la fonderie et piwi

Le blog de l'amicale AAESFF

Pour ne rien dire, ou presque, Pour ne pas s’envoler dans le commentaire, Pour rester à la confluence du savoir et de l’ignorance : au pied du mur. Montrer : comment c’est , comment ça se passe, comment ça marche. Diviser les discours par des faits, Les idées par des gestes, par des photos Juste les commenter quotidiennement

Logo Elkem 1-6-16 Logo AMF 1-6-16 Logo EuropIron 12-7-16 Logo Brefond 19-7-16 Logo sogemi 24-10-16 Logo FirstAlloys 23-12-16



Visiteurs : 991988
Aujourd'hui : 584
En ligne : 8

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

samedi, 11 novembre 2017

Fonderie L'Huilier 03) toujours et encore

http://france3-regions.francetvinfo.fr/auvergne-rhone-alpes/allier/sante-fer-derniere-fonderie-artisanale-allier-1363191.html Une santé de fer pour la dernière fonderie artisanale de l'Allier vue et appréciée par FR3

La dernière fonderie artisanale de l'Allier fait sa place parmi les 300 fonderies françaises / © Aurélie Albert

Depuis 51 ans, dans la montagne bourbonnaise, à Lapalisse, la fonderie L'Hullier s'active. Dans la dernière fonderie artisanale de l'Allier, parmi les 7 personnes qui travaillent ici: Sébastien L'hullier (ESFF 2006). Il a pris la tête de la petite entreprise depuis 2010.

Depuis trois générations, la famille L'Hullier est dans la fonderie. "Depuis tout petit, j'ai vu mon père travailler et donc, je savais ce que je voulais faire et j'ai fait mes études en conséquence", raconte Sébastien, le jeune PDG de cette petite entreprise de sept salariés. L'entreprise a été créée par son grand-Père Louis Eugène L'Hullier. Certes, les machines ont bien changé depuis sa création en 1966 mais la matière première reste la même à quelques exceptions près. Du modelage aux finitions, tout est fait à la main. Ce qui fait d'elle la dernière fonderie artisanale d'Auvergne. William Pommier, conducteur de four, s'enorgueillit de travailler dans cette fonderie car pour lui, "c'est un métier atypique, qu'on ne retrouve pas partout en France."

Chaque année, deux-cents tonnes de fonte sont coulées dans la petite entreprise de Lapalisse. Loin des sept-cents tonnes par jour des grandes fonderies industrielles comme PSA, mais Sébastien L'Hullier ne se décourage pas car, selon lui, l'entreprise familiale aura toujours sa place sur les petites séries. Plus de 95% du travail est à destination de l'industrie et la petite entreprise se fait progressivement une place parmi les 300 fonderies françaises.

mardi, 7 novembre 2017

les fonderies du Val Ricard à Bolbec (76)

ont été placées en liquidation judiciaire par jugement en date du 27 oct .

La fonderie et les artisans des métiers d'art (vidéos)

au carroussel du Louvre.

Daniel Beuglet rencontre Alexandre Behot fonderie de la Côte (deux ESFF & Gadz'artz). Il y a de l'art dans Gadz'art. Ils ont la banane.

Solyfonte nous parle de la 3D ...

...et appréciez le travail du moulage au sable rouge avec mottes battues du mouleur de la fonderie Remy Garnier. Intéressantes vidéos d'environ 2 mn .

l’artisanat d’art et le patrimoine culturel font partie des éléments de l’attractivité française

samedi, 4 novembre 2017

Solyfonte : « Quatre jours de lumière » au carrousel du Louvre

Le Progrès - Solyfonte, installé depuis huit ans à Montbrison, participe pour la deuxième fois à ce salon. Le label Entreprise du patrimoine vivant, reçu en 2016, a ouvert à Solyfonte les portes de ce salon. « Ce label est une garantie d’un savoir-faire d’excellence français », explique Christophe Gautier, directeur commercial de cette entreprise spécialisée dans la fonderie de précision et fonderie d’art.

Ce salon international offre l’opportunité à la société montbrisonnaise de présenter son savoir-faire : « On travaille dans l’ombre de nos clients. Durant quatre jours, ça nous permet d’être dans la lumière et ça nous a apporté pas mal de contacts avec des ébénistes d’art, des architectes d’intérieur et des restaurateurs de mobilier. »

L’entreprise travaille notamment pour des marques françaises de bijouterie et d’orfèvrerie internationalement reconnues. Solyfonte, avec ses 25 employés, a la particularité d’allier la technique ancienne de la fonderie à cire perdue avec les nouvelles technologies.

vendredi, 27 octobre 2017

La fonderie - Saint Jean Industries va créer un centre d'innovation

Les Echos -

Un centre de recherche va être créé à Saint-Jean-d'Ardières, dans le Rhône, par le groupe Saint Jean Industries. L'équipementier automobile Saint Jean Industries a obtenu un prêt de 45 millions d'euros de la BEI. Objectif : moderniser ses 8 usines européennes.

