Un panneau à moitié effacé. Seules subsistent quelques lettres éparses. On devine qu’elles indiquaient le chemin pour arriver à la Fonderie Mayennaise à Mayenne (Mayenne). Sur la route, d’autres panneaux désignent encore le site de son ancien nom : "usine de Brives". Le large parking reste désespérément vide en cet après-midi ensoleillé. Seuls bruits perceptibles, les chants des oiseaux des champs. La fonderie est à l’arrêt depuis le 29 mai. Un arrêt qui risque d’être définitif. Le Tribunal de commerce de Laval a ordonné la liquidation de cette entreprise fondée en 1904, spécialisée dans la fabrication de pièces pour le machinisme agricole, les poids lourds ou encore la robinetterie industrielle.

Depuis une dizaine d’années, le site connait des problèmes récurrents. Aujourd’hui la situation ne désespère pas seulement ses salariés, mais aussi ses clients. L’un d’entre eux, Nicolas Hullot, responsable des achats chez Bernard Controls s’énerve : "C’est une nouvelle fonderie qui ferme après celle de La persévérance. Tout le monde s’en fiche. On laisse filer notre tissu industriel. On n’a plus personne derrière nous, est-ce qu’il ne va nous rester que la Chine pour nous approvisionner ?" C’est le paradoxe de cette affaire. La fermeture est intervenue alors que le carnet de commandes faisait état de 1,8 million d’euros de commandes à réaliser d'ici la fin de l’année. Comment en est-on arrivé là ? Retour sur l’histoire d’un gâchis et de nombreuses fautes de gestion.

« Prix chinois » et « déficit d’investissement »

Gérard Tual, créateur du groupe d’intérim Actual et responsable de la cellule de reclassement de l’entreprise lors d’un premier redressement judiciaire, a repris la fonderie en 2006 avec 40 salariés. L’homme de services, qui reste injoignable, ne connait pas bien l’industrie. Sous son règne, le chiffre d’affaires annuel passe de 4 à 12 millions d’euros et les effectifs suivent dans les mêmes proportions en triplant pour monter à 120 employés. La productivité ne semble pas être une préoccupation majeure. Les marges se sont dégradées.

"Nos clients étaient contents, forcément, témoigne amer, Bruno Lejot, ex responsable du bureau d’étude de l’usine. L’un d'eux m’a même dit un jour qu’on avait presque des prix chinois." Face à cette situation, l’actionnaire ne se dérobe pas à ses responsabilités mais prend peu de décisions pour redresser structurellement le compte d'exploitation. "Depuis 2007 l’actionnaire remettait chaque année 1 million d’euros environ afin d’éponger les dettes, sans chercher à savoir d’où venaient les trous", se souvient Gaëtan Le Gall, ex responsable qualité de la fonderie. Des chèques qui s’arrêtent à la fin de l’année 2013.







Gérard Tual "abat alors sa dernière carte" selon certains salariés. Il fait évoluer la direction de l’entreprise dans l’espoir d’un redressement. Sans grand succès. Ceux qui ont examiné le dossier au sein des pouvoirs publics pointent le manque de professionnalisme dans la gestion. "Il n’existait pas de comptabilité analytique. L’outil industriel était très vieillissant sur un site dégradé et pollué. La gestion était empirique avec du passif accumulé auprès de l’Etat ou des fournisseurs", témoigne anonymement l’un d’entre eux.

Un four prend feu

Les salariés réunis aujourd’hui avec l’espoir de monter une Scop (société coopérative et participative) de la dernière chance pointent "le déficit d’investissement dans l’usine en quinze ans. Seuls les deux fours ont été remplacés en 2009 pour deux millions d’euros". Ironie du sort, le coup de grâce proviendra justement d’un four qui prend feu en juin 2014. La perte de production et les démêlés avec les assurances ne vont rien arranger.

"Les réparations devaient durer quatre semaines. Le four a redémarré au final au bout de cinq mois. La compagnie d’assurance a joué la montre en demandant à l’entreprise de fournir à chaque fois des documents supplémentaires. Au final, elle a passé un deal avec l’entreprise en ne donnant qu’un tiers de ce qu’elle devait réellement pour la réparation et la perte d’exploitation. La Fonderie était prise à la gorge et a dû accepter", raconte un ex salarié.

