Repris en main par l’Etat au tournant de la guerre, l’enseignement technique devient celui des enfants en échec dans l’enseignement général. Sa sélectivité, longtemps l’une de ses forces, devient plus lâche à mesure que les injonctions des pouvoirs publics en lutte contre l’échec scolaire s’affirment plus pressantes. Aujourd’hui, le balancier revient dans l’autre sens et, à travers de nouveaux diplômes, on cherche à rehausser l’image de l’enseignement technique.