la fonderie et piwi

Le blog de l'amicale AAESFF

Pour ne rien dire, ou presque, Pour ne pas s’envoler dans le commentaire, Pour rester à la confluence du savoir et de l’ignorance : au pied du mur. Montrer : comment c’est , comment ça se passe, comment ça marche. Diviser les discours par des faits, Les idées par des gestes, par des photos Juste les commenter quotidiennement

Logo Elkem 1-6-16 Logo AMF 1-6-16 Logo EuropIron 12-7-16 Logo Brefond 19-7-16 Logo sogemi 24-10-16 Logo FirstAlloys 23-12-16



Visiteurs : 798312
Aujourd'hui : 21
En ligne : 2

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

lundi, 20 mars 2017

FONDERIE GILLET INDUSTRIES. - Ce dimanche après-midi sur France 2 .

27 patrons pour une usine, la victoire en récompense. vidéo de 29 minutes http://www.francetvinfo.fr/replay-magazine/france-2/13h15/13h15-les-francais-du-dimanche-19-mars-2017_2093541.html Un reportage signé d'Emmanuelle Chartoire, David Geoffrion et Anne Cohen, diffusé à 14h15 sur France 2 ce dimanche 19 mars. Il y a deux ans, le magazine "13h15" vous proposait de découvrir le combat d’une trentaine d’ouvriers de la fonderie Gillet, à Albi. Cette entreprise, vieille de plus de trois siècles, allait fermer, après avoir connu de multiples redressements. Eux allaient perdre leur travail, dans un secteur, la métallurgie, particulièrement sinistré. Alors, collectivement, ils ont décidé de racheter leur fonderie et de la gérer eux-mêmes, en société coopérative. Certains ont risqué toutes leurs économies, d’autres ont fait des emprunts… Tous bien décidés à s’investir à fond pour générer à nouveau des bénéfices, et survivre, coûte que coûte. Durant ces deux années, les équipes de "13h15" ont suivi leur parcours du combattant. Leurs efforts et leurs sacrifices ont fini par payer : ils ont aujourd’hui remis à flots cette entreprise déficitaire depuis 10 ans.

vendredi, 17 mars 2017

Une sépulture monumentale volée à Craonne

Le monument, en bronze, haut de 4 mètres, avait été inauguré à l'occasion du 80e anniversaire de l'armistice de la Grande Guerre.@ CC Velvet Partagez sur : INFO E1 - Ce monument, haut de 4 mètres, avait été inauguré à l'occasion du 80e anniversaire de l'armistice de la Grande Guerre.

La commune de Craonne, dans l'Aisne, s'est réveillée sous le choc mercredi matin. Une sépulture monumentale en bronze a été volée mardi soir. Ce monument, haut de 4 mètres, avait été inauguré à l'occasion du 80e anniversaire de l'armistice de la Grande Guerre. La sculpture, qui pèse plus d'une tonne et demie, réalisée par l'artiste Haïm Kern en hommage aux soldats tombés au Chemin des Dames, a disparu.

Le vol de cette œuvre, intitulée "Ils n'ont pas choisi leur sépulture", a été signalé vers 19 heures. La gendarmerie a ouvert une enquête. Elle cherche à déterminer comment un tel vol a pu être commis sans attirer l'attention.

http://www.aisnenouvelle.fr/region/chemin-des-dames-la-statue-volee-d-haim-kern-doit-ia16b0n254952

Lire la suite...

Trois questions à JEAN-BAPTISTE TOUZÉ (esff 99) , FONDERIE FONDAX & À JEAN-MARC PIATEK, CTIF

source la lettre d'info des fondeurs du Sud-Est - La fonderie Fondax a récemment fait appel à CTIF pour réaliser un plan de mesurage pour le suivi de la performance énergétique de l’entreprise. Jean-Baptiste Touzé (en bas de la photo ci-contre), son gérant et Jean-Marc Piatek, chef du projet à CTIF nous apportent leur témoignage sur cette action. Interview croisée !

Jean-Baptiste Touzé pouvez-vous nous présenter votre fonderie ?

Fondax est une fonderie d’aciers de 10 personnes située à Bain-de-Bretagne à 30 kilomètres au sud de Rennes. Elle est spécialisée dans les aciers au carbone, les aciers inox et faiblement alliés. Sa production est essentiellement tournée vers les pièces unitaires et la moyenne série avec une production d’environ 119 tonnes en 2015. Notre procédé de fabrication est le moulage sable à prise chimique qui permet d’obtenir une peau de pièce très propre.

Pourquoi avoir réalisé un plan de mesurage avec CTIF ? JBT – Nous avons sollicité les équipes de CTIF pour la réalisation de ce plan basé suivant le référentiel AFNOR FD X 30-147 qui décrit la conception et la mise en œuvre d’un plan de mesurage pour le suivi de la performance énergétique.

JMP – La fonderie Fondax était consciente d’un manque de précision sur la répartition de sa consommation d’énergie (électricité, gaz naturel et propane) dans son usine et cherchait à suivre une démarche structurée pour mieux maîtriser sa consommation d’énergie. La finalité de ce plan de mesurage est de déterminer les voies d’amélioration pouvant être entreprises et ainsi réduire la consommation de la fonderie.

De plus, ce plan de mesurage s’inscrit dans le cadre d’une opération collective initiée par l’ADEME.

Quelles étaient les attentes vis-à-vis de ce plan ?

JBT – De ce plan nous attendions de pouvoir réduire notre facture énergétique, connaître les principaux postes consommateur et estimer la quantité d’énergie taxée à taux réduit pour la TICFE (taxe intérieure sur la consommation finale d’électricité).

JMP – La fonderie souhaitait également mettre en place des indicateurs de performance énergétique et détecter les anomalies ou les dérives de consommation d’énergie et répondre aux exigences réglementaires ou légales relatives à la performance énergétique. Pour cela, des actions et des besoins d’instrumentation sont à entreprendre dans l’entreprise comme par exemple l’installation de plusieurs compteurs divisionnaires d’électricité, d’enregistrement et de suivi des consommations. Nous préconisons également la mise en place d’un relevé automatisé de la masse des matières enfournées.

Propos recueillis par Christine Monédière et Alain Jupin.

Lire la suite...

Dieselgate : ’« affaire Renault »

Le rapport de la DGCCRF accuse le constructeur automobile de tromperie. Ce dernier dément toute triche. Ca se gate ....de plus en plus...et on se fait tailler des costards.

Diesel: "dépassement des normes" chez Renault mais pas de logiciel de fraude (Royal) La Dépêche - La ministre de l'Ecologie Ségolène Royal a indiqué jeudi que les tests de pollution réalisés en France suite au scandale Volkswagen par une commission indépendante ont montré un "dépassement de normes" pour le CO2 et les oxydes d'azote chez Renault et "plusieurs" marques étrangères.

Par ailleurs, il n'y a "pas de logiciel de fraude" qui ait été détecté, y compris chez Renault, exception faite des véhicules de Volkswagen, a-t-elle précisé jeudi à la presse, à l'issue d'une réunion de cette commission technique indépendante mise en place par le gouvernement français après le scandale Volkswagen.

"Je fais confiance à Renault qui est un grand industriel français", a assuré la ministre.

Elle n'a pas voulu préciser quelles sont les autres marques qui ont montré un dépassement de normes.

Il s'agit, a-t-elle précisé, de "conclusions encore provisoires", puisque la commission a testé depuis octobre, dans cette première phase, 22 voitures, de huit marques différentes: Renault, PSA, Volkswagen, Mercedes, Ford, Opel, Toyota et BMW.

Ces premiers tests "ont porté sur 22 premiers véhicules", c'est un "échantillon significatif mais pas encore complet", a commenté Ségolène Royal, indiquant que "les investigations vont continuer pour atteindre un échantillon de 100 véhicules".

Quatre constructeurs supplémentaires seront testés: Nissan, Volvo, Suzuki et Fiat.

"Toutes les conclusions seront publiées à l'issue de l'ensemble des tests ainsi que les actions décidées par les constructeurs qui s'engagent à prendre des décisions industrielles concernant la réduction des dépassements de normes a la fois pour le CO2 et les oxydes d'azote", a encore dit la ministre.

