la fonderie et piwi

Le blog de l'amicale AAESFF

Pour ne rien dire, ou presque, Pour ne pas s’envoler dans le commentaire, Pour rester à la confluence du savoir et de l’ignorance : au pied du mur. Montrer : comment c’est , comment ça se passe, comment ça marche. Diviser les discours par des faits, Les idées par des gestes, par des photos Juste les commenter quotidiennement

Logo AMF 1-6-16 logo cavenaghi Logo BMF 5-10-18 Logo JML oct 2018 Logo Elkem 1-6-16

Logo Ampere Alloys



Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Fonderie Lorraine une entreprise profitable à Grosbliederstroff

Républicain Lorrain

Marc Friedrich est le nouveau PdG de Fonderie Lorraine à Grosbliederstroff. Il veut faire de l’usine qui fabrique des pièces en aluminium pour boîtes de vitesses automatiques, une entreprise bénéficiaire sur le long terme. fie_lorraine.jpg Hier matin, huit jeunes âgés de 18 à 22 ans, inscrits à la Mission locale ont découvert l’activité de Fonderie Lorraine présentée par Pascal Lang, responsable atelier. Photo Thierry NICOLAS.

Marc Friedrich a rejoint Fonderie Lorraine à Grosbliederstroff au début de l’année. Il exerce les fonctions de PdG depuis août dernier, date du départ à la retraite de son prédécesseur Gérard Dahlem.

Tout juste quinquagénaire, Marc Friedrich connaît bien la Moselle-Est. Natif de Seingbouse, il a fait ses études secondaires au lycée technique de Saint-Avold, le lycée Charles-Jully aujourd’hui, avant de poursuivre des études d’ingénieur. Il est diplômé des Arts et Métiers. « J’ai effectué presque toute ma carrière dans l’automobile », indique le patron de Fonderie Lorraine, qui emploie aujourd’hui 382 salariés, une trentaine d’intérimaires et 14 alternants.

__Trois exercices positifs __

M. Friedrich a travaillé durant cinq ans chez Siemens en Allemagne et aux États-Unis ; 15 ans chez Mahle Behr dont neuf ans à Rouffach et six à Hambach ; 6 ans chez De Dietrich Process System à Zinswiller dans le Bas-Rhin. Fonderie Lorraine, fondée en avril 96, produit des pièces en aluminium pour les boîtes de vitesses automatiques. 17 000 pièces sont fabriquées quotidiennement sur l’ensemble du parc. « Nous tra vaillons à 100 % pour ZF dont 80 % pour le site de Sarrebruck » explique le PdG. Son objectif est de « faire de Fonderie Lorraine une entreprise profitable sur le long terme, car l’usine n’a que trois exercices positifs derrière elle ». Il rappelle « qu’auparavant l’entreprise était en perte. Il y a six ans, elle avait déposé son bilan et elle a été rachetée par ZF qui a investi 55 M€ pour la remettre à flot ». Marc Friedrich affiche un optimisme certain. « C’est une belle usine, avec un carnet de commandes plein à trois ans. Nous possédons un potentiel d’amélioration pas négligeable ».

Réduire les rebuts

Un investissement de 10 M€ a été consacré à la mise en place d’une ligne pour la plaque intermédiaire. Dix machines alimentent une zone de finition et de contrôle. « Terminée en 2016, cette ligne produit 600 000 pièces par an pour la nouvelle boîte 8 vitesses automatique » de marques renommées telles que BMW, Porsche, Mercedes.

Si douze embauches ont eu lieu cette année, « aucune n’est prévue en 2017, mais il y en aura certainement en 2018 », annonce Marc Friedrich qui prévoit aussi une progression du chiffre d’affaires : 67 M€ en 2017 et 77 M€ l’année suivante.

Fonderie Lorraine doit aussi résoudre la question des rebuts. « En huit mois, nous sommes passés de 15 à 10 % de rebut. Au pôle usinage, nous visons - 1,7 % de rebut constant sur l’année ». Des efforts indispensables car 1 % de rebut représente 200 000 euros de valeur ajoutée perdus par Fonderie Lorraine.

Commentaires

1. Le vendredi, 14 octobre 2016, 10:02 par Le Bébert de la Fonderie

Monsieur Marc Friedrich n'est pas dans la liste des cotisants à la Société des Ingénieurs Arts et Métiers !
Arts et Métiers ENSAM bien sûr.

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet