la fonderie et piwi

Le blog de l'amicale AAESFF

Pour ne rien dire, ou presque, Pour ne pas s’envoler dans le commentaire, Pour rester à la confluence du savoir et de l’ignorance : au pied du mur. Montrer : comment c’est , comment ça se passe, comment ça marche. Diviser les discours par des faits, Les idées par des gestes, par des photos Juste les commenter quotidiennement

Logo AMF 1-6-16 logo cavenaghi Logo BMF 5-10-18 Logo JML oct 2018 Logo Elkem 1-6-16

Logo Ampere Alloys



Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

LA FONDERIE ET LES MOUSSES MÉTALLIQUES

L’Usine Nouvelle vient de publier dans son édition du 25 août 2016 consacrée à l’innovation, un article très riche sur les mousses métalliques intitulé «La fonderie se fait mousser.» ctif_b.jpg L’article d’Olivier James présente les promesses des mousses métalliques en mettant en valeur le rôle de CTIF dans le développement de cette technologie qui touche de nombreux secteurs industriels. Découvrez les points forts de ce reportage.

Des bulles d’air dans le métal ctif_a.jpg Grâce au procédé mis au point par CTIF, des nouvelles applications voient le jour dans différents secteurs industriels. Dans le domaine de l’automobile, l’Aircross, le SUV que Citroën produira dès 2018, intégrera des mousses métalliques en aluminium sur le bas des portières qui assureront une protection contre les chocs latéraux. La marque aux chevrons a effectué avec succès des tests avec Alvéotec (69), la filiale de l’entreprise Grims. Cyrille Grimaux, son gérant précise «Les mousses alvéolaires métalliques protègent mieux que celles en polyuréthane.»

Dans l’article Patrick Hairy, ingénieur R-D à CTIF, explique que le procédé CTIF, qui permet une garantie de répétabilité des produits en mousses métalliques, pourrait faire décoller les applications industrielles : «Notre procédé est adapté aux exigences des industriels qui ont besoin de caractériser tout nouveau matériau avant une production en série.» Un vrai plus pour le procédé CTIF par rapport à des méthodes concurrentes. __ De nouvelles applications__

L’article rappelle que sur la base du procédé CTIF, le projet ANR FOAM a réuni de 2011 à 2015 des industriels et des universitaires. Parmi les participants à ce projet, Charlotte Kalck, ingénieur R-D chez TNI souligne les opportunités offertes par ces matériaux dans le secteur nucléaire. Pour François Rochat, responsable R-D chez Mota, un fabricant de systèmes de refroidissement pour véhicules maritimes et terrestres «Les mousses métalliques pourraient remplacer les échangeurs thermiques multitubulaires, le procédé CTIF permet de fabriquer un système complet en une seule pièce de fonderie, plus léger et plus efficace.»

Pour les applications thermiques, les mousses métalliques pourraient servir au stockage de la chaleur issue des panneaux solaires, via l’utilisation de matériaux à changement de phase » explique Patrick Hairy. La société Loupi à Pantin (93) utilise déjà ces mousses pour favoriser la dissipation de la chaleur de ses LED.

La modélisation : une nouvelle étape

En conclusion, l’article souligne que grâce à la modélisation numérique décrivant le procédé de production, une nouvelle étape vient d’être franchie qui permettra l’accélération de la production en série des mousses métalliques. Comment le métal s’écoule-t-il en milieu poreux ? A quelle température le porter pour que sa solidification intervienne au bon moment ? Pour Hervé Duval de CentraleSupélec, partenaire du projet Foam «… la meilleure compréhension des phénomènes physiques pourrait démultiplier les applications des mousses métalliques.»

Source Usine Nouvelle du 25 août 2016

Sur le sujet lire aussi :

http://www.ctif.com/trois-questions-a-celine-joannan-du-groupe-mersen/

Et voir les vidéos :

http://www.ctif.com/didier-tomasevic-ctif-presente-le-logiciel-smartfoam/

http://www.ctif.com/eric-maire-de-linsa-lyon-presente-la-caracterisation-des-materiaux-cellulaires-metalliques/

http://www.ctif.com/journee-ctif-mousses-metalliques-mars-2016/

Commentaires

1. Le mardi, 6 septembre 2016, 11:10 par Naxshe

Nous avons eu une présentation de cette technologie en 2014 à l'université d'aix la chapelle, le procédé était déjà rodé et mis au point apparemment avec le concours de chercheurs et des équipementiers allemands (BMW/Mercedes)

Selon mes souvenirs, le chercheur comptait remplacer les mousses des casques de motos par des mousses métalliques afin de mieux protéger les utilisateurs.

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet