SOS (Save Our Steel), c’est le cri de détresse que lance l’industrie de la métallurgie aux dirigeants des pays occidentaux et aux hommes politiques pour sauver l’industrie métallurgique occidentale (Credit Photo @ redcarlabourparty) Source France Métallurgie en lien à droite.

Dans son édition du 17 décembre 2011, le quotidien économique indien “The Business Line” rapporte une citation du patron du groupe indien MM Forgings Vidyashankar Krishnan sur l’industrie occidentale de la forge : “this industry is also a sunset industry in the West. So, there is scope for us to grow,”. Mais il n’y a pas que la Forge qui est en déclin, dans le monde occidental, nos fonderies ferment les unes après les autres, nos laminoirs se réduisent comme peau de chagrin, nos hauts fourneaux s’éteignent peu à peu. Depuis les siècles des lumières, à la révolution industrielle du XIX siècle en passant par les innovations du XX siècles, l’occident a toujours été le fer de lance de l’industrie métallurgique mondiale : Allemagne, France, Angleterre, Suède et USA ont été les épicentres des innovations majeures de l’industrie métallurgique mondiale.SOS-Steel.jpg Mais la mondialisation de l’économie mondiale à permis à plusieurs pays jadis sous-développés à émerger comme des puissance métallurgiques : Chine, Inde, Corée du Sud, Brésil, Turquie, Vietnam, Emirates …..Bien sur ces pays n’ont pas acquis le niveau technologique actuel des pays occidentaux mais ce n’est qu’une question de temps car ces pays avancent à grand pas alors que l’industrie métallurgique occidentale est en plein crise. Pour l’instant les industries métallurgiques européennes et américaine conservent une certaine avance dans le domaine des aciers spéciaux, des superalliages, du titane, de l’aluminium et d’autres alliages nobles … mais jusqu’à quand ? L’année 2012 ne sera sans doutes pas la fin du monde comme le prédit la mythologue Maya mais surement la fin d’un certain monde où régnait une hémogénie totale de l’industrie métallurgique occidentale sur le monde. Pour survivre la métallurgique européenne et outre-Atlantique doit se réinventer, faire sa mutation et trouver d’autres relais de croissance : en misant sur la R&D, la qualité, la réduction des couts, le service au client, la réactivité et surtout recevoir un soutien indéfectible des pouvoirs publics et de la classe politique.