Ce 18 juin dernier, nous nous sommes retrouvés entre amis pour « Une journée particulière», au Lycée Jehan de Beauce. aligre56.JPG Il s’agissait de couler le buste d’Etienne Aligre. Vous pouvez remarquer que la première originalité est celle d’une coulée à trois poches et cela dans un établissement scolaire. 150 kg de bronze ont été ainsi coulés, une prouesse pour un Lycée. aligre03.JPG La seconde originalité, c’est que le moulage a été pensé et réalisé par Idir et ses élèves.

Chacun peut se souvenir qu’entre l’arrivée de la caisse avec le modèle et la coulée, de nombreux mois se sont écoulés, pédagogie oblige. aligre15.JPG Mais, sous l’œil avisé du proviseur, du petit fils de monsieur Aligre et du maire de Lèves qui tient le couvercle, nous avons pu refermer la boîte et restituer le plâtre du buste, une terre cuite de la fin du XIX è siècle laquelle demandera quelques soins.

aligre71.JPG La famille d'Aligre, issue de la noblesse de robe et originaire de Chartres, est célèbre pour ses chanceliers de France et ses hauts magistrats ainsi que pour son immense fortune qui fut une des plus considérables de France. Elle s'est éteinte au XIXe siècle dans la famille de Pomereu devenue par ordonnance royale du 21 décembre 1825 "de Pomereu d'Aligre", héritière des titres de la famille d'Aligre. La fondation d’Aligre aujourd’hui est un établissement médico social de 350 pensionnaires qui nécessitent 300 salariés. Etienne d’ Aligre fonde en 1827 l’institution. Ici le buste de son petit fils qui est l’arrière grand père de Bertrand de Rougé.

aligre18.JPG

Nous vous laissons imaginer les 150 mottes battues que les élèves ont réalisées avec un authentique sable silico-argileux qu’il fallait ré-humidifier chaque journée hebdomadaire passée à l’atelier.

aligre20.JPG Mais la coulée demeure un instant hypnotique et magique. aligre58.JPG Le décochage lui, demeure l’instant crucial qui validera le travail, aligre82.JPG

aligre87.JPG et conduira à la livraison après les ultimes travaux de soudure, de ciselure, et de patine. aligre94.JPG

chartres95.JPG

L’autre particularité de cette journée, c’est l’initiative prise par les jeunes de faire appel aux anciens pour ce moment particulier de la réalisation. aligre101.JPG Raymond Sorgius a pris sa retraite il y a déjà quelques années, il a été remplacé par Idir. Ludovic a, lui, remplacé Max Monet-Descombey parti aussi en retraite.

Ce « contrat de génération » qui fait l’objet de l’actualité et qui fait sourire les caciques semble difficile à mettre en place dans les entreprises. Ici dans l’Education, la mise en œuvre spontanée est bien réelle et se révèle une authentique réussite. Etonnant

Patrick Wibault dit Piwi