la fonderie et piwi

Le blog de l'amicale AAESFF

Pour ne rien dire, ou presque, Pour ne pas s’envoler dans le commentaire, Pour rester à la confluence du savoir et de l’ignorance : au pied du mur. Montrer : comment c’est , comment ça se passe, comment ça marche. Diviser les discours par des faits, Les idées par des gestes, par des photos Juste les commenter quotidiennement

Logo AMF 1-6-16 logo cavenaghi Logo BMF 5-10-18 Logo JML oct 2018 Logo Elkem 1-6-16



Visiteurs : 103687
Aujourd'hui : 658
En ligne : 7

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mercredi, 12 février 2020

Impression 3D : Zoom sur le métier de responsable technique

Si l’impression 3D n’a pas pour vocation à remplacer les processus de fabrication traditionnels mais plutôt de les compléter, son impact sur la façon de travailler dans certains métiers a créé des besoins en nouvelles compétences. De la phase de conception jusqu’au post-traitement le marché de l’impression 3D offre de belles perspectives de recrutement dans de nombreux secteurs. Parce que l’intérêt autour des métiers d’impression 3D ne cesse de prendre de l’ampleur, Primante 3D a interrogé l’un de ses représentants. Responsable technique pour Machines-3D, Victor Paternoga a accepté de nous parler de son travail au quotidien et de ses différents aspects.

« Il faut être amoureux des machines, de la technologie et toujours avoir envie d’exploiter le matériel à son maximum » Victor Paternoga Victor bonjour, pourrais-tu te présenter et nous parler de ton parcours avant Machines 3D ? Quelle était alors ton expérience avec l’impression 3D ?

J’ai 25 ans j’habite à la Madeleine à côté de Lille et je gère depuis mi-2019 le service technique chez Machines-3D. J’ai obtenu un BAC STI2D option mécanique aéronautique puis un DUT Génie électrique et informatique industriel. J’avais donc de bonnes connaissances en modélisation 3D et j’ai décidé d’acheter une imprimante 3D.

Je suis arrivé chez Machines-3D en 2016 pour y effectuer mon stage de fin d’étude à la suite duquel j’ai eu une proposition pour un CDI 35h en tant que technicien supérieur. J’ai d’abord travaillé en binôme avec un autre technicien ayant plus d’expérience. Les missions et les sujets à soulever étant de plus en plus variés j’ai rapidement pris beaucoup d’autonomie pour faire évoluer mon poste et mon service.

« Je reste en contact avec les clients pour du dépannage à distance ou des formations » En quoi consiste ton métier ?

Aujourd’hui je suis la personne avec le plus d’ancienneté sur la partie technique. Les nouveaux arrivants se tournent donc vers moi pour la définition de leurs missions et leurs formations sur les machines / logiciels. Je reste en contact avec les clients pour du dépannage à distance ou des formations.

Je m’occupe de la réparation des machines plus techniques (poudres/dépôt de fil haute température/résine grand volume). J’organise aussi le fonctionnement de la cellule technique, gestion de pièces détachées, gestion du flux de machine en réparations, mise en place d’une CRM, vérification des informations techniques publiées..etc.. A quoi peut-ressembler une « journée type » ?

Il y a tout d’abord une vérification des impressions en cours sur le showroom ou à l’atelier. Ensuite un petit point avec l’équipe technique, « qui a quel problème comment peut-on le régler ? » Puis l’organisation des dépannages de la journée, quelle machine doit arriver/repartir quels client est à contacter. Ensuite passage oblige sur la boite mail et toute l’équipe technique reste disponible dans la journée par téléphone pour des dépannages plus rapides.

« Il est aussi important de proposer des missions variées pour ne pas entrer dans une routine et ne réparer toujours le même modèle de machine » Quel est ton niveau de responsabilité et de délégation ?

Aujourd’hui nous sommes 5 au service technique Naqib, Samuel, Corentin, Mattis et moi. Je ne suis pas leur supérieur, mais je dois m’assurer du bon déroulement du pôle technique afin d’assurer le meilleur service pour les clients. J’essaye donc de former mes collègues sur les machines pour que le service puisse tourner correctement.

Il est aussi important de proposer des missions variées pour ne pas entrer dans une routine et ne réparer toujours le même modèle de machine. Je me vois plus comme un chef d’orchestre à vrai dire. Sur tes conditions de travail, que peux-tu nous dire sur tes horaires et amplitudes ?

