la fonderie et piwi

Le blog de l'amicale AAESFF

Pour ne rien dire, ou presque, Pour ne pas s’envoler dans le commentaire, Pour rester à la confluence du savoir et de l’ignorance : au pied du mur. Montrer : comment c’est , comment ça se passe, comment ça marche. Diviser les discours par des faits, Les idées par des gestes, par des photos Juste les commenter quotidiennement

Logo AMF 1-6-16 logo cavenaghi Logo BMF 5-10-18 Logo JML oct 2018 Logo Elkem 1-6-16

Logo Ampere Alloys



Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Le bassin des Enfants Dorés retrouve le château de Versailles

et piwi de retour du Périgord noir !!!

Le bassin des Enfants Dorés, célèbre pour ses sculptures de chérubins, retrouve ce lundi son emplacement au château après huit mois de restauration dans les ateliers de la fondation Coubertin. enfants_dores.jpg Le Parisien -

C’est un chef-d’œuvre créé en 1704 par Jules Hardouin-Mansart, en lisière du Bosquet du Théâtre d’Eau dans le parc du château de Versailles. Le bassin des Enfants Dorés, orné en son centre de sculptures de chérubins en plomb, retrouve son emplacement d’origine ce lundi, après huit mois de restauration.

« Elle était devenue nécessaire parce que son ancienne étanchéité en plomb était parvenue à l’état de ruine, explique Pierre-André Lablaude, architecte en chef des Monuments nationaux. La dernière intervention significative remontait à 1942. Par ailleurs, l’élément majeur est évidemment le chef-d’œuvre du sculpteur Jean Hardy, le groupe des Enfants Dorés, qui avait besoin d’être soigneusement restauré et redoré afin de retrouver son état d’origine ».

La fondation Coubertin, basée à Saint-Rémy-lès-Chevreuse, et plus particulièrement sa Fonderie, a hérité de ce travail minutieux auquel ont été également associés les fontainiers du château de Versailles, la société de Huart Industrie pour la fourniture du plomb et Gohard pour la dorure. La fondation Coubertin perpétue le savoir-faire d’excellence

La Fondation Coubertin, fondée en 1973, est installée à Saint-Remy-lès-Chevreuse dans la propriété des Fredy de Coubertin qui leur appartient depuis 400 ans. C’est justement la rencontre, en 1949, d’Yvonne de Coubertin, nièce du célèbre Pierre de Coubertin, et de Jean Bernard, fondateur de l’association des Compagnons du Devoir, qui permit la naissance du lieu. « Ils voulaient créer une sorte d’élite ouvrière qui sache tracer un lien entre la main et l’esprit afin de conserver des savoir-faire ancestraux », rapporte François Jourdan, son directeur. 43 ans plus tard, elle accueille, chaque année, une trentaine de jeunes en formation générale et artistique. Elle compte 4 ateliers (métallerie, menuiserie, taille de pierre, chaudronnerie) et 110 salariés.

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet