Depuis le 13 juillet, une association qui souhaite participer à un débat sur l’environnement devra compter au moins 2 000 adhérents. Les associations d’utilité publique, elles, devront disposer d’une bagatelle de 5 000 donateurs et être présentes dans 11 régions au moins. L’État pourra également vérifier les conditions de financement des associations pour s’assurer de leur indépendance.

Autant dire que toutes les associations d’experts qui ont lancé les alertes sur l’environnement ces dernières années n’auront plus le droit de participer à de véritables débats dans ce domai­ne,

3 août 2011