Il n’y a pas d’horaires fixes le but et de finir le travail et de satisfaire les clients. Sur une semaine de salon il peut arriver de faire des grosses journées, mais cet investissement se rattrape sur une flexibilité de l’emploi du temps tout au long de l’année. Globalement il faut respecter les horaires de la hotline 9h00-12h00 14h00-18h00.

Que peux-tu nous dire sur ton degré d’autonomie et tes possibilités d’évolution ?

Antoine est le gérant de la société et il est mon responsable direct mais l’indicateur que nous regardons et surtout la satisfaction client. En 4 ans j’ai déjà beaucoup évolué, j’ai aujourd’hui la chance de pouvoir transmettre à une nouvelle génération et donc de faire varier les missions.

« Les meilleurs moments sont ceux passés en salon ou sur des événements, il y a un public averti intéressé et connaisseur » Que préfères-tu dans ton travail et en revanche apprécies le moins ?

Les meilleurs moments sont ceux passés en salon ou sur des événements, il y a un public averti intéressé et connaisseur. Il s’agit cependant de longues journées loin de la maison et souvent sur 5 ou 6 jours.

Pour finir, selon toi quelles sont les qualités requises pour réussir dans ce métier ?

Il faut être amoureux des machines, de la technologie et toujours avoir envie d’exploiter le matériel à son maximum pour avoir la meilleure expérience possible. Il faut aussi de la confiance en soi et avoir toujours envie de s’investir pour faire avancer la société.

Aéronautique : un cadre de Ventana (Arudy) reçoit un prix régional

La République des Pyrénées - Alexis Claverie, responsable des projets au service process de Ventana Arudy, est lauréat du prix régional des talents Nouvelle-Aquitaine de l’Aéronautique et de l'Espace, catégorie innovation.

France Bleu : Le village d'Arudy a été bâti sur un ancien bassin glaciaire et un bassin marbrier. La pierre grise d'Arudy, s'exporte, elle décore par exemple le magasin Hermés de Tokyo et on la trouve aussi à New York dans l'entrée du mythique "Empire state building".

La commune a une vocation agricole et pastorale avec l'élevage de brebis, mais elle a eu aussi un passé industriel avec l'ex fonderie Messier reprise par le groupe Ventana qui y fabrique des pièces en aluminium, mais le nombre de salariés est en baisse 154 en 2019.

lundi, 10 février 2020

Décés de Luc DEVILAINE

LHULLIER SEBASTIEN ESFF -

C'est avec émotion que nous vous apprenons le décés de Luc DEVILAINE (Promo BTS FONDERIE 1982 à Paul CONSTANS Montluçon). Luc a travaillé chez Fonderie COLLIGNON, Fonderie GIROUD, SODAFOM et à la Fonderie L'HULLIER pendant 22 ans en tant que Responsable Technique. Une pensée pour sa famille et ses proches.

contact@fonderie-lhullier.fr

mercredi, 15 janvier 2020

M. Pawlak, ancien professeur de fonderie de Loritz

vient de nous quitter à l'âge de 90 ans. Les obsèques auront lieu samedi 18 janvier à 14 H 30 en l'église des Rouges Eaux (88) ( près bruyères). JP Vexlard qui en temps que meilleur ouvrier de France sait ce qu'il lui doit, sera présent comme d'autres anciens fondeurs.

jeudi, 19 décembre 2019

Il photographie les grains de sable au microscope,

merci à notre bon ami qui se déclare "mais qu'il est con" ...pour ces liens .

https://positivr.fr/grain-de-sable-microscope-gary-greenberg

A priori, rien ne ressemble plus à un grain de sable qu’un autre grain de sable. A priori seulement… Car si on y regarde de plus près (et même, de beaucoup plus près) alors on s’aperçoit que ces milliards de minuscules petits fragments qui composent nos plages sont infiniment variés Gary Greenberg photographie les grains de sable au ...

17/12/2019 · Gary Greenberg photographie les grains de sable au microscope ... info. signaler Auteur : positiv

piwi : toujours désolé pour ses beugs/photos/blog.

Il y a toujours le webmestre pour les mettre! ;-)

vendredi, 8 novembre 2019

Jean Louis Fouret, ancien DG du CTIF nous a quittés,

le 10 octobre 2019 .

Il était âgé de 73 ans.