« Sur le papier, l’entreprise était intéressante »

Le tempo s’accélère début 2015. La Fonderie est placée en redressement judiciaire en janvier. Les salariés pointent la mauvaise gestion de l’administrateur et du mandataire judiciaire, eux aussi injoignables. Nicolas Hullot, directeur des achats de Bernard Controls, client de la Fonderie, regrette "le scénario du pire qu’a adopté l’administrateur judiciaire. Il retenait toutes les liquidités et nourrissait la trésorerie au compte- goutte. Du coup tous les salariés étaient payés mais la fonderie fonctionnait par à-coups à cause du peu de matières premières disponibles.C’est une énorme faute professionnelle".

La suite ressemble à une faillite ordinaire. Les repreneurs passent sans donner suite. Malgré les engagements que donnent des clients comme Bernard Controls ou Flowserve. "Nous étions prêt à nous engager sur un montant de commandes, à payer au cul du camion nous l’avons dit à l’administrateur, ça n’a servi à rien" explique Nicolas Hullot.

"Sur le papier, l’entreprise était intéressante avec un carnet de commandes rempli et diversifié, ce qui permet de ne pas être dépendant de gros donneurs d’ordre. Il y a eu plusieurs manifestations d’intérêts de repreneurs. A chaque fois, après avoir visité le site, ils ont refusé d’aller plus loin", détaille une source souhaitant rester anonyme. "Nous avons fait le maximum", se désole Jean-Baptiste Avrillier, commissaire au Redressement productif pour les Pays de la Loire.

l’espoir d’une Scop

Face au peu d’intérêt des repreneurs, le projet de Scop voit alors le jour. Les salariés pensent effectuer une reprise d’actifs et embaucher 50 anciens salariés. Ils ne peuvent déjà plus reprendre l’entreprise car la liquidation a été prononcée. Chaque salarié investi dans le projet est prêt à utiliser ses 10 000 euros de prime de licenciement. Mais localement, beaucoup s’accordent sur l’échec annoncé de cette initiative.

D’abord le maire de Mayenne, Michel Angot, apparenté à gauche. Bien qu’il ait déjà beaucoup investi d’argent public dans la Fonderie Mayennaise au nom de la ville et de la communauté de communes, il ne se fait pas d’illusion. L’homme a racheté des terrains lors des premiers ennuis de la fonderie en 2007. Il a même financé la moitié de la construction d’une sablerie sur le site pour 400 000 euros. Un investissement vain : la sablerie n’est toujours pas opérationnelle, l’entreprise à cours de trésorerie n’ayant pas respectée son engagement. "Je les adore ces salariés. Je suis très proche d’eux. Je leur ai mis à disposition un local municipal pour qu’ils travaillent sur leur projet. Mais une initiative comme celle-là se prépare longtemps à l’avance", détaille l’édile.

La règlementation s’en mêle

Les obstacles sont nombreux pour cette Scop. Le principal tient dans la dépollution du site qui promet d’être coûteuse. Patrick Durand-Smet, patron de Fleurylène, une holding de reprise d’industrielle, qui a finalement renoncé à l’entreprise explique qu’à partir "du moment où il y a une rupture d’exploitation, de nouvelles autorisations sont nécessaires. Il y aurait pu y avoir de la latitude pour pouvoir surseoir aux différentes mesures de mise à niveau".

Une source proche du dossier complète le panorama de cette reprise d’actifs compliquée. "De manière générale, une reprise sous forme de Scop ne se monte pas à la dernière minute. Celle-ci a commencé à apparaître dans le radar trop tard au moment où aucun repreneur ne s’est manifesté. Et le niveau d’investissement que nécessite l’entreprise afin d’être remise à flots est considérable." Même les Scops de l’Ouest, organisme d’aide pour la constitution de Scop, ne croit pas au dossier.

Du coup, les salariés motivés par le projet semblent osciller entre désespoir et paranoïa. "Nous avons l’impression aujourd’hui que cinquante emplois ne pèsent pas dans la balance", se désole Melinda Deshayes, ex responsable achat de matières premières. "Les autorités administratives demandent des autorisations aux salariés qui créent une Scop alors que l’entreprise n’en avait pas besoin avant", ajoute, amer, Bruno Lejot. Le sort du projet des salariés sera fixé très rapidement. Le 3 juillet, une audience de liquidation judiciaire doit déterminer qui achètera les machines de l’usine. A l’heure actuelle, la Scop n’a pas encore émis d’offre formelle.

Adrien Schwyter