la fonderie et piwi

Le blog de l'amicale AAESFF

Pour ne rien dire, ou presque, Pour ne pas s’envoler dans le commentaire, Pour rester à la confluence du savoir et de l’ignorance : au pied du mur. Montrer : comment c’est , comment ça se passe, comment ça marche. Diviser les discours par des faits, Les idées par des gestes, par des photos Juste les commenter quotidiennement

Logo JML oct 2018 Logo BMF 5-10-18 Logo Elkem 1-6-16 Logo Ampere Alloys Logo AMF 1-6-16

Visiteurs : 9434
Aujourd'hui : 73
En ligne : 2

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

dimanche, 20 janvier 2019

Tellin (Lux) et le patrimoine campanaire

Paris Match -

Village étroitement lié, comme ses voisins, à l’abbaye de Saint-Hubert, Tellin possédait lui aussi une seigneurie et était situé sur la route reliant Liège à Sedan. Le village est toutefois connu pour son ancienne fonderie de cloches, réputée depuis le XIXe siècle mais ayant malheureusement cessé toute activité.

Créée en 1832 par Charles Causard, la fonderie Causard-Slégers était alors la plus importante de Belgique. Près de 13 000 cloches y furent fondues jusqu’en 1970, principalement pour le pays mais aussi pour l’exportation. Aujourd’hui, le bâtiment qui abrita ce fleuron de l’industrie wallonne a été classé, et il est possible de le visiter sur rendez-vous. On y découvrira des murs noircis par les poussières du feu nécessaire au coulage des instruments ou les briques usées par la confection des moules. Le site abrite aussi un musée d’art campanaire. Il présente des collections uniques, avec bien entendu des cloches, mais également de petites cloches issues de carillons, des horloges et des coqs de clocher ! nformations pratiques :

Lire la suite...

lundi, 14 janvier 2019

Pont à Mousson : plein d'espoir pour les canalisations ...

L'Est Républicain

samedi, 5 janvier 2019

Ce qui attend l'industrie française en 2019

Les Echos

Fabrication de voitures Peugeot dans l'Hexagone. - RGA/REA Le Brexit et la guerre commerciale entre Pékin et Washington vont créer un environnement plus imprévisible pour les entreprises. Les industriels de l'automobile devront prendre le virage de la motorisation électrique, ceux de l'alimentation regagner la confiance des consommateurs. Pour les industriels français, 2019 marquera la nécessité de s'adapter à un nouvel environnement. A la fois sur un plan géopolitique mais aussi pour absorber de sérieuses évolutions technologiques et sociétales.

Le premier défi consiste à vivre dans un monde plus imprévisible parce qu'en état de semi « guerre froide économique ». Si Pékin et Washington ont conclu une trêve de trois mois début décembre, les taxes douanières mises en place en 2018 sur les cellules solaires, l'acier, l'aluminium ou le bois canadien ont fait comprendre qu'une nouvelle donne était de mise. « Mais l'effet a été quasi nul parce que Trump n'a taxé que des biens qui ne sont pas fabriqués aux Etats-Unis », souligne Patrick Artus, l'économiste de Natixis.

Ce qui attend l\'industrie française en 2019

Lire la suite...

dimanche, 30 décembre 2018

Les communautés de communes ont joué des coudes pour la Fonderie rocroyenne (08)

L' ardennais : Ardenne Rives de Meuse. L’entreprise spécialisée dans le moulage de pièces en aluminium devrait s’installer à Fumay, après avoir hésité pour une installation à Rocroi.

vendredi, 28 décembre 2018

Chute du diesel : 10.000 à 15.000 emplois menacés en France

Les Echos - ANNE FEITZ. L'usine Bosch à Rodez, qui fabrique des injecteurs pour moteurs diesel, cherche à reconvertir une partie de sa production. - AFP Environ 35 établissements représentant 5.500 emplois sont déjà en situation critique, selon l'Observatoire de la métallurgie. Il n'y aura pas de miracle. La chute du diesel dans l'Hexagone provoquera de la casse sur l'emploi. Selon l'Observatoire de la métallurgie, 10.000 à 15.000 postes industriels sont menacés à horizon 2030, sur les 37.500 que compte la filière automobile dans ce domaine. C'est l'une des conclusions de son étude prospective sur l'emploi et les compétences dans l'automobile, réalisée notamment en partenariat avec la Plateforme automobile (PFA) que préside Luc Chatel.

Chute du diesel : 10.000 à 15.000 emplois menacés en France

Lire la suite...

L'homme & la femme

Une fonderie de verre : ?

Le Télégramme : La fonderie de verre, chemin Romain, 22 400 Saint-Alban. Tél. 06 76 18 82 32.

Olivier Fonderflick et Laëtitia Briend ont fondé la fonderie de verre en 2011, à Saint-Alban. Un métier d’exception quasiment unique en France. (Matthieu Naizet) Depuis 2011, Olivier Fonderflick et Laëtitia Briend tiennent la fonderie de verre à Saint-Alban. Olivier travaille des grosses pièces et les vend à des clients tout autour du globe. Laëtitia crée des bijoux et petits éléments de décoration en verre.

En rentrant dans la fonderie de verre, à Saint-Alban, une odeur embaume la pièce : celle du plâtre et de la cire qui fond. Cet effluve emmène le visiteur directement vers les très grands ateliers de la fonderie. Olivier Fonderflick y travaille le verre depuis 2011.

Lire la suite...

La fonderie de Von Roll revit dans un film

RJB Michael Beuchat pose à côté de l'affiche de son film.

La fonderie de Von Roll à Choindez renaît de ses cendres dans un film. Le réalisateur amateur Michael Beuchat a conçu un documentaire qui sortira dans un mois. Le film s’intitule « Choindez, de feu et de fonte ». Il contient des images de la fonderie en activité ainsi que des témoignages d’anciens ouvriers de l’usine. Michael Beuchat a fait son apprentissage de mécanicien de précision chez Von Roll au début des années 90.

Le citoyen de Courgenay a réalisé les premières images de son documentaire en mai dernier dans l’usine et l’annonce, en juin, de la fermeture de la fonderie a complètement bouleversé ses plans. Dans l’interview ci-dessous, Michael Beuchat nous explique, tout d’abord, comment est née l’idée de réaliser un film :

Ecouter le son Le film « Choindez, de feu et de fonte » sera projeté en première le 27 janvier prochain à Cinémont, à Delémont, à partir de 15h

jeudi, 20 décembre 2018

PSA va fermer son usine de Saint Ouen ... pour laisser le place à un hôpital.

L'Usine Nouvelle - Rachetée en 1923 par André Citroën et entrée en production l’année suivante, la petite usine située aux portes de Paris fabrique des petites pièces mécaniques et emploie environ 350 salariés. "Le Groupe PSA veillera à ce qu’il n’y ait pas d’impact social en travaillant sur des solutions individuelles pour les salariés concernés en région parisienne, dans le cadre de sa politique d’emploi responsable", a précisé Xavier Chéreau, directeur des Ressources Humaines et de la Transformation Groupe PSA. Piwi se rappelle, que l'usine nous a ouvert ses portes pour trois concerts de" musique contemporaine" celle de Nicolas Freize. L'originalité donc, celle des lieux, et celle des instruments (quelques milliers de pièces embouties), les voix extraordinaires des interprètes: 80 choristes, 4 chanteuses et 4 chanteurs, quelques musiciens et des ouvriers slameurs pour compléter le tableau.

Le public exceptionnellement hétéroclite, jeunes et très jeunes, vieux, étrangers du bout du monde, ingénieurs et cadres, bobos du quartier, mélomanes, nouveaux riches se sont mélangés sur ces chemins qui menaient aux trois scènes. Tard dans la soirée avant la visite d'usine, ce public a , par une longue standing ovation, remercié ces nouveaux artistes & acteurs qui s'étaient longuement préparés à ce spectacle étonnant. Bravo à Nicolas Frize pour cette œuvre commune.

L'usine PSA de Saint-Ouen fermée 3 jours pour cause de concerts

Lire la suite...

Si, si, en 2018 l'industrie a continué d'ouvrir des usines en France

Selon le bilan exclusif de L’Usine Nouvelle, 122 entreprises industrielles ont inauguré en 2018 de nouvelles capacités de production, dont 60 correspondent à des créations d'usines ex-nihilo. De quoi confirmer le sursaut déjà enregistré en 2017. Si, si, en 2018 l'industrie a continué d'ouvrir des usines en France A Saint-Vulbas dans l'Ain, K-Line a investi 70 millions d'euros dans une nouvelle usine de fenêtres en aluminium. © K-Line

L'heure est aux travaux pratiques pour Iten. Après avoir levé 10 millions d’euros l’an passé, la start-up de 20 salariés a inauguré, début décembre, son site de production dans la banlieue lyonnaise. De quoi lui permettre de débuter l’industrialisation de ses microbatteries Li-ion prometteuses. Autre secteur, autre usine. Dans l’Aveyron, le laboratoire Nutergia, une PME spécialisée dans la fabrication de compléments alimentaires, a ouvert une nouvelle usine, à une dizaine de kilomètres de son premier site. Près de Toulouse, le sous-traitant aéronautique Latécoère a, lui, investi 37 millions d’euros dans son usine du futur, entièrement automatisée et digitalisée.

Pour la deuxième année consécutive, l’industrie française redresse la tête. "L’Usine Nouvelle" a passé au crible les quelque 600 articles publiés chaque jour entre janvier et mi-décembre 2018 sur notre site internet usinenouvelle.com, dans notre rubrique "Quotidien des usines", alimentée par nos correspondants en région et la rédaction. Y sont répertoriées les inaugurations de nouvelles usines ainsi que les extensions et modernisation de capacités existantes, lorsque celles-ci sont mises en service de façon opérationnelle. Le décompte n’est pas forcément exhaustif. Mais il offre néanmoins un reflet assez fidèle de l’état de santé de l’industrie tricolore.

- page 1 de 89