracelets à partir du métal des fusils AK-47. Plus de 50 000 fusils d'assaut ont déjà pu être détruits.

Si l'on voulait paraphraser Magritte, on dirait « ceci n'est pas une montre ». Les pièces qui la constituent ont été fabriquées en livrant un millier de fusils d'assaut AK-47 aux flammes des forges. Sur la terre entière, la kalachnikov est synonyme de guerre, de conflit, de guérilla, de massacres en rafale. Fonderie 47 propose une seconde vie à la célèbre Avtomat Kalachnikova en en fondant les pièces afin de fabriquer des montres de haute horlogerie suisses, dont le prix de vente (très) élevé sert à financer la destruction d'autres armes. L'achat d'une de ces montres permet de faire détruire un bon millier de fusils-mitrailleurs. C'est toujours cela de moins. fonderie_471.jpg Car le but initial de cette initiative originale imaginée par Peter Thum est bien là : détruire des armes, contribuer à la pacification en Afrique et financer la création et l'entretien de points d'eau localement, avec le fonds Ethos Water. Installée dans un ancien atelier horloger de la vallée de Joux, le cœur historique de l'industrie horlogère, l'équipe de Fonderie 47 ne s'est pas contentée pour autant de la dimension humanitaire de son projet, de mettre le symbole universel de la guerre au service de la paix. D'où viennent les armes ? Elles ont notamment été confisquées par les rangers du Parc national des Virunga, un site protégé par l'Unesco où vivent plus de deux cents gorilles. Fonderie 47 a fait une donation au service des rangers surveillant le parc et a obtenu les armes en échange. Après avoir été enregistrées en détail (numéro de série, type, pays, etc.), elles ont été rendues inutilisables chez un forgeron local, chauffées, puis martelées jusqu'à être méconnaissables. Ou comment rapporter légalement des armes, ou ce qu'il en reste, d'Afrique aux États-Unis ! C'est au sein d'une fonderie basée à Brooklyn que ce matériau brut a été transformé pour devenir utilisable en horlogerie et en joaillerie. Fonderie 47 propose ainsi aussi bien des boutons de manchette que des bijoux ou des chevalières. fonderie_472.jpg

La montre Inversion Principle est aussi un exemple de design et de technicité, un garde-temps de luxe offrant une lecture inversée de l'heure et une multitude de complications horlogères. Elle propose les heures sautantes à 12 heures, la lecture des minutes se faisant en bas du cadran, de 2 heures à 10 heures. Au centre trône le tourbillon volant, centre de gravité de la montre et de son mécanisme, doté d'une réserve de marche de six jours, qui s'affiche de façon élégante et originale sur le côté du boîtier. fonderie_473.jpg Discret rappel de l'ADN meurtrier de cet objet de luxe : un viseur figure sur son cadran. Pour le fond de la montre, ses concepteurs jouent la carte du dépouillement, avec cette large plaque arrière en acier sombre qu'aucun balancier ne masque, rappelant le métal brut de l'AK-47. Cette montre en édition très limitée, deux fois dix pièces en or blanc et en rose rose, est proposée à près de 200 000 euros. Mais c'est pour une bonne cause !

Merci à JFB pour ce cafetage