Le record de taille avait déjà été établi. Restait celui de poids, officiellement gravé mercredi avec le départ d’une pièce de 144 tonnes d’acier liquide coulées. Un bandage (fabriqué à la FAD) sur virole (sous-traitée), assemblés sous les hauts plafonds de la fonderie et aciérie denaisienne. « C’est la particularité, d’habitude l’assemblage se fait sur site », explique Laurent Thomas. Le responsable du projet souligne une « prouesse qui réside dans le délai, avec un temps record d’assemblage ».

Il faut dire que la cimenterie commanditaire de l’ouvrage, avec un four à l’arrêt dans l’attente de cette nouvelle jonction, pressait la fabrication. Soit dix semaines de boulot, sept jours sur sept. Et enfin un départ, mercredi après-midi, en péniche, du port fluvial de Denain jusqu’à Anvers, avant une arrivée estimée à mi-octobre au Pérou.

À chantier colossal, transport géant. Il ne fallait pas moins de deux grues pour décoller, installer et équilibrer les 144 tonnes du « produit clefs en main ». Une première que l’équipe de la FAD espère bien renouveler.