la fonderie et piwi

Le blog de l'amicale AAESFF

Pour ne rien dire, ou presque, Pour ne pas s’envoler dans le commentaire, Pour rester à la confluence du savoir et de l’ignorance : au pied du mur. Montrer : comment c’est , comment ça se passe, comment ça marche. Diviser les discours par des faits, Les idées par des gestes, par des photos Juste les commenter quotidiennement

Logo AMF 1-6-16 logo cavenaghi Logo BMF 5-10-18 Logo JML oct 2018 Logo Elkem 1-6-16

Logo Ampere Alloys



Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

La fonderie de Port-Brillet a traversé les siècles

Ouest France entreprises Des générations et des générations d'ouvriers s'y sont succédé. Le site, près de Laval, ferme définitivement aujourd'hui. Comme un coeur qui cesse de battre. port-brillet-traverse-les-siecles.jpg 1622 : haut-fourneau et forêts

Port-Brillet n'existe pas encore, mais les forges sont déjà là. Ce sont les plus importantes de l'Ouest. Elles n'ont pas été implantées là par hasard. Il y a du minerai de fer et le secteur est très boisé. Le haut-fourneau, grand dévoreur de charbon, a besoin de cet indispensable combustible. On y façonne des canons, des boulets et du fer en barres vendu sur des marchés. Le métal finira en clous et en serrures.

1874 : une commune née de la forge

Port-Brillet voit le jour en tant que commune, grâce à l'insistance des forgerons. On prend des terrains à Olivet, d'autres à La Brûlatte. C'est bien l'usine qui crée son territoire et non l'inverse. Pendant des décennies, le dirigeant du site est aussi le premier magistrat de Port-Brillet. __ 1882 : essor de la fonderie__

La concurrence est rude avec les Anglais. Ils ont inventé un nouveau combustible pour le haut-fourneau. Le coke est moins cher que le charbon de bois. Les forges ferment une à une. Deux survivent : celles d'Antoigné (Sarthe) et de Port-Brillet. « Pour 170 200 francs, Armand Chappée se rend propriétaire du site industriel de Port-Brilllet », lit-on dans Les fondeurs à Port-Brillet (1). Il possède déjà celle d'Antoigné. Quand il la rachète, la forge de Port-Brillet est exsangue.

1914 : chair et canons

La France est en guerre et manque de munitions. Le gouvernement de l'époque provoque une réunion au sommet avec les principaux industriels fondeurs de France. Armand Chappée est du voyage. Il revient avec un carnet de commandes qui déborde. Il faut produire obus et grenades, et vite ! Femmes, personnes âgées, soldats rappelés du front... L'usine tourne à plein régime. Pour les dirigeants, c'est la prospérité. La famille Chappée crée à Port-Brillet une salle de cinéma, des bains douches, une salle des fêtes...

1936 : le temps des syndicats

Le syndicat des ouvriers métallurgistes de Port-Brillet (affilié à la CGT) regroupe près de 700 personnes, soit la quasi-totalité du personnel. Cela ne fait pas les affaires de la direction qui voit d'un très mauvais oeil cette « émancipation » ouvrière.

1942 : le temps des scissions

Port-Brillet fait partie des entreprises oeuvrant pour la défense nationale. C'est le temps de la guerre, pas celui des syndicats. Ils en sortent affaiblis et divisés. __ 1966 : « une ruche »__

« L'usine m'a toujours fait l'effet d'une ruche où tout le monde tourne dans un rayon très restreint, rapporte un témoin dans l'Oribus (1). ... Une autre réalité allait s'imposer : le village vivait et respirait autour de l'usine. »

1985 : le temps des dettes

La fonderie emploie 650 personnes mais les caisses de la Société générale de fonderie (SGF), propriétaire depuis les années trente, sont au plus bas. Elle vend ses usines. Port- DL;Brillet fait partie du lot. Un dépôt de bilan plus tard, la fonderie de Port- DL;Brillet bat pavillon Pebeco en 1989.

1997 : le temps des rachats

David Alleaume, cadre du groupe Valois (dont dépend désormais Pebeco) rachète l'usine, fait l'acquisition d'autres fonderies en France, fonde le groupe Focast. Il le revend en 2010 à une multinationale luxembourgeoise. Moins d'un an plus tard, Pebeco est placé en redressement judiciaire. C'est le début de la fin.

(1) Ouvrage paru en 2002, coécrit par Bernard Houel, Jacques Omnès et Rémy Foucault, revue Oribus.

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet