Selon Ouest France :La-fonderie-de-bretagne.jpg 55 embauches dont 40 postes d’ouvriers, vont être réalisées dans les prochains mois. (Credit Photo @ Thierry Creux – Ouest-France)

L’usine de Caudan va embaucher. Et six millions devraient être investis en 2011 pour rénover l’outil de travail.

La direction de la Fonderie de Bretagne, filiale du groupe Renault, a rassemblé les 450 salariés pour évoquer les actions menées en 2010 et les projets à venir. Le bureau d’embauches est rouvert. Déjà seize personnes sont arrivées d’autres sites du groupe.La fonderie prévoit, en plus, de recruter, dans les prochains mois, 55 personnes en contrat à durée indéterminée, dont 40 postes d’ouvriers, 15 de techniciens. Ce plan sera présenté lors du comité d’entreprise de mercredi. Ce qui devrait pallier, en partie, les départs à la retraite liés au plan amiante.

Une solutionpour le bail précaire ?

« Depuis 2009, 5 millions d’euros ont été investis. Les certifications qualité et environnement ont été renouvelées. De nouvelles pièces automobile ont été lancées, en provenance de Renault, afin de soutenir l’activité », indique la direction. Elle met également en avant « l’effort important mené en matière de formation permettant de passer d’un jour à quatre jours en moyenne par salarié. » La direction reconnaît que, malgré ces efforts, les résultats restent décalés avec une perte de 11 millions d’euros, l’an dernier.La question du bail précaire souscrit par Renault a été évoquée. La direction a confirmé que « toutes les solutions sont étudiées. Il s’agit d’identifier celle qui permettra de sortir au mieux de cette convention précaire. » Le groupe Renault, propriétaire de l’ex-SBFM depuis septembre 2009 devrait faire une communication dans ce sens, avant l’été. Pour 2011, la direction a promis la poursuite des investissements, avec une enveloppe prévisionnelle de 6 millions d’euros. « Ils serviront notamment à accélérer la réfection des toitures, à remettre à niveau les installations haute tension et les installations de contrôle qualité.

Source : Ouest-France