la fonderie et piwi

Le blog de l'amicale AAESFF

Pour ne rien dire, ou presque, Pour ne pas s’envoler dans le commentaire, Pour rester à la confluence du savoir et de l’ignorance : au pied du mur. Montrer : comment c’est , comment ça se passe, comment ça marche. Diviser les discours par des faits, Les idées par des gestes, par des photos Juste les commenter quotidiennement

Logo AMF 1-6-16 logo cavenaghi Logo BMF 5-10-18 Logo JML oct 2018 Logo Elkem 1-6-16

Logo Ampere Alloys



Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

L’emploi industriel est-il important pour l’économie d’un pays ? une évidence pour les lecteurs du blog

L'usine nouvelle :ARNAUD DUMAS Emplois industriels, emplois de service, la Fabrique de l’industrie revoit leurs interactions

Pour la Fabrique de l’industrie, il faut agir sur la productivité des secteurs abrités de la concurrence internationale pour relancer l’emploi. Emplois industriels, emplois de service, la Fabrique de l’industrie revoit leurs interactions Évolution de la productivité des exposés et abrités, en euros constants (2010) © Source : Frocrain et Giraud (2016)

L’emploi industriel est-il important pour l’économie d’un pays ? Pour la Fabrique de l’industrie, la question ne se pose plus tout à fait en ces termes. Selon une étude menée par les économistes Pierre-Noël Giraud et Philippe Frocrain sur "Les emplois exposés et abrités en France", la séparation de l’économie entre les secteurs secondaires et tertiaires ne tient plus. La ligne de répartition doit désormais s’analyser à l’aune de l’impact de la mondialisation sur chaque activité.

Les économistes du think tank industriel distinguent désormais deux types d’emplois. Ceux des secteurs exposés à la mondialisation, qui sont en concurrence avec les mêmes emplois dans d’autres pays et sont donc susceptibles d’être délocalisés ou, selon les cas, remplacés par des automates. L’étude cite des exemples divers comme les ouvriers de l’automobile, les ingénieurs informatique, les call centers, etc. Et d’autre part les emplois abrités, dont l’activité est liée au territoire dans lequel elle est implantée (services à la personne, commerces, etc.).

Baisse continue du nombre d'emplois exposés

Sans surprise, les emplois exposés à la concurrence internationale ont tendance à diminuer en France. Ils ne représentent plus que 26,8 % de l’emploi total en 2013, contre 30 % en 1999. Mais, selon les deux économistes de la Fabrique, les secteurs exposés ont en contrepartie fait des efforts de productivité, contrairement aux secteurs abrités. Les salaires ont suivi. Un salarié d’un secteur exposé perçoit en moyenne une rémunération 25 % plus élevée que celle de son homologue d’un secteur abrité. Et ce, bien que les niveaux de diplômes soient similaires. L’étude montre par ailleurs les interactions entre ces différents secteurs. Les secteurs exposés ont un effet d’entraînement non négligeable sur le reste de l’économie. Pour 100 emplois exposés créés dans un bassin d’emploi, 64 emplois abrités apparaissent. Le coût des services abrités a, en contrepartie, un impact sur la compétitivité des leurs clients des secteurs exposés.

C’est justement sur ce point que la Fabrique de l’industrie conseille d’agir. Les prix des secteurs abrités n’ont en effet cessé d’augmenter depuis plusieurs années, tandis que ceux des secteurs exposés se maintenaient. Pour le think tank, il faut donc agir sur la productivité des secteurs abrités notamment par la formation, de nouvelles réglementations, ou par le biais de la fiscalité. De quoi permettre aux activités exposées de rester compétitives à l’international et se développer en France. Et donc de permettre la création de nouveaux emplois abrités.

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet