J.-C. Menzaghi a ensuite passé la parole à Burkhard Schmolck, directeur général de Saint-Gobain PAM Allemagne et directeur du métier voirie. Le dirigeant est revenu sur l’année 2015, qui a marqué un net fléchissement du volume de marché de la Fonderie. « Nos concurrents sont très agressifs et cassent les prix. Mais nous pouvons espérer de meilleures perspectives pour 2016, en nous concentrant sur trois axes principaux. En premier, l’innovation, pour sortir des produits meilleurs que ceux de la concurrence. Ensuite, il faut augmenter la force de frappe de nos réseaux de vente, et enfin améliorer sans cesse notre productivité, afin de réduire nos coûts. » Pour arriver à de meilleurs résultats, l’entreprise pourra compter sur plusieurs produits totalement nouveaux, issus de la recherche de Saint-Gobain. Jean-Christophe Menzaghi lui a succédé au micro, retraçant à son tour l’année passée, en commençant par regretter les résultats catastrophiques en termes de sécurité. Et le dirigeant de réclamer un respect des fondamentaux, comme le port des EPI (équipements de protection individuels), et un meilleur encadrement des entreprises extérieures. Dans ce tableau plutôt négatif, le directeur a tenu à saluer les résultats obtenus par le secteur petite voirie, qui n’a pas connu d’accident avec arrêt depuis trois ans maintenant.

Minute de réflexion systématique En termes d’activité, l’année 2015 a marqué le point le plus bas dans l’histoire de la Fonderie. Malgré ça, les objectifs en termes de productivité ont été atteints, « les équipes de Blénod peuvent en être fières », a soutenu le directeur. « Parmi les progrès réalisés figure aussi la qualité de service. Depuis le mois d’octobre, l’OTIF (lire encadré) ne cesse de progresser. C’est le fruit d’un vrai travail d’équipe, de l’équipe modèle à la mise sur parc en passant par toutes les étapes de production. Un grand bravo à tous. »

Les objectifs 2016 ont été annoncés dans la foulée, avec trois priorités fixées, la sécurité, les clients et la productivité. Concernant la sécurité, une « minute réflexion » sera mise en place systématiquement dès la sortie des procédures d’intervention pré-établies. Pour satisfaire les clients, la qualité sera mise en avant, et la Fonderie tentera encore de faire monter encore l’OTIF, et de poursuivre l’innovation et le développement de produits nouveaux. Enfin, pour améliorer la productivité, il faudra adapter l’organisation et les dépenses de maintenance, et éviter « les surcoûts générés par les besoins de reprise ou retouche des pièces. C’est-à-dire faire bien du premier coup. Des groupes de travail seront encore lancés en 2016 dans ce sens. »

Pour conclure, J.-C. Menzaghi a prévu une année encore difficile en termes d’activité, mais excitante avec de nombreux challenges à relever. « Je suis confiant, ensemble, nous devons, nous allons relever ces défis. » La cérémonie s’est terminée par un goûter autour d’un buffet de pâtisseries.

Patrice BERTONCINI