C'est une première pour ce sous-traitant de l'industrie automobile. « La plus grosse opération de financement de l'histoire du groupe », précise Emile Di Serio, président de Saint Jean Industries. L'équipementier automobile a conclu avec la Banque européenne d'investissement un prêt de 45 millions d'euros, garanti au titre du plan d'investissement pour l'Europe. Objectif : poursuivre ses investissements en recherche et développement et dans la modernisation de ses usines sur les trois prochaines années. Un plan d'un montant global de 90 millions d'euros. Saint Jean Industries va se doter d'un centre d'innovation sur son site historique de Saint-Jean-d'Ardières, dans le Rhône. 4.000 mètres carrés de bureaux et d'atelier vont être aménagés dans une halle rénovée. Cet investissement de 10 millions réalisé en dix-huit mois devrait générer la création de 100 emplois.

Jantes ultralégères

Dans le passé, le groupe a innové avec un procédé de fabrication combinant une opération de forge et une préforme de fonderie, qui a donné naissance notamment à des jantes en aluminium ultralégères et à des disques de frein bi-matière. A la demande des constructeurs auto qui souhaitent optimiser le coût énergétique ramené à la pièce, les sous-traitants tendent vers la fabrication de pièces plus légères pour réduire les émissions polluantes des véhicules. Dans ce contexte, la production de pièces de structure en aluminium, encore plus léger, va être développée avec la filiale allemande Fastner, acquise en septembre 2016.

Usine américaine relancée

Cette stratégie d'innovation va de pair avec la modernisation de l'ensemble de ses 8 usines européennes, en France, en Allemagne, en Croatie et en Espagne. Leur outil de production sera davantage automatisé, des machines communicantes plus performantes seront installées. L'effort va porter sur ses outils de fonderie, d'usinage et d'assemblage afin d'optimiser les flux de production.

Le groupe, qui a démontré une certaine forme de résilience après l'incendie en 2012 de l'une des lignes de production de son usine de l'Arkansas, poursuit son expansion internationale avec la construction d'une nouvelle usine en Chine. Un projet déjà financé. L'usine américaine a été relancée sous l'impulsion de commandes de Tesla, Ford et Daimler. Saint Jean Industries réalise plus d'un quart de son chiffre d'affaires aux Etats-Unis. Le groupe s'est fixé pour objectif d'atteindre 500 millions d'euros en 2020. Fin 2017, il devrait s'élever à 380 millions, avec 2.200 salariés.

Vincent Charbonnier

lundi, 23 octobre 2017

QUE FAIT-ON À FDB ?

Des collecteurs d'échappement, des bras de suspension, des boîtiers différentiels ou encore des porte-fusées, la Fonderie de Bretagne, installée à Caudan depuis 1965, est spécialisée dans la production de pièces automobiles de sécurité en fonte, brutes et usinées.

Cette société a rejoint le Groupe Renault en 2009 dont elle est désormais filiale à 100%. De 2010 à 2016, 92 millions d'euros ont été investis sur le site, notamment dans une nouvelle ligne de moulage et des ilots de finition et d’usinage robotisés.

L'investissement porte aussi sur l'amélioration des conditions de travail, l’ergonomie et l’environnement, avec de nouveaux équipements d’aspiration, des aides à la manutention…

La modernisation se poursuit avec notamment de nouveaux tours à commandes numériques, afin de former des îlots d'usinage modernes et ainsi disposer d'une supply-chain complète avec fonderie, finition et usinage.

vendredi, 13 octobre 2017

Journée Portes Ouvertes à la Fonte Ardennaise (08)

https://www.youtube.com/watch?v=gbTSrAgUKlI&sns=em

Une visite tout en sourire et un intérêt évident pour les visiteurs jeunes & moins jeunes ; des étonnements face aux passions exprimées par chacun des membres du personnel. Une initiative largement positive pour l'image de la profession qui se redore avec de telles initiatives. https://www.youtube.com/watch?v=dDnDHvg18iU

mardi, 10 octobre 2017

Fonderie sous pression : Dynafond (27)

vidéo sur you tube - 2mn 28 https://www.youtube.com/watch?v=wZLlpe_Cgv8

Bonne Journée.- Philippe Boulier - P.D.G - www.dynafond.fr - ZI - 27150 Etrepagny - tel : 02.32.55.02.07

Poitou Fonte la fonderie spécialiste du carte (bloc moteur)

Info-Eco Depuis 36 ans, la Fonderie produit des carters cylindriques. Depuis son rachat en 2014, de nombreux investissements ont été réalisés pour robotiser et automatiser les étapes, améliorer le contrôle et la qualité des pièces. L’entreprise a ainsi gagné en performance et en rentabilité.