Elle a ajouté que le test pratiqué par le laboratoire Utac-Ceram pour la commission est "capable de détecter les fraudes telles que celles reconnues par Volkswagen, c'est-à-dire des systèmes qui détectent que la voiture est en train de subir un test anti-pollution (...) et s'adapte".

Selon la ministre, c'est la première fois qu'une procédure de test est mise au point (...) en "conditions d'utilisation routières", c'est un "grand progrès".

Renault a confirmé jeudi que les services de la répression des fraudes avaient procédé à des perquisitions sur plusieurs de ses sites, mais "les perquisitions n'ont rien à voir" avec les tests, a souligné Ségolène Royal, sans donner plus de précision.

Le constructeur automobile "a accepté de venir devant la commission la semaine prochaine", a salué Ségolène Royal.

Le ministre de l'Economie Emmanuel Macron, en déplacement à Berlin, a pour sa part estimé que le cas de Renault n'est "en aucun cas une situation comparable" à celui de Volkswagen.

Renault, dont l'action a perdu jusqu'à 20% jeudi, a terminé sur une chute de 10,28% à 77,75 euros à la clôture de la Bourse de Paris.

Un artiste ardennais

dans l'Union.

jeudi, 16 mars 2017

Fiday Gestion ... et les piles usagées deviennent des tambours de freins

Traces Ecrites News - Publié par Monique Clémens, le 16 mars 2017 FONDERIE HAUTE-SAÔNE. Leader européen des tambours de freins pour camions, l’entreprise a mis au point le procédé Bat’Ring permettant de recycler des piles alcalines et salines usagées dans son process de fabrication de fonte. Ainsi, Fiday Gestion n’a plus besoin d’acheter de manganèse et participe à l’économie circulaire. Le brevet a été déposé avec Eco’Ring et les deux partenaires veulent maintenant convaincre d’autres fondeurs d’utiliser ce procédé qui, last but not least, ne nécessite aucun investissement. Demain 17 mars, l’innovation sera présentée à Dijon lors de la signature d’un contrat d’objectif entre l’Ademe et la Région Bourgogne-Franche-Comté sur les déchets et l’économie circulaire. Fiday Gestion est l'un des leaders européens du tambour de frein pour camions.

Depuis 2004 et la hausse des coûts matière, Fiday Gestion cherche des matériaux de substitution. Les matières premières représentent le premier poste de dépense de cette fonderie et se montent entre 15 à 20 millions d’€ par an.

L’enjeu est de taille. Cette entreprise de Haute-Saône qui emploie 270 salariés à Chassey-les-Scey et occupe une position de leader européen sur le marché du tambour de frein pour camions s’était alors assez naturellement engagée dans une démarche environnementale, et avait obtenu la certification ISO 14.001 en 2010.

Après l’anthracite et les copeaux de métaux, moins coûteux que le coke (combustible obtenu par pyrolyse de la houille), l’entreprise avait eu l’idée de valoriser les piles usagées dans son cubilot, la grande tour verticale où sont introduits le combustible, les aciers et les différents éléments nécessaires à la fabrication de la fonte grise, comme le silicium ou le manganèse. C’est justement le manganèse contenu dans les piles qui leur vaut tant d’intérêt. Auparavant, l’entreprise achetait 100 à 150 tonnes de manganèse pur par an, à près de 1.000 € la tonne.

Aujourd’hui, avec l’utilisation de piles usagées fournies par un éco-organisme du Jura, cet élément indispensable à la fonte grise qu’elle utilise pour fabriquer les pièces de freins pour camions et remorques ne lui coûte plus qu’environ 5 € la tonne. Une paille…

Le remplacement ne s’est pas fait en un claquement de doigts. Sur ce coup-là, Fiday a investi près de 600.000 €, tout compris. Le fondeur haut-saônois a travaillé en collaboration avec Eco’Ring, un cabinet d’ingénierie basé à Feurs, dans la Loire, spécialisé dans la valorisation des déchets et de co-produits contenant des métaux. Le manganèse contenu dans les piles remplace le manganèse pur, beaucoup plus coûteux. Les piles simplement triées

Le projet a été soutenu dès le départ par l’Ademe (l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie). La Dreal, à son tour, s’est embarquée dans l’aventure en délivrant des autorisations rapides.

