la fonderie et piwi

Le blog de l'amicale AAESFF

Pour ne rien dire, ou presque, Pour ne pas s’envoler dans le commentaire, Pour rester à la confluence du savoir et de l’ignorance : au pied du mur. Montrer : comment c’est , comment ça se passe, comment ça marche. Diviser les discours par des faits, Les idées par des gestes, par des photos Juste les commenter quotidiennement

Logo JML oct 2018 Logo BMF 5-10-18 Logo Elkem 1-6-16 Logo Ampere Alloys Logo AMF 1-6-16

Visiteurs : 10880
Aujourd'hui : 846
En ligne : 4

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Le carillon de la cathédrale Notre-Dame de Rouen va être démonté en vue d’être restauré

Paris Normandie -

L’entreprise savoyarde Paccard a emporté le marché de restauration des 56 cloches de la cathédrale Notre-Dame. Le démontage - qui promet d’être impressionnant - commence lundi.

paccard_1914.jpg

En 1914, l’arrivée de la Jeanne sur le parvis (photo fonderie Paccard) Cinquante des cinquante-six cloches de la Cathédrale Notre-Dame - emmenées par leur grande sœur la Jeanne-d’Arc (environ 10 tonnes) - s’apprêtent à faire un grand voyage vers la Savoie.

Comme l’annonçait le directeur régional des affaires culturelles Luc Liogier dans notre édition du 23 janvier dernier, la Drac (direction régionale des affaires culturelles) a donné, après une dizaine d’années d’attente, son feu vert à la restauration du carillon. Dès la semaine prochaine, les équipes de l’entreprise Paccard (Haute-Savoie) procéderont au démontage des cloches puis à leur dépose. Leur descente interviendra quant à elle à partir du 27 avril. La cathédrale de Rouen possède un carillon (à usage musical) et une sonnerie de cloches à usage cultuel. L’ensemble a été installé et agrandi au cours de l’histoire, en 1914, 1954 et 1959. Le carillon de 1914 était composé de 29 cloches, tandis que la « sonnerie » comptait quatre cloches avec la Jeanne d’Arc (16 tonnes), la Caroline (3 300 kg), la Jean-Baptiste et la Petite Marie. Ces quatre cloches ont été détruites durant la Seconde Guerre mondiale, en juin 1944. En 1954, le carillon était restauré et passait à 50 cloches. Puis en 1959, la sonnerie était restaurée et la Jeanne refondue. SIX CLOCHES A DEMEURE En 2015, seize nouvelles cloches vont faire leur apparition. « Parmi elles, certaines vont remplacer des cloches de 1914 dont la qualité musicale n’est plus suffisante aujourd’hui pour faire partie du carillon », précise Anne Paccard, directrice du musée de la fonderie familiale. Les anciennes cloches seront conservées. Six d’entre elles seront prochainement installées dans la Tour de Beurre, permettant à la cathédrale de ne pas rester muette pendant la durée de la restauration. Deux autres seront exposées dans la Tour Saint-Romain. L’opération va se dérouler en plusieurs temps. Une fois descendues, les cloches vont rejoindre la région du lac d’Annecy. Elles bénéficieront d’un grand nettoyage et seront équipées d’un système de transmission qui les reliera au clavier à coups de poing. Au fil des mois, les seize nouvelles cloches seront créées par la fonderie Paccard. Quelques-unes, de petite taille, ont déjà été coulées la semaine dernière. Parmi les neuf autres grosses pièces seront coulés deux bourdons - cloches sonnant à la volée - de 5 et 3 tonnes. Après la restauration, le carillon comptera 64 cloches, ce qui le placera en deuxième place des carillons de France, après celui de Chambéry (70 cloches), également signé Paccard. « Les musiciens apprécieront notamment les quatre octaves chromatiques possibles sur l’instrument, commente Anne Paccard. Le but du facteur de carillon est de donner toute l’expressivité possible à l’instrument qui doit être extrêmement réactif. » Le carillonneur en titre, Patrice Latour, pourra d’ici un an tester le nouvel ensemble. PATRICIA BUFFET

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet