la fonderie et piwi

Le blog de l'amicale AAESFF

Pour ne rien dire, ou presque, Pour ne pas s’envoler dans le commentaire, Pour rester à la confluence du savoir et de l’ignorance : au pied du mur. Montrer : comment c’est , comment ça se passe, comment ça marche. Diviser les discours par des faits, Les idées par des gestes, par des photos Juste les commenter quotidiennement

Logo JML oct 2018 Logo BMF 5-10-18 Logo Elkem 1-6-16 Logo Ampere Alloys Logo AMF 1-6-16

Visiteurs : 70849
Aujourd'hui : 920
En ligne : 5

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mercredi, 25 septembre 2019

Établissements Léon Mazelier et Cie

Bonjour,

Je recherche des informations sur les Établissements Léon Mazelier et Cie, qui auraient été une fonderie à Valenciennes

Lire la suite...

vendredi, 20 septembre 2019

Du passé, ne faisons pas table rase.

Nos entreprises, nos associations (AAESFF ATF JFBA) , nos organisations (Fédé, GFO, CTIF...), ce blog aussi, sont malmenées et s'interrogent sur leurs devenirs. "Si le passé n'éclaire pas le présent, l'avenir est dans les ténèbres" aime à nous le rappeler Frédéric Tachot. Nous voilà, vous voilà à la croisée des chemins.

Hier le chargement du dernier camion des matériels de la fonderie du Lycée Jehan de Beauce s'en est allé grâce à Max et Sorgius vers des fonderies ayant largement contribué au rayonnement de ce Lycée. Ainsi va.... la vie des entreprises et des associations ?

Seriez-vous favorable à la création d'une grande Amicale des passionnées de la fonderie et de la forge ?

La parole est aux jeunes, aux anciens et aux chefs d'entreprises ici dans vos commentaires personnels et/ou anonymes .

Un passionné devra s'imposer, pour piloter une telle initiative, si vous la prenez au sérieux.

mercredi, 18 septembre 2019

Lucien Cadiou a fêté ses 100 ans.

La fonderie ça conserve ou ça use ??? Piwi qui a bien connu ce grand patron de la fonderie Duranton-Sicfond au temps de la grande époque de la formation professionnelle du SGFF le salue bien amicalement et rappelle à ses enfants petits-enfants et arrières qu'il fut un très grand patron. Il y a quelques semaines ce blog annonçait le décès de son successeur Georges Desbois.

Le Progrès - C’est au milieu de ses enfants, petits-enfants et arrière-petits-enfants que Lucien Cadiou, vient de passer la barre des 100 ans. Un anniversaire en famille, pour ce Montchatois qui a eu une immense carrière d’ingénieur. Mobilisé durant la guerre, il sera fait prisonnier et envoyé en Allemagne. Diplômé des arts et métiers, il entre, en octobre 1946, aux fonderies Duranton à Vénissieux, où il fera toute sa carrière, et partira en 1984 comme PDG. Il aura trois enfants avec Thérèse, dont la dernière Joëlle, lui donnera 9 petits-enfants et 5 arrière-petits-enfants. Durant sa vie, Lucien développera, avec l’Éducation nationale, l’apprentissage technique, puis la formation professionnelle dans les métiers de la fonderie. Il sera à l’origine des BTS de ce secteur en Rhône Alpes. Ce qui lui vaudra de recevoir en 1975, et en 1979 les palmes académiques comme chevalier et officier.

vendredi, 6 septembre 2019

Sylvain Jacob nous a quittés

C'est seulement maintenant que nous apprenons le décès, cet été, de l'ancien responsable des alliages légers du CTIF qui prolongea sa carrière chez Péchiney. Sylvain Jacob avait 80 ans et avait présidé l'ATF après Henri Thévenin et avant Gérard Lebon.

D'Argenteuil, il s'était retiré dans les Alpes qu'il aimait tant. A sa famille, nous rappelons ici que nous gardons de lui la mémoire d'un sage et affable brave compagnon de la défense des fondeurs. Ici à droite en compagnie de Thomas Di Serio le fondateur de Saint Jean Industries, à l'occasion des 50 ans de l'entreprise en juillet 2012. A l'occasion de ce voyage, Piwi avait beaucoup échangé avec Sylvain qu'il salue ici bien amicalement. Ici il était sage...parmi les sages.

mercredi, 17 juillet 2019

"BIENVENUE" à DAVID TROUILLOT nouveau DG de FMGC

La société FMGC (Fonderie et Mécanique Général Castelbriantaise) vient de nommer David Trouillot au poste de Directeur général. Il apporte une grande expérience en tant que directeur industriel de sociétés internationales. FMGC est une division du groupe Farinia, spécialisée dans la fabrication de contrepoids en fonte pour les matériels de manutention, de BTP et agricoles. Elle s’est diversifiée il y a quelques années dans les secteurs off-shore, du pétrole, du gaz et des énergies renouvelables.

vendredi, 12 juillet 2019

Nouveau coup de chaud sur l'emploi dans les Ardennes.

Guillaume Roussange - Correspondant à Amiens des Echos Invicta baisse les feux de ses usines ardennaises Le fabricant français de poêles, cheminées et inserts va supprimer 61 des 295 emplois que comptent ses usines des Ardennes. Il justifie ce PSE par une baisse du marché des appareils à bois, cumulée à des hivers doux.

Invicta Group, propriété du fonds Qualium Investissement, filiale de la CDC, vient d'annoncer la suppression de 61 postes, dont 59 sous la forme de licenciements économiques, sur les 295 que compte l'entreprise. L'ensemble des sites, le siège social et l'émaillerie de Donchery, ainsi que la fonderie de Vivier-au-Court devraient être touchés.

Dirigée pendant plusieurs décennies par Jean-Pierre Dupire , célèbre pour ses spots publicitaires décalés, la PME est entrée dans le giron du fonds Qualium il y a six ans. Depuis, elle cumule les difficultés liées à la baisse des ventes des appareils à bois et à une succession d'hivers doux.

De source interne, sa production aurait fondu de moitié pour avoisiner les 80.000 appareils produits. Les élus de l'intersyndicale du groupe (FO, CGT et CFE-CGC) pointent la responsabilité de l'actionnaire, qu'ils accusent d'avoir mal géré la succession de Jean-Pierre Dupire, écarté quelques mois seulement après la reprise. « La promesse d'un soutien financier pour investir n'a pas été tenue. Et Qualium a laissé filer la masse salariale jusqu'à 325 salariés, alors que le marché était en crise. C'est pourquoi nous le mettons aujourd'hui en cause », fulmine Stéphane Douvry, délégué Force ouvrière de l'entreprise.

Les syndicats ont alerté à plusieurs reprises les services de l'Etat sur la situation du groupe et sur ses pertes, que des proches du dossier évaluent à plus de 10 millions d'euros. Contactés, ni la direction ni le fonds Qualium, n'ont souhaité s'exprimer sur le dossier.

Stratégie de diversification Ces dernières années, Invicta a entrepris deux opérations de croissance externe importantes afin de se diversifier. En 2014, le groupe a notamment mis la main sur l'italien CMG, un spécialiste des appareils à granulés. Deux ans plus tard, il a repris Deville , le fabricant de poêles et d'inserts, basé à Charleville-Mézières. Un rachat qui devait lui permettre de s'implanter sur le marché professionnel et, surtout, sur celui des fourneaux à bois et des poêles à fioul.

Visiblement ces acquisitions n'auront pas suffi à pallier la chute du marché. Invicta compte parmi les premiers employeurs industriels des Ardennes. Les salariés annoncent des actions au niveau local et devant les locaux parisiens de Qualium Investissement.

mercredi, 10 juillet 2019

Message de Nadine Finck

Suite au décès de Didier, vous avez été nombreux à partager vos souvenirs et témoignages ou faire un don.

Toute la famille, Nadine, Anaïs, Boris, Candice, les Amis vous en remercient vivement.

Un Banc Mémorial se fera en Angleterre. La dispersion des Cendres aura lieu au Cimetière de Bois Rouge à Sainte Marie de la Réunion.

samedi, 6 juillet 2019

Invicta supprime 61 emplois dans les Ardennes

L'Usine Nouvelle - Encore une mauvaise nouvelle pour l'économie ardennaise. Invicta Group a, en effet, annoncé lors d'un comité social économique sa décision de se délester de 61 postes de travail sur ses quatre sites de Vivier-au-court et Vrigne-aux-Bois dans les Ardennes.

Invicta Group, l'une des plus importantes PME ardennaises en effectif (295 salariés), va procéder à 61 suppressions de postes dont 59 licenciements pour motif économique, sur ses quatre sites de Vivier-au-Court et Vrigne-aux-Bois dans les Ardennes.

Prise lors d'un récent conseil de surveillance et relayée ensuite lors d'un conseil social économique, cette mesure a été détaillée le 5 juillet aux représentants du personnel par le nouveau PDG, Sergio Treviño. Toutes les activités du groupe réparties sur les quatre sites de Vivier-au-Court (fonderie) et Donchery (siège social, émaillerie et centre logistique) seront touchées par ce dégraissage.

A noter que la fonderie avait récemment fait l'objet d'un changement de direction avec l'arrivée de Farid Kaouane (ex-Fagor Brandt) en lieu et place de Cédric Kamerer.

Racheté en 2013 par Qualium Investissement

Créée en 1924, cette entreprise familiale dirigée durant cinquante ans par l'emblématique Jean-Pierre Dupire, "l'homme aux poêles" qui avait symbolisé Invicta par ses spots publicitaires provocants a longtemps été un acteur historique du chauffage au bois et de tous les segments de la distribution.

Le fondeur et émailleur avait été racheté en juin 2013 par le fonds d'investissement Qualium, filiale de la Caisse de dépôts et consignations, qui peu après son installation a été confronté à des difficultés d'adaptation de production par rapport à un marché qui a connu entre 2014 et 2017 une réduction de 40 % avant de souffrir de la répétition d'hivers doux.

Et en dépit des rachats de l'Italien Caminetti Montegrappa (marque CMG) en 2014 et de Deville en 2016, Qualium n'est jamais parvenu à redresser la situation. De quoi refroidir le feu sacré du leader du chauffage à bois (poêles, foyers, inserts).

Pour les organisations syndicales, Qualium Investissement est le "responsable de ce naufrage industriel".

Le leader européen dans la fabrication de systèmes de chauffage individuels au bois et aussi présent sur le marché culinaire (200 000 cocottes en fonte par an et 10 000 barbecues, braseros et cuiseurs) et du mobilier de fonte, a réalisé 57 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2018 dont un tiers réalisé à l'export dans plus de 40 pays.

mercredi, 26 juin 2019

PLONGÉE AU CŒUR DE LA FONDERIE NIDEC-LEROY-SOMER [DIAPORAMA]

Charente libre

Crée dans les années trente par Marcelin Leroy, devenue usine en 1967, la fonderie de Rabion est un outil moderne. Le groupe japonais Nidec lui a redonné des ailes avec une production de 20 tonnes par jour l’automne dernier à 40 tonnes actuellement avec un objectif à moyen terme de monter à 60 tonnes.. Des embauches sont même prévues. Visite en images. Le métal en fusion est versé dans les moules en sable compressé à une température de 1400°C. Les moules en sable compressé sont ajustés au millimètre. C’est une opération essentielle et « critique ».

Une fois fondues, les pièces refroidissent quelques heures dans ces grands paniers.

Le ballet des Fenwick, éclairés de deux lignes rouges de chaque côté, est très réglementé. Les chariots sont d’ailleurs prioritaires sur les piétons au sein de l’usine. Des ouvriers ou des robots interviennent parfois sur les pièces terminées pour gommer certaines imperfections. Pour les opérations les plus délicates, un gros robot commandé par un ordinateur et un technicien peut venir effectuer des ponçages à un niveau de précision en deçà du millimètre.

Renaud Joubert

lundi, 17 juin 2019

Joel Le Gal, notre distingué métallurgiste

ancien élève de l'Ecole des Mines de Saint Etienne vient de nous quitter. Après une longue carrière à la RNUR, il a longtemps collaboré à la revue de l'ATF : "Hommes & Fonderie".

De ses nombreux écrits sur les constructions d'automobiles, nous garderons le souvenir des travaux sur l' allègement des véhicules... qui hélas n'en finissaient pas de s'alourdir.

A ce blog, il a longtemps collaboré avec ses commentaires où son humour volontairement décalé, nous faisait apprécier des réalités difficiles à saisir.

A son épouse et à ses enfants, nous disons notre grande sympathie pour assumer ces délicats moments de la rupture.

- page 1 de 29