Le CTIF (Centre technique industriel fonderie, matériaux et produits métalliques) a validé le procédé et les éco-organismes chargées de collecter, trier et valoriser les piles usagées ont également été mis à contribution.

Les deux entreprises partenaires ont déposé un brevet pour leur procédé en 2013. Baptisé Bat’Ring, il permet de valoriser les piles alcalines et salines usagées telles quelles dans l’industrie de la fonderie, et plus précisément dans les cubilots à vent chaud. Un ingénieur métallurgiste a été embauché en 2014 pour suivre le processus et lancer la préindustrialisation. Bat’Ring a été testé pendant plus de deux ans, à la fonderie de Chassey-les-Scey, et devant les bons résultats et l’absence de rejets dans l’atmosphère et de dégradation de l’environnement, l’industrialisation proprement dite a pu être lancée mi-2016.

« Les piles sont seulement triées, chargées dans la trémie puis dans une benne et versées dans le cubilot, pour être transformées en fonte grise puis en tambours de freins », résume Jean-Pierre Garnier, P.-DG de cette PME à l’actionnariat familial. « Le procédé est disponible à la duplication, le déploiement industriel et commercial démarre. » Coulée de fonte chez Fiday Gestion, ici manuelle.

La duplication du procédé, c’est l’étape suivante. Le marché des piles alcalines et salines, en Europe représente 160.000 tonnes par an, qu’il faudrait valoriser à plus de 50% pour être conforme à la directive européenne. On n’en est qu’à 45% aujourd’hui, alors que le procédé Bat’Ring affiche un taux de valorisation de 80 à 85%.

Co-propriétaires du brevet, Fiday Gestion et Eco’Ring veulent maintenant convaincre les autres fonderies d’adopter leur procédé. « Il nécessite zéro investissement, il permet d’enrichir la fonte en poussières de zinc et il affiche une empreinte carbone réduite par rapport aux procédés existants », poursuit le P.-DG de Fiday.

Lire la suite...

Région Grand EST : Appel aux bonnes volontés

Compte tenu de mon activité professionnelle et de mes enfants en bas âge, j’ai fait le choix de passer le relais sur la Région Est à Michel Boulet ici à gauche. Comme vous le savez, Michel est avec moi sur la région Est depuis plus de deux ans maintenant. Il a accepté de devenir le nouveau président, je resterai avec lui pour l’aider en tant que Vice-président ici avec Emeline . La journée du 24 juin sera animée par Michel, une contrainte familiale ne me permet pas de m’y rendre.

Egalement, nous sommes à la recherche d’une ancien ESFF sur la région Est qui serait motivé pour rejoindre notre groupe. Si vous connaissez quelqu’un dans les jeunes diplômés dans années passées, nous sommes preneurs ! Rémi Lalonde relayé ici par Piwi

mercredi, 15 mars 2017

Elkem recherche son R&D scientist

The R&D-department of Elkem Foundry Products is located in Kristiansand, and consists of a team of 5 persons. The R&D-department carries out product development on additives for the steel and cast iron industry.

R&D scientist

On parle bcp de valeurs... dans les partis politiques : à l'abordage !

mais ici c'est un ardennais Jean Noel Martin retiré en Charente qui nous invite à regarder cette vidéo de 3 mn qui concerne les valeurs de l'Hermione, ce que l'on peut faire avec un équipage : dans votre entreprise et pourquoi pas ?

l'entraide & le partage, la rigueur & la discipline,

l'engagement & la motivation, la solidarité & l'autonomie, vivre ensemble & respecter les autres , dépassement de la connaissance de soi, savoir-faire & savoir-être,

dépassement de la connaissance de soi.

ZF FONDERIE LORRAINE

par Mangeo - Créée en janvier 1996, l'entreprise est une entité qui bénéficie d'une très forte ancienneté. Elle est actuellement dirigée par MARC FRIEDRICH. Située à GROSBLIEDERSTROFF (Moselle), c'est une Société par actions simplifiée (SAS

Lire la suite...

- page 2 de 631 -