Le site de Liévin (qui regroupe 120 salariés), tout comme les deux autres sites sur lesquels s’étend la société, Annezin et Béthune, seraient concernés par ces licenciements, bien que la répartition ne soit pas communiquée, selon Bruno Turbiez, délégué CGT et délégué du personnel.

« C’est toujours une surprise, même si on pouvait se douter de quelque chose. On ne pensait pas à un chiffre pareil. C’est quand même un chiffre marquant. » Le chiffre affecte d’autant plus le personnel que « la plupart ont fait leur carrière ici, la majorité des salariés ont trente ans d’ancienneté dans la boîte. Certains sont à deux ans de la retraite ». Le syndicat CGT compte étudier le projet d’accord avec les autres syndicats. La première réunion de négociation est programmée le jeudi 19 mai.