Les Echos - tatad.jpg L’Etat britannique est prêt à prendre 25 % des actifs que Tata Steel cherche à céder, pour accompagner un éventuel acheteur.

C’est du jamais-vu outre-Manche, pour un gouvernement conservateur, depuis le début des années 1970.