A sa famille, et à sa compagne Madame Monédière, P.Wibault voulait (trop tardivement) dire toute sa sympathie en se rappelant nos échanges concernant le CTIF et l'ATF que Piwi présidait en ces temps lointains de plus de 10 ans ... occasions de resserrer déjà les budgets de l'association et d'imaginer ensemble la revue Fonderie Magazine.

Foperfic se transformera à l'époque en A3F. hélas sans contrepartie pour notre association qui avait été largement contributive.

Son combat contre la maladie alors qu'il était encore en activité m'avait vraiment édifié sur la forte personnalité de Jean Louis Fouret dont je salue ici la mémoire.

mercredi, 25 septembre 2019

Établissements Léon Mazelier et Cie

Bonjour,

Je recherche des informations sur les Établissements Léon Mazelier et Cie, qui auraient été une fonderie à Valenciennes

Lire la suite...

vendredi, 20 septembre 2019

Du passé, ne faisons pas table rase.

Nos entreprises, nos associations (AAESFF ATF JFBA) , nos organisations (Fédé, GFO, CTIF...), ce blog aussi, sont malmenées et s'interrogent sur leurs devenirs. "Si le passé n'éclaire pas le présent, l'avenir est dans les ténèbres" aime à nous le rappeler Frédéric Tachot. Nous voilà, vous voilà à la croisée des chemins.

Hier le chargement du dernier camion des matériels de la fonderie du Lycée Jehan de Beauce s'en est allé grâce à Max et Sorgius vers des fonderies ayant largement contribué au rayonnement de ce Lycée. Ainsi va.... la vie des entreprises et des associations ?

Seriez-vous favorable à la création d'une grande Amicale des passionnées de la fonderie et de la forge ?

La parole est aux jeunes, aux anciens et aux chefs d'entreprises ici dans vos commentaires personnels et/ou anonymes .

Un passionné devra s'imposer, pour piloter une telle initiative, si vous la prenez au sérieux.

mercredi, 18 septembre 2019

Lucien Cadiou a fêté ses 100 ans.

La fonderie ça conserve ou ça use ??? Piwi qui a bien connu ce grand patron de la fonderie Duranton-Sicfond au temps de la grande époque de la formation professionnelle du SGFF le salue bien amicalement et rappelle à ses enfants petits-enfants et arrières qu'il fut un très grand patron. Il y a quelques semaines ce blog annonçait le décès de son successeur Georges Desbois.

Le Progrès - C’est au milieu de ses enfants, petits-enfants et arrière-petits-enfants que Lucien Cadiou, vient de passer la barre des 100 ans. Un anniversaire en famille, pour ce Montchatois qui a eu une immense carrière d’ingénieur. Mobilisé durant la guerre, il sera fait prisonnier et envoyé en Allemagne. Diplômé des arts et métiers, il entre, en octobre 1946, aux fonderies Duranton à Vénissieux, où il fera toute sa carrière, et partira en 1984 comme PDG. Il aura trois enfants avec Thérèse, dont la dernière Joëlle, lui donnera 9 petits-enfants et 5 arrière-petits-enfants. Durant sa vie, Lucien développera, avec l’Éducation nationale, l’apprentissage technique, puis la formation professionnelle dans les métiers de la fonderie. Il sera à l’origine des BTS de ce secteur en Rhône Alpes. Ce qui lui vaudra de recevoir en 1975, et en 1979 les palmes académiques comme chevalier et officier.

vendredi, 6 septembre 2019

Sylvain Jacob nous a quittés

C'est seulement maintenant que nous apprenons le décès, cet été, de l'ancien responsable des alliages légers du CTIF qui prolongea sa carrière chez Péchiney. Sylvain Jacob avait 80 ans et avait présidé l'ATF après Henri Thévenin et avant Gérard Lebon.

D'Argenteuil, il s'était retiré dans les Alpes qu'il aimait tant. A sa famille, nous rappelons ici que nous gardons de lui la mémoire d'un sage et affable brave compagnon de la défense des fondeurs. Ici à droite en compagnie de Thomas Di Serio le fondateur de Saint Jean Industries, à l'occasion des 50 ans de l'entreprise en juillet 2012. A l'occasion de ce voyage, Piwi avait beaucoup échangé avec Sylvain qu'il salue ici bien amicalement. Ici il était sage...parmi les sages.

- page 1 de 30