la fonderie et piwi

Le blog de l'amicale AAESFF

Pour ne rien dire, ou presque, Pour ne pas s’envoler dans le commentaire, Pour rester à la confluence du savoir et de l’ignorance : au pied du mur. Montrer : comment c’est , comment ça se passe, comment ça marche. Diviser les discours par des faits, Les idées par des gestes, par des photos Juste les commenter quotidiennement

Logo AMF 1-6-16 logo cavenaghi Logo BMF 5-10-18 Logo JML oct 2018 Logo Elkem 1-6-16

Logo Ampere Alloys



Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Il y a dix ans, la fonderie de Rosières (18) s'éteignait

Berry Républicain -

2016. 200 salariés environ. L'usine de Rosière n'assure plus que l'expédition d'appareils électroménagers

Avec un pic de mille salariés en 1926 et des milliers de tonnes de fontes coulées, l’usine de Rosières a constitué durant 129 ans un fleuron de l’industrie berrichonne. 1855. 1.200 salariés. En 1836, le propriétaire du château de Castelnau contruit un haut-fourneau. Un deuxième suit en 1837, et un troisième en 1844. la-librairie_2879927.jpegFonderie de Rosières dans les années 1950. Collection Jean Kopec. 1870. 200 salariés. La forge est rachetée par Jules Roussel, industriel sarthois, en 1869.

1877. 425 salariés, dont 165 mouleurs. Création de la société anonyme de Rosières. L'entreprise se spécialise dans la fabrication des appareils de cuisson.

1896. 600 salariés, dont 380 mouleurs de fonte. 9.000 tonnes sont moulée chaque année.

1900. 900 salariés.La fonderie de Rosières, au début du XXe siècle. Collection Jean Kopec.

1906. 800 salariés

1926. 1.000 salariés. Pendant la Première guerre mondiale, l'usine aura contribué à fabriquer des obus et des grenades. En 1920, les premiers Polonais arrivent.En 1929, la cité de Rosières comptait 943 Polonais. L'entreprise s'était adaptée à ce contingent. Exemple ici avec une plaque émaillée, où les conditions de sécurité sont ércites en français et en Polonais.

1931. 1.100 salariés. La quantité a augmenté, par rapport au début du XXe siècle. 20.000 tonnes sont coulées. A cette époque, la cité des Rosières compt 2.074 habitants.

1950. 900 salariés, dont 250 Polonais. En 1952, l'effectif comprend 800 ouvriers, 100 employés, 14 ingénieurs et 32 agents de maîtrise.La fonderie de Rosières dans les années 1950. Collection Jean Kopec. millenaire-catholique-de-la-pologne-a-rosieres_2879929.jpeg 1967. 1.130 salariés (création d'une usine à Saint-Doulchard)Millénaire catholique de la Pologne à Rosières. Le 26 juin 1966. Collection Jean Kopec.

1970. 1.350 salariés. La cité de Rosières (1.746 habitants en 1975) voit sa population décroître.

1988. 1.300 salariés. Le site aura connu un incendie en 1983, qui détruit 10.000 mètres carrés de magasins. Mais l'usine est toujours aussi importante.

1993. 708 salariés

1998. 600 salariés environ

23 novembre 2006. Après une chute vertigineuse des effectifs (653 salariés en 1995, 115 en 1998...), la fonderie ferme après une dernière coulée.

2016. 200 salariés environ. L'usine de Rosière n'assure plus que l'expédition d'appareils électroménagers

Commentaires

1. Le lundi, 10 octobre 2016, 11:49 par halloween

Jean-Paul DIARD fût le dernier directeur jusqu'à l'extinction des cubilots

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet