la fonderie et piwi

Le blog de l'amicale AAESFF

Pour ne rien dire, ou presque, Pour ne pas s’envoler dans le commentaire, Pour rester à la confluence du savoir et de l’ignorance : au pied du mur. Montrer : comment c’est , comment ça se passe, comment ça marche. Diviser les discours par des faits, Les idées par des gestes, par des photos Juste les commenter quotidiennement

Logo AMF 1-6-16 logo cavenaghi Logo BMF 5-10-18 Logo JML oct 2018 Logo Elkem 1-6-16

Logo Ampere Alloys



Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Fonderie de PORT-BRILLET : UNE EXPOSITION SUR LA SOCIÉTÉ CHAPPÉE DANS LA GRANDE GUERRE

Le courrier de la Mayenne chappee.jpg Port-Brillet : une exposition sur la société Chappée dans la Grande Guerre Pour mettre en place cette exposition, Bernard Houël a accédé aux archives de la société Chappée conservées sur le site sarthois. Du 7 au 11 novembre, la salle des fondeurs de Port-Brillet accueille une exposition sur l'histoire de la société Chappée pendant la Première Guerre mondiale.

En 1914, alors que la France livre la bataille de la Marne, les ouvriers fondeurs des usines d'Antoigné (Sarthe) et de Port-Brillet, sites de la société Chappée, rentrent du front.

Ils doivent assurer la production d’obus et de grenades nécessaires à la poursuite des combats. Comme de nombreuses autres entreprises, cette société de fonderie va travailler pour la Défense Nationale. A travers une exposition, Bernard Houël, historien local, fait mémoire de ce passé.

Pourquoi ces recherches sur la société Chappée ?

Tout simplement pour essayer de retracer l'histoire de cette société familiale locale, de souligner sa réussite industrielle, de comprendre les mutations et les enjeux industriels auxquels elle a dû faire face et démontrer sa forte implication au niveau national. L'histoire des ouvriers je la connais de l'intérieur. Je suis la quatrième génération d'une famille de fondeurs ayant travaillé pour cette société. Mon arrière-grand-mère travaillait à la fonderie d'Antoigné. Moi-même, j'ai commencé là-bas comme apprenti dès l'âge de 14 ans ; en 1966, je suis venu travailler sur le site de Port-Brillet. L'élément déclencheur de cette expo a été le carnet militaire de mon grand-père sur lequel était notée son affectation début 1915, sous le titre de mobilisé Chappée, dans les établissements de la société. Je voulais comprendre pourquoi ces hommes combattants sur le front étaient de retour dans les usines.

Commentaires

1. Le vendredi, 24 mars 2017, 23:28 par cartier

bonjour, habitante de Saint Mandé Val de Marne j'ai été ravie d' entendre parler de la marque chapée .

Ma mère avant moi avait cette cuisinière avec laquelle je mange moi aussi tous les jours (75 ANS ) et que je ne changerais pour rien au monde: modèle 1956, 3 feux propre et bien blanche ;

Dans le temps c' était du solide , la preuve bien à vous

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet