la fonderie et piwi

Le blog de l'amicale AAESFF

Pour ne rien dire, ou presque, Pour ne pas s’envoler dans le commentaire, Pour rester à la confluence du savoir et de l’ignorance : au pied du mur. Montrer : comment c’est , comment ça se passe, comment ça marche. Diviser les discours par des faits, Les idées par des gestes, par des photos Juste les commenter quotidiennement

Logo JML oct 2018 Logo BMF 5-10-18 Logo Elkem 1-6-16 Logo Ampere Alloys Logo AMF 1-6-16

Visiteurs : 37397
Aujourd'hui : 622
En ligne : 6

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Trimet bien placé pour la reprise de l'aluminium de Saint Jean de Maurienne

Le Dauphiné.com trimet.jpg Le ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg a annoncé ce mercredi, en réponse à une question du député de Savoie Hervé Gaymard lors de la séance des questions au gouvernement à l'Assemblée nationale, que Rio Tinto Alcan était entré en "négociations exclusives" pour la cession des usines de Saint-Jean-de-Maurienne et Castelsarrazin au groupe allemand Trimet. Le fonds stratégique d'investissement (Etat) est partie prenante.

Jusqu'à présent, deux repreneurs potentiels étaient encore en lice: Trimet et un groupe d'anciens cadres de Pechiney associé à un fonds d'investissement. Pour Hervé Gaymard, la solution allemande est la meilleure: "Trimet a une bonne réputation sur le marché", estime-t-il. Pour lui, les "négociations exclusives" sont le signe d'une "reprise au bout de la route". A gauche, on est plus prudent. Béatrice Santais, elle aussi député de Savoie, parle d'une "avancée importante dans le dossier" qui "ne signifie pas une reprise ferme et définitive".

La négociation comporte, entre autres, deux points majeurs. Le premier est celui du prix de l'énergie. Le contrat actuel avec EDF prend fin en mars 2014, et cette échéance est pour partie à l'origine de la décision de RTA de céder, ou fermer, le site mauriennais. La discussion doit se poursuivre avec le futur repreneur. La seconde question et celle des provisions à passer pour la dépollution du site, qui pourraient selon certains analystes aboutir à ce que RTA doive donner de l'argent pour se séparer de l'usine, qui a plus de cent ans. par Frédéric Thiers.

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet