la fonderie et piwi

Le blog de l'amicale AAESFF

Pour ne rien dire, ou presque, Pour ne pas s’envoler dans le commentaire, Pour rester à la confluence du savoir et de l’ignorance : au pied du mur. Montrer : comment c’est , comment ça se passe, comment ça marche. Diviser les discours par des faits, Les idées par des gestes, par des photos Juste les commenter quotidiennement

Logo Elkem 1-6-16 Logo AMF 1-6-16 Logo EuropIron 12-7-16 Logo Brefond 19-7-16 Logo sogemi 24-10-16 Logo FirstAlloys 23-12-16



Visiteurs : 1111459
Aujourd'hui : 621
En ligne : 6

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mercredi, 23 mai 2018

Coutellier, corse et fondeur

à voir à 4'00

Des nouvelles de la Fonderie Boutté (80)

Le Courrier Picard

la fonderie de Beauchamps peine à repartir ailleurs.

Fortement endommagée par une explosion, la fonderie Boutté, implantée à la sortie de Beauchamps, restera à l’arrêt pendant encore plusieurs mois. Mais la direction tente de relancer une partie de l’activité,

La direction va transférer une partie du matériel sauvé dans d’autres locaux pour relancer une partie de l’activité.

Lire la suite...

mardi, 22 mai 2018

Un Ardennais aux commandes de l’usine Dongfeng - PSA de Chengdu

SPÉCIAL CHINE dans l'Ardennais - Jérôme Guirsch est originaire de Villers-Semeuse. C’est le directeur, et le seul Français, de l’usine de Chengdu.Jérôme Guirsch est originaire de Villers-Semeuse. C’est le directeur, et le seul Français, de l’usine de Chengdu. Quand, élève au collège Jules-Leroux de Villers-Semeuse, près de Charleville-Mézières, Jérôme Guirsch fit une visite avec sa classe à la fonderie PSA des Ayvelles, il n’imaginait pas que quelques années plus tard il ferait carrière dans le groupe jusqu’à devenir directeur de l’usine de Chengdu…

Formé à l’IUT de Longwy puis dans une école d’ingénierie électronique à Montpellier, l’Ardennais a enchaîné des postes chez PSA dans l’industrialisation et le contrôle qualité. Il a travaillé dans les usines de Poissy, Vigo (Espagne) ou Palomar (Argentine) avant d’atterrir à Chengdu, en février 2015, avec son épouse et leurs deux jeunes garçons de 8 et 10 ans.

La fonderie à Loritz, c’est canon !

L' Est Républicain Des élèves de BTS du lycée Loritz ont fondu, jeudi, une réplique de canon de 75 mm destinée au site fortifié du Vieux-Canton, à Villey-Saint-Etienne. Un deuxième modèle doit être réalisé plus tard.

La réplique du canon de 75 mm rééquipera une tourelle expérimentale à éclipse. Fondre une pièce de cette taille, qui plus est une pièce d’art, c’est très motivant ».

Théo, 19 ans, comme ses camarades, Gaulthier, Yann, et Clément, affichait une certaine fierté, jeudi, dans l’atelier du lycée d’enseignement général et technologique Loritz. Les quatre élèves, en deuxième année de BTS fonderie, ont coulé la réplique en fonte d’un canon de 75 mm, avec les conseils avisés de leurs professeurs, Philippe Beitz, et Laurent Henriot. Il s’agit du premier des deux canons commandés par l’association Air et Eau, qui, depuis 2009, remet en état le site fortifié du Vieux-Canton, à Villey-Saint-Etienne.

Avant de passer à la coulée de fonte à 1.550 degrés, les élèves ont commencé à travailler sur le projet dès le mois de novembre 2017, avec l’aide de Denis Prath, Georges Rancesi, Eric Walther, Pascal Burkhardt, et Bernard Renard, bénévoles très actifs de l’association Air et Eau. « Pour les élèves, c’est un excellent cas pratique », souligne Philippe Beitz. « Les élèves seront notés sur la réalisation de ce travail. Il y a un mois, ils ont coulé la réplique d’un canon napoléonien ».

Pour réaliser la réplique du canon de 75 mm, les élèves ont profité du travail en amont effectué par les passionnés de l’association Air et Eau qui a commandé en tout deux fûts de canon. « Nous sommes allés au fort de Villey-le-Sec, pour photographier et prendre les cotes de deux canons de même calibre qui étaient d’ailleurs auparavant sur le site du Vieux-Canton », explique Denis Prath.

« Ensuite, Bernard Renard, un ébéniste extraordinaire, a fait une maquette de moule en bois ». Après ce premier canon de 75 mm, qui sera démoulé mardi prochain, les élèves de BTS fonderie en couleront un deuxième dans plusieurs mois. « Ces deux fûts de canon de 75 mm, pesant chacun 370 kg, rééquiperont la tourelle expérimentale à éclipse du site fortifié du Vieux-Canton s’étendant sur 400 hectares, avec une vingtaine d’ouvrages dont le fort construit en 1911 », détaille Pascal Burkhardt.

« Le site du Vieux-Canton, à Villey-Saint-Etienne, est considéré par les historiens comme le conservatoire de la fortification française. Sa tourelle expérimentale à éclipse date de 1895. On espère y réinstaller les deux canons l’année prochaine. Ils reposeront sur l’entretoise que les élèves ont également coulée. L’objectif est de pouvoir tirer à blanc quand nous organisons les visites. Le fort du Vieux-Canton est ouvert au public tous les premiers dimanches de chaque mois, à 14 h, d’avril à octobre.

Jean-Christophe VINCENT

mardi, 15 mai 2018

Delachaux lance le processus de son retour en Bourse

LES ECHOS C'est reparti pour Delachaux en Bourse. Le groupe d'ingénierie et de solutions industrielles a lancé ce mardi le processus de son retour sur les marchés.

L'équipementier industriel fondé en 1902 avait été retiré de la Bourse de Paris en novembre 2011, après l'entrée à son capital de la société d'investissement CVC Capital Partners.

Il a réalisé en 2017 un chiffre d'affaires de 841 millions d'euros, un résultat opérationnel courant (Ebit ajusté) de 112 millions d'euros et une marge d'Ebit ajusté de 13,3 %.

Présent dans plus de 35 pays, il sert principalement l'infrastructure du rail et les secteurs portuaires, aéronautique, logistique ou encore minier, et emploie 3.000 personnes.

mercredi, 2 mai 2018

Une noyauteuse de LFA fête ses 104 ans

L’Ardennais -

Gilberte Pilardeau a fêté ses 104 ans à Vrigne-aux-Bois (08) - Elle était entourée de sa famille, d’élus et de membres du CCAS, pour ce cap exceptionnel. Gilberte a travaillé en fonderie comme noyauteuse, avec son mari Fernand qui, lui, était mouleur. Mari qu'elle a perdu en 1989, après 54 ans de mariage. Toujours autonome, Gilberte a toutefois la vue qui baisse.

Piwi et ses lecteurs lui disent haut & fort :" HAUT LES COEURS et Bon Anniversaire" - un autre centenaire : François Godart à Tournus : "« J’ai été longtemps à la Fonderie, puis chez Bardin et enfin à Airborne où j’ai pris ma retraite à 57 ans, car j’avais commencé très jeune. »

lundi, 30 avril 2018

Une découverte de Piwi : Les écoles de production,

pour apprendre un métier aux décrocheurs -Le Monde de l' économie -

Chaque année, 800 jeunes sont formés, parmi les 100 000 décrocheurs du pays. Cette forme d’alternance suscite un regain d’intérêt chez les industriels. Dans l’atelier d’apprentissage de Gorge de Loup, à Lyon, mardi 24 avril.

Le bleu de travail a ce mérite : comme l’uniforme, il gomme tout. Dans l’atelier de l’école de production de Gorge de Loup, dans le 9e arrondissement de Lyon, le fils de patron se confond avec le migrant, la fille avec le garçon. Chacun a les mains sales, les yeux rivés sur sa machine, des galoches de protection aux pieds. Et, pour puiser l’huile qui sert à graisser les rouages, tout le monde demande à Amandine Rousset.

La jeune fille est penchée sur un grand cahier à spirales. Elle écrit des lignes de code : le programme qu’elle enregistrera avant de lancer l’usinage d’une pièce de métal. « Ça sort de ma tête comme si je parlais, dit-elle. J’ai toujours eu du mal à apprendre, sauf ici. On m’a mis derrière un établi et j’ai tout compris. La trigonométrie, le dessin industriel, la mécanique appliquée… Je ne vois pas le temps passer. Si on ne me le rappelait pas, j’oublierais de déjeuner. »

Lire la suite...

jeudi, 26 avril 2018

Bosch promet de redonner vie au diesel grâce à cette technologie révolutionnaire

Capital - info de JW

Les ventes de diesel pourraient bien reprendre du poil de la bête si les constructeurs adoptent cette nouvelle technologie de l'équipementier automobile Bosch. Le système présenté pourrait rendre n’importe quel véhicule diesel moins polluant qu’une voiture essence. Le diesel a peut-être été enterré bien vite !

Bosch, premier équipementier automobile au monde, vient de dévoiler une technologie qui serait capable de réduire les émissions d’oxydes d’azote (NOx) à un niveau jusqu’à dix fois inférieur aux normes qui entreront en vigueur en 2020. Et il ne s’agit pas là de tests en laboratoire mais bien de résultats obtenus en situation de conduite réelle ! Concrètement, ce système permettrait d’abaisser le niveau de rejet de NOx à 40 mg par kilomètre. Les nouvelles normes prévoient une limite à 168 mg par kilomètre. Autant dire que ce système, s’il entre dans la conception des nouvelles automobiles diesel, va révolutionner le marché automobile. Et le fameux CO2 dans tout ça ? Les ingénieurs de Bosch l’assurent, grâce à cette technologie, il n’y a pas que les oxydes d’azote qui vont baisser. Le niveau d’émission du dioxyde de carbone devrait aussi drastiquement chuter. Une motorisation diesel équipée de ce système émetterait en effet 15% de CO2 en moins par rapport à un moteur équivalent essence. Cerise sur le gâteau, le coût de cette technologie serait minimal selon l’équipementier allemand. Le système repose en fait sur “une meilleure organisation du moteur et sur l’intégration plus intelligente de pièces mécaniques déjà disponibles en série”, explique-t-on de l’autre côté du Rhin.

On attend de voir, mais si Bosh réussit la commercialisation de ce système, la balance va clairement pencher de nouveau pour les motorisations diesel, et il y a fort à parier que la courbe des ventes des véhicules au gazole va se redresser ! D’autant que question bilan carbone, les voitures électriques ne sont pas nécessairement plus vertueuses que les véhicules dotés d’un moteur thermique, quand on considère l’intégralité du cycle de vie d’une auto, de sa fabrication à sa destruction.

Le patron de Bosch pense que "le diesel a de l'avenir" https://www.capital.fr/entreprises-marches/cette-technologie-revolutionnaire-de-bosch-pourrait-redonner-vie-au-diesel-1285041

vendredi, 20 avril 2018

Les Etats-Unis vont ordonner l'inspection de moteurs GE-Safran

Les Echos - La FAA va ordonner une inspection par ultrasons des pales de tous les moteurs CFM56-7B ayant effectué un certain nombre de décollages. L'autorité fédérale de l'aviation civile américaine va mener ces examens après l'explosion du moteur d'un Boeing 737, qui a fait une victime.

Lire la suite...

jeudi, 19 avril 2018

AHD 1ère page de la revue des Arts & Métiers

AHD = Aciérie Hachette & Driout (52) Info de Daniel Beuglet ici remercié.

Lire la suite...

- page 1 de 79