la fonderie et piwi

Le blog de l'amicale AAESFF

Pour ne rien dire, ou presque, Pour ne pas s’envoler dans le commentaire, Pour rester à la confluence du savoir et de l’ignorance : au pied du mur. Montrer : comment c’est , comment ça se passe, comment ça marche. Diviser les discours par des faits, Les idées par des gestes, par des photos Juste les commenter quotidiennement

Logo JML oct 2018 Logo BMF 5-10-18 Logo Elkem 1-6-16 Logo Ampere Alloys Logo AMF 1-6-16

Visiteurs : 43881
Aujourd'hui : 574
En ligne : 5

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

lundi, 2 septembre 2019

Dans l’antre de l’or

La Liberté - YVES GENIER Jaune orangé, l’or incandescent s’écoule du creuset de graphite dans une lingotière. © Muriel Antille/ArcInfo 02.09.2019

Le jusqu’ici très discret raffineur neuchâtelois Metalor fait preuve d’une ouverture nouvelle

Reportage » Soigneusement manœuvré par un ouvrier expérimenté, le creuset de graphite est lentement basculé au-dessus de la première lingotière. Jaune orangé, l’or, incandescent, commence sa coulée, tel un flux d’eau qui se déverserait le plus naturellement du monde d’un broc dans un moule à gâteau. Chaque lingot pèsera, une fois refroidi, 400 onces, soit 12,4 kilos, et vaudra, au cours du jour, quelque 604 000 francs. En tenir un dans la main, c’est sentir le vertige de la fortune. Image mythique d’une Helvétie faite de coffres-forts. Mais aussi, et d’abord, image bien réelle d’une entreprise neuchâteloise qui a attiré les critiques, Metalor.

Critiques d’ONG Basée à Marin, près de la capitale du canton, l’unique fonderie de métaux précieux de Suisse romande

vendredi, 30 août 2019

Les Fonderies de Sougland innovent depuis 476 ans

La Croix - Marie Dancer, envoyée spéciale à Saint-Michel (Aisne)

Pépites industrielles (4/5). À Saint-Michel, dans l’Aisne, les Fonderies de Sougland allient un savoir-faire ancestral avec une stratégie de haute valeur ajoutée. Le métal est chauffé à 1 700 °C avant d’être versé dans des moules. FRÉDÉRIC BOULNOIS Dans une lumière aveuglante, le métal en fusion s’écoule en cascade de son four vers un grand seau – une « poche », en langage de fondeur. Quelques mètres plus loin, trois hommes la récupèrent pour verser avec précaution le précieux liquide chauffé à 1 700 °C dans les moules préparés à cet effet. Lunettes de protection, combinaisons anti-chaleur argentées et pluie d’étincelles…, la scène semble tout droit sortie d’un film de science-fiction.

L’opération achevée, Pascal Devaux s’en retourne surveiller la « fournée » suivante. Responsable de la fusion, il veille au grain avec son équipe depuis 2 h 30 ce matin. Encore une heure de travail, jusqu’à 10 h 30, puis il fera trop chaud pour continuer à fondre par cette journée estivale.

Nous sommes aux Fonderies de Sougland, à Saint-Michel (Aisne), en Thiérache.

Plus de 1 500 tonnes sont ici fondues chaque année en pièces de toutes formes, de quelques grammes à 2,5 tonnes, et de toutes nuances. Ces nuances (entendre « alliages »), les Fonderies de Sougland en proposent 350 pour le moment. À chacune ses caractéristiques (résistance à la chaleur, etc.) en fonction de son usage final.Ici, tout se fait à la carte. En petites ou moyennes séries.

« Nous sommes à la fois des artisans, car nous faisons du sur-mesure, et des industriels », souligne Yves Noirot, le directeur général de Sougland qui emploie 70 salariés. Ingénieurs, mouleurs, techniciens, tourneurs-fraiseurs ou opérateurs de machines…Certains viennent de Saint-­Michel et des alentours – voire de Reims, à 90 km de là –, d’autres ont quitté leur région d’origine pour travailler ici.

C’est le cas d’Yves Noirot. Ce natif de Dijon prend aujourd’hui fait et cause pour cette entreprise, « unique par son savoir-faire, son sens de l’innovation et son histoire ».En 2018, les Fonderies de Sougland ont soufflé leurs… 475 bougies. « Nous avons été créées sous François Ier, en 1543 »

mercredi, 28 août 2019

En fonderie on sait que : " "Des déchets qui peuvent devenir des ressources"

L'Usine Nouvelle - D’où vient la montre fabriquée à partir de matériaux recyclés portée par Emmanuel Macron au G7 ? La montre Awake G7 a pu être aperçue lors d'une interview du JT de France 2 où Macron tirait ses conclusions du G7. © Awakeconcept.com Lundi 27 août, Emmanuel Macron dressait le bilan du sommet du G7 au 20 heures de France 2. Un détail en particulier a attiré l’attention des internautes durant cette interview : une montre bleue blanc rouge mise en valeur à plusieurs reprises par le chef de l’Etat. Son nom ? Awake G7. Il s'agit de la déclinaison en série limitée d'un modèle créé par la société parisienne Awake. Sa particularité ? Son boitier entièrement fabriqué à partir de filet de pêche recyclés. Une montre assemblée en France... mais avec des matériaux venus de loin

Ces filets ne sont pas forcément issus de la pêche française, mais sont récupérés en mer du Nord. Le fournisseur d'Awake les trie, nettoie, puis les broie en granules, pour constituer les ingrédients de base du boîtier.

Le bracelet lui,provient d'une entreprise australienne qui récupère des bouteilles en plastique dans les mers d'Asie du Sud-Est et du Japon.

Lire la suite...

mardi, 27 août 2019

fonderie Huguenin : tout-un-(grand)-art !!!

Info de L'Est Républicain https://www.estrepublicain.fr/edition-de-nancy-agglomeration/2019/08/17/la-fonderie-huguenin-tout-un-(grand)-art

La grande glissade de l’emploi dans l’industrie automobile française

Extraits d'un article des Echos -

En quinze ans, les effectifs de l’industrie automobile française ont fondu d’un tiers.

Rien qu’avec la chute du diesel : de 10.000 à 15.000 emplois sont menacés.

210.000 personnes vivent dans l’hexagone de la conception et de la fabrication de véhicules, contre 330.000 en 2004. Cette tendance ne devrait pas s’inverser. __ Jusqu’où ira la chute ?__ Depuis le début du siècle, l’emploi du secteur automobile s’enfonce, semble-t-il, inexorablement vers le bas :

En 2004, à l’apogée du secteur, elles étaient encore 333.000.

En quinze ans, l’automobile made in France a donc perdu 120.000 emplois, une saignée représentant un tiers de ses effectifs.

Ces chiffres tiennent compte des intérimaires.

Sans eux, on ne compterait à peine plus de 185.000 emplois, contre presque 300.000 en 2004. La dégringolade est sévère, le temps de main-d’œuvre nécessaire à la fabrication d’une voiture électrique est bien moindre que pour l’équivalent essence et surtout diesel.

PSA emploie des ingénieurs au Maroc, en Chine, en Inde ;

Renault, en Roumanie ou en Chine.

En 2019, il reste officiellement 47.000 salariés en France chez PSA, et 31.000 chez Renault.

La grande glissade de l’emploi dans l’industrie automobile française , devrait l’année prochaine connaître un sérieux trou d’air, avec une chute temporaire de 22 % liée à une conjonction d’événements exceptionnels. Cela fait bien longtemps que l’Hexagone n’a pas vu une usine automobile ouvrir. La dernière fois, c’était Toyota, au tournant du siècle .

lundi, 26 août 2019

En quinze ans, la production automobile tricolore aura été divisée par deux.

L'Hexagone a pourtant de nombreux atouts en matière d'#industrie #automobile. https://lesechos.fr/idees-debats/editos-analyses/un-mal-francais-1122464

Siobra : l’activité usinage s’installe sur le site d’Arbois

la voix du Jura -

Malgré les propositions de reclassement et un accompagnement financier, un seul salarié de Delle (Territoire de Belfort) a accepté de rejoindre le Jura. Publié le 23 Août 19 à 14:02 Avec la fermeture du site de Delle, l'usine Siobra d'Arbois va reprendre l'activité usinage. C’est officiel depuis le début du mois d’août : l’usine Siobra d’Arbois a repris l’activité usinage de Delle fonderie industrielle.

Lire la suite...

jeudi, 15 août 2019

Carillon de la basilique de Blois : quand les 48 cloches sonnent

La nouvelle République Pablo, espagnol, fait visiter aux touristes le campanile de la basilique Notre-Dame de la Trinité. En haut, à soixante mètres, du sol, il leur explique le fonctionnement du carillon. La carillonneuse Mathilde Bargibant interprétera jeudi 15 aaoût 2019 à la basilique un récital à l’occasion de l’Assomption. Mais quelle est l’histoire de ces cloches ?

Lire la suite...

mercredi, 14 août 2019

L’équipementier aéronautique RollsRoyce traverse une zone de turbulence.

Les Echos - Le titre a chuté en Bourse après un dysfonctionnement de l’un de ses moteurs,

intervenu en plein vol sur un Boeing 787

de la compagnie Norwegian au décollage de Rome pour rejoindre Los Angeles. L’un des moteurs de l’avion se serait fragmenté peu après son décollage de l’aéroport de Rome-Fiumicino et aurait fait des dégâts matériels. Près de 25 voitures et 12 maisons ont été endommagées, rapporte le site du journal « The Times ».

mardi, 13 août 2019

Eternel problème de la métallurgie : le recrutement...

en tous lieux, ici dans l' Indre et en tout temps : hier (en 1970) et encore aujourd'hui. Merci pour ce cafetage de JW.

- page 2 de 102 -