Installée à Ingrandes sur la zone industrielle de Saint-Ustre depuis 1981, la Fonderie du Poitou Fonte est la spécialiste du carter cylindrique. Employant 430 salariés, avec un chiffre d’affaires de 81 millions d’euros, l’entreprise transforme 61  000  tonnes de fonte par an, soit l’équivalent de huit Tour Eiffel. Elle produit ainsi 1,7 million de carters par an, soit 2 % de la production mondiale. La Fonderie travaille pour Renault, Fiat et Suzuki-Maruti et intègre ses pièces pour Lancia, Opel, Nissan, Alfa Roméo ou encore Tata Motors. L’export représente 70 à 75 % de la production et notamment l’Espagne, l’Italie, la Pologne, l’Inde ou encore la Turquie. Sur le même site cohabitent en réalité deux sociétés distinctes, la Fonderie et Saint-Jean Industries (fonderie d’aluminium fabriquant des culasses). Les deux entreprises ne formaient au départ qu’une entité, filiale du groupe Renault. En 1999, le site est vendu au groupe Teksid (qui deviendra Fiat par la suite). En 2002, la division est réalisée, la Fonderie du Poitou Fonte est créée. Les premières pièces pour Fiat sortent en 2003 et pour Suzuki en 2007. En mars 2014, l’entreprise est rachetée par deux industriels français indépendants. Sécurisation et robotisation

Lire la suite...

samedi, 7 octobre 2017

L’entreprise Sapa, basée à Lucé, repasse sous le giron du géant norvégien Hydro Aluminium

L'écho Républicain -

L’entreprise Sapa, basée à Lucé, repasse sous le giron du géant norvégien Hydro Aluminium Le site industriel de Lucé (28 à côté de Chartres) s’appelait, d’abord, Hydro Aluminium puis Sapa et enfin Hydro tout court.? © photo : Quentin Reix Elle est restée quatre ans sous la joint-venture Sapa. Le site industriel lucéen repasse sous le giron du fabricant norvégien, Hydro, spécialisé dans l’extrusion de l’aluminium. Il s'appelait Hydro Aluminium jusqu'en juillet 2013 et Sapa jusqu'au 2 octobre 2017. Le site lucéen de fabrication d'aluminium par extrusion faisait l'objet d'une joint-venture entre le groupe suédois Orkla Asa et le norvégien Norsk Hydro ASA. Il a réintégré officiellement le giron du groupe norvégien Hydro, premier producteur mondial, lors d'une cérémonie officielle de changement de nom, en présence de Samuel Velon, directeur de l'usine.

Ce changement de structure juridique a-t-il eu lieu pour des raisons de rentabilité du site ? Nous redressons l'activité du site et nous connaissons actuellement une grosse opération de mise en fiabilité de nos équipements. Nous investissons fortement en 2017 et cherchons à continuer d'en faire autant. 1,2 million d'euros ont été investis pour la partie extrusion. La fonderie, elle, a investi 9 millions d'euros. Cette dernière activité est toujours profitable. Nous optimisons le processus et changeons notre équipement car les équipes tournent 7j\7 et 24h\24.

Les marchés évoluent et les délais sont raccourcis, passant de six à deux semaines. L'usine lucéenne ne fait que du sur-mesure et les pièces sont de plus en plus techniques. La conception de l'outillage et sa mise au point sont donc très précises.

Au total, 218 salariés sont employés dans les trois services que compte l'usine de Lucé. Au niveau de l'extrusion, 160 personnes sont embauchées. Il y en a 43 dans la fonderie et 15 pour le pôle informatique. Cet effectif est globalement stable et s'adapte aux besoins. Nous embauchons tous les ans. Cette année, nous avons recruté 16 personnes en CDI. Une partie de ces embauches remplace des départs.

Quels sont vos projets ? Les projets pour l'usine ne manquent pas. Nous travaillons actuellement sur un projet de châssis pour des taxis londoniens, de véhicules aux États-Unis et le réceptacle destiné à recevoir les batteries dans les véhicules électriques. Le tout étant de gagner en poids. La partie recyclage, pour les gains d'énergie, est mise en avant concernant les marchés de la construction et du bâtiment. Par exemple, les anciennes façades sont récupérées et refondues. Nous n'effectuons pas de pièces pour l'aéronautique car les alliages sont des alliages particuliers. La demande provient, la plupart du temps, du bâtiment.

Lire la suite...

- page 1 de 33