la fonderie et piwi

Le blog de l'amicale AAESFF

Pour ne rien dire, ou presque, Pour ne pas s’envoler dans le commentaire, Pour rester à la confluence du savoir et de l’ignorance : au pied du mur. Montrer : comment c’est , comment ça se passe, comment ça marche. Diviser les discours par des faits, Les idées par des gestes, par des photos Juste les commenter quotidiennement

Logo Elkem 1-6-16 Logo AMF 1-6-16 Logo EuropIron 12-7-16 Logo Brefond 19-7-16 Logo sogemi 24-10-16 Logo FirstAlloys 23-12-16



Visiteurs : 1111459
Aujourd'hui : 621
En ligne : 5

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

jeudi, 17 mai 2018

Serge Renaud vient de nous quitter

Piwi, ému d'apprendre le décès à 85 ans de son premier patron, alors directeur général des Etablissements Joassart qui allaient devenir les fonderies de Wassigny. C'était en mai 1969.

Un patron particulièrement exigeant, souvent rude et sarcastique. Il savait aussi se montrer généreux et Piwi peut en témoigner. Les machines à mouler et les deux cubilots de la fonderie produisaient à des cadences très performantes pour l'époque et avant l'arrivée des disamatic.

Serge Renaud attachait une importance à l'image laissée par la fonderie qui devait en effet ressembler aux voisines laiteries de la Thierache.

Par la suite et jusqu'en 1987, j'ai collaboré avec lui dans les instances de la profession. Les fondeurs passés par les cours du samedi savent aussi ce qu'ils doivent à celui qui attachait une importance à l'ascenseur social qui dans le métier ressemblait plutôt à une corde à nœuds.

Ses responsabilités à la Chambre Régionale Commerce & d'industrie de Picardie , à l'UIMM, au Medef l'ont éloigné de la fonderie et c'est à Jean François Renaud son fils qu'il confia les rennes de l'entreprise.

A Jean-François et à toute la famille qui connaissaient mon attachement et mon dévouement aux causes que défendait Serge Renaud, je dis ici mes amicales pensées depuis la Pyrénées et mon regret de ne pouvoir m'associer physiquement à la cérémonie de vendredi.

mercredi, 9 mai 2018

Une figure de la fonderie d' art vient de nous quitter

Dominique Thinot nous informe du décès de son Papa Pierre Thinot : Piwi se rappelle de sa dernière rencontre de ce fondeur en 2009 dans sa fonderie de Chatillon (92) . Il avait 84 ans et continuait son marathon pour tenir sa fonderie hors de l'eau. Il était encore un grand nageur et cette autre passion le maintenait en forme. Je me rappelle de sa gentillesse et surtout de son exceptionnel savoir faire et notamment de la qualité de ses médailles . A toute sa famille, Piwi fait part de sa grande estime pour ce fondeur discret, passionné, expert dans son métier qu'il chérissait tellement.

mercredi, 25 avril 2018

AGE DU BRONZE (fonderie d'art 53) -

http://fonderie-agedubronze.com

lundi, 23 avril 2018

Raon-l'Etape - PTP industry, la fonderie du futur

Vosges matin - Avec 75 CDI et 10 intérimaires, la fonderie de Raon-l’Etape, mise en redressement judiciaire en 2014, trouve un nouveau souffle autour de son président, Pierre Becker, qui poursuit ses investissements pour pouvoir répondre un dynamisme retrouvé.

Lire la suite...

Export. La Fonderie Macheret a des ambitions internationales

Ouest France - Paul Macheret, cogérant de la fonderie d'art Macheret, projette l'extension de son entreprise à Montfort-le-Gesnois, d'ici 2020. Paul Macheret, cogérant de la fonderie d'art Macheret, projette l'extension de son entreprise à Montfort-le-Gesnois, d'ici En plein essor depuis quelques années à Montfort-le-Gesnois, l’entreprise de fonderie d’art Macheret envisage de pousser ses murs. À la clé, une vingtaine de nouveaux emplois.

Installée sur les bords de l’Huisne, à Montfort-le-Gesnois, la fonderie d’art Macheret s’enracine dans le paysage entrepreneurial sarthois. À sa tête, deux frères, Yves et Paul Macheret, impliqués depuis 2012 dans le projet de leur père, Philippe, fondateur de l’entreprise en 1982.

Seule fonderie d’art du département, la société suit depuis, une belle courbe de croissance. « Depuis cinq ans, elle se mesure à deux chiffres », se félicite Paul Macheret, en charge de la partie business. Habitant Paris, il y gère un carnet de commandes déjà bien noirci, tourné pour l’essentiel vers deux marchés : les trophées et les objets en bronze.

Lire la suite...

vendredi, 20 avril 2018

Fonderie HUGUENIN - à VÉZELISE (54)

Une fonderie au service des artistes selon l' EST Républicain Créée par Joël Huguenin dans des locaux des anciennes brasseries de Vézelise, l’entreprise a été reprise par sa fille. De la médaille à la statue monumentale. C’est une petite entreprise familiale mais sa notoriété a dépassé les frontières du département. Créée en 1978 par Joël Huguenin qui a fait ses armes dans les fonderies de Vaucouleurs et de Cousances-les-Forges, la gérance est assurée depuis 2015 par sa fille Céline, qui s’occupe aussi bien de la fabrication que de la partie administrative.

Lire la suite...

dimanche, 15 avril 2018

Patenôtrier

Jean Marc Bancel à Saint-Julien-Molin-Molette (42) est l'un des derniers patenôtriers au monde- Selon Le Progrès - Des dizaines de milliers de croix sont encore dans les ateliers de Jean-Marc Bancel. Photo Claude BONNARD Jean-Marc Bancel a fermé sa manufacture d'articles religieux en 2015. Mais il continue de distiller son savoir-faire de fabricant de chapelets. Il remet alors en route son atelier pour des formations de quinze jours. Moines de l'Hexagone ou du Nouveau-Mexique viennent apprendre à ses côtés les techniques du patenôtrier. Mais pas seulement. Ainsi, jusqu'au lundi 16 avril, la fonderie accueille Scott Bingham, un ingénieur américain et Terry Stanley, un ferronnier gallois. La fabrication des croix s'effectue selon un procédé ancestral en fonderie au sable. Le moule est unique, il est cassé après usage et reconstruit à chaque opération. Le préparation des moules est une opération délicate. Photo Claude BONNARD De gauche à droite : Eliane Bancel, Terry Stanley, Jean-Marc Bancel et Scott Bingham. Photo Claude BONNARD Scott Bingham (Colorado) s'initie à la fabrication d'un moule. Photo Claude BONNARD

jeudi, 12 avril 2018

le Groupe SIVAL (76)

Le Groupe SIVAL, spécialisé dans la fabrication de pièces complexes en alliages d’aluminium, regroupe trois entités complémentaires sur plus de 8000 m², dont deux en Normandie (Fonderie Sival à Eu-76- et usinage chez Dubus à Friville-Escarbotin-80-) et une en Hongrie (Aluko à INARCS, au sud de Budapest). Le Groupe réalise des pièces de haute technicité pour des clients de l’industrie aéronautique (Safran, Thalès, Zodiac Aerospace) et ferroviaire (Faiveley, SNCF, Alstom). Chacune des entités du Groupe SIVAL est certifiée ISO 9001 ou EN 9100. Au 31 décembre 2017, le Groupe compte 119 salariés, dont 94 en France.

Résultats annuels 2017 favorables Forte croissance du chiffre d’affaires, portée par l’aéronautique et les activités rechange ferroviaire

Lire la suite...

vendredi, 6 avril 2018

Le site d'une fonderie de l' EST : VHM (Victor Heinrich fonderie)

https://www.vhm-fonderie.fr/

Pour une meilleure lisibilité des prestations proposées par Vhm Fonderie (anciennement Heinrich Fonderie), le site internet a été refondu.. Laurent Poux.

mardi, 3 avril 2018

Le Groupe Bouhyer, numéro un européen de la fonderie

Selon Entreprendre.fr Créée dans les années 1920, l’entreprise Bouhyer était d’abord spécialisée dans les bétonnières et les cuves. Ce n’est qu'après 1950 que ses fonderies se sont reconverties dans la fabrication de contrepoids pour les engins du BTP. La PME basée à Ancenis (Loire-Atlantique) est aujourd'hui le numéro un européen de son secteur. Face à la nouvelle concurrence venue d’Europe de l’Est et de Chine, le PDG Alain Mimouni, qui a repris l’entreprise en 2007, a su innover et développer une forte capacité de production.

L’entreprise Bouhyer peut construire des contrepoids de 25 tonnes et produire 100.000 tonnes de fonte par an sur son site d'Ancenis. Historiquement tournée vers l'export, l'entreprise centenaire exporte majoritairement vers l’Allemagne (80%) et le Royaume-Uni (10%).

L’immense majorité de la production part donc à l’export. « Nous sommes structurés à l'allemande », détaille Alain Mimouni, dont les salariés parlent tous couramment l’allemand. Mais l’Allemagne n’est pas le seul débouché de Bouhyer : la PME possède dans son portefeuille un géant américain, le groupe Hyster-Yale Materials Handling (2,6 Mds€ de CA), leader mondial du secteur de la manutention.

- page 1 de 38