Tout en écartant farouchement les soupçons de triches, on reconnaît la nécessité d’améliorer les niveaux de dépollution. En décembre, le constructeur a annoncé qu’il allait intégrer de nouveaux systèmes de dépollution dans ses véhicules dès 2016, soit plus tôt que prévu. Un investissement de 50 millions d’euros. Egalement, le groupe devrait changer de technologie. Le constructeur devra en tout cas s’expliquer devant la commission la semaine prochaine et convaincre les différentes parties. Il mise gros en termes d’image, mais aussi en termes économiques, puisque ses moteurs diesel équipent aussi ses partenaires Daimler et Nissan. PSA n’est pas concerné Chez PSA, on assure n’avoir subi « aucune perquisition ». Deux modèles maison ont passé les test de la commission sans encombre, précise le directeur R&D Gilles Le Borgne. Une 208 de norme Euro 5 et un 508 de norme Euro 6.