Depuis l’explosion survenue le 5 octobre lors du broyage d’un ferro-métal explosif, dans le bâtiment n°3, un arrêté préfectoral interdisait la reprise de l’activité dans les trois bâtiments du conditionnement. Des dysfonctionnements, notamment en termes de sécurité, avaient été relevés.

Sur les recommandations de la Dreal, des mesures correctives ont été apportées. « Nous nous sommes, dans un premier temps, concentrés sur le bâtiment n°1, explique Walter Wlodarczyk, délégué syndical. Le but étant de reprendre l’activité dans de bonnes conditions pour les salariés. » Plan de formation sur les risques, changement de câbles déficients, remise en état de système d’arrêt d’urgence, caméras… Les instructions de la Dreal ont été suivies et vendredi matin, le CHSCT a donné un avis favorable à la reprise de l’activité dans ce bâtiment.