selon les Echos

La métallurgie deviendrait-elle un petit concurrent d’Oséo et du FSI ? L’Union des industries et des métiers de la métallurgie (UIMM), qui regroupe 45.000 entreprises, de la TPE locale à Areva ou PSA, a présenté hier « UIMM Invest PMI », un programme de prêts participatifs (quasi-fonds propres) et d’investissement en capital, financé par les revenus de ses réserves (issues des caisses antigrève). « Avec 50 millions d’euros, vous êtes un acteur significatif du capital-risque », a estimé le médiateur du crédit, Gérard Rameix.Le programme représente, surtout, un tournant dans le paysage des organisations professionnelles. « Il y a eu des fonds dans la chimie et le textile, mais de montants plus faibles et qui ont tendance à s’essouffler aujourd’hui », indique l’UIMM. Dévolue à la négociation sociale, l’organisation patronale assure pour autant qu’il ne s’agit pas d’un virage stratégique. « Nous répondons à des besoins spécifiques d’entreprises industrielles, mais nous ne sommes pas là pour financer le développement économique général », assure son président, Frédéric Saint-Geours. Alors que l’industrie est couvée par le gouvernement depuis trois ans, « nous voulons démontrer que les industriels sont prêts à prendre leur destin en main », poursuit-il.