la fonderie et piwi

Le blog de l'amicale AAESFF

Pour ne rien dire, ou presque, Pour ne pas s’envoler dans le commentaire, Pour rester à la confluence du savoir et de l’ignorance : au pied du mur. Montrer : comment c’est , comment ça se passe, comment ça marche. Diviser les discours par des faits, Les idées par des gestes, par des photos Juste les commenter quotidiennement

Logo AMF 1-6-16 logo cavenaghi Logo BMF 5-10-18 Logo JML oct 2018 Logo Elkem 1-6-16

Logo Ampere Alloys



Visiteurs : 20270
Aujourd'hui : 99
En ligne : 4

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

dimanche, 20 septembre 2020

La fonderie d’Art de Bernos-Beaulac

Actu.fr

Ces Journées du Patrimoine sont l’occasion de découvrir des lieux atypiques ; comme la fonderie d’art de Bernos–Beaulac. Il s’agit d’un bâtiment datant du XIXe siècle en activité de 1844 à 1997. Son passé industriel est important puisque ce lieu fut un haut fourneau et une fonderie de fonte de deuxième fusion. Le bâtiment a été rouvert en 2015 par Alain Adin (décédé début 2016). Il perpétuait la tradition ancestrale des fondeurs, tant par les gestes que les matières premières et le savoir-faire.

On pourra y découvrir les techniques de fonte traditionnelles et les 13 métiers de fonderie permettant d’obtenir une pièce finie à partir de matières premières naturelles et de gestes et fours ancestraux.

Horaires : samedi 19 et dimanche 20 septembre : 10h30-12h et 16h30-18h30. Conditions et réservation : 06.75.72.42.37. Détails : Gratuit. Sur réservation. Places limitées à 10 personnes par visites. Port du masque obligatoire.

vendredi, 18 septembre 2020

L'amitié ca se cultive

Depuis une vingtaine d'années ces trois mousquetaires de la fonderie se retrouvent avec leurs épouses pour découvrir un endroit de France .

Ce fut d'abord les coins de leurs huit origines hexagonales puis d'autres régions de notre bel hexagone et cette année : la Vendée où l'un d'entre-eux a amarré son bateau à Port Bourgenay (85). Vous avez sous les yeux de droite à gauche Bernard Belperche, Claude Renault et Patrick Wibault dit Piwi qu'accompagnait Marcel Rittemard le responsable de l'infographie et de l'imprimerie du SGFF qui nous a quittés le lendemain des 60 ans de Bernard après un séjour à la montagne dans ce qu'on appelait déjà les Fondériales organisées par Bernard Ernewein et L'Association Sport et Plein-air Fonderie.

Bernard Belperche ancien du Lycée Lambrecht de Courbevoie et du Lycée de Béllignat (01) fait son premier stage dans une fonderie cire-perdue du coté de Saint Satur, puis se fait embaucher dans chez Microfusion au Creusot , puis c'est la fonderie Citroën de Nanterre avant de rejoindre L'ESFF par la voie de la formation continue . Il rejoint André Cousteix à La Sifa pour en devenir le responsable qualité et terminera sa carrière avec les dernières années de Valfond et de la fonderie d' Argentan (61).

Sa passion pour les exigences de la gastronomie nous os ont régalés ces quelques jours. Un autre métier sévère. Une vraie passion.

Claude Renault ancien BTS de Creil promo 1969 fait son stage obligatoire chez Idéal Standard (93) à Aulnay sous bois puis rejoint la fonderie Citroen de Nanterre. A la Gifa de 1975 il rencontre Piwi qui cherche un formateur pour le SGFF. Le formateur se fait embaucher par un de ses clients la Coquille de Dangu (27) qui deviendra Dynacast à Etrépagny (27) dont il dirigera la fonderie sous pression pendant de très nombreuses années ..

Piwi après un premier emploi chez Affifrance qui vient de voir le jour à Compiègne en 66 et le stage obligatoire aux fonderies de Wassigny (ex-Joassart) sous l'autorité de son célèbre patron Serge Renaud, rejoindra le cubilot des fonderies de Jeumont, puis les Aciéries de Paris Outreau à la Plaine Saint Denis et leur filiale Doernen, Ensuite ce sera l'usine de la folie des fonderies de Paris Seine à Noisy le sec (93) -

14 années suivront au SGFF à s'occuper des fonderies et de la formation des jeunes et des moins jeunes.

Senpof Girebronze à Massy (91) et la création de son atelier fonderie d'art seront une belle occasion de découvrir ce monde si particulier des clients des fonderies d'art pour y mouler les gigantesques pouces de César notamment .

Enfin 22 années à visiter les fonderies pour proposer les sables de fonderie : ceux de de Bervialle, Catteau-Langlois, Sifraco (qui deviendra Sibelco) et pour terminer : Fulchiron.

mardi, 15 septembre 2020

Youri Gagarine, le premier homme dans l'espace était un fondeur

My Little Blog Fonderie -

Gagarine, né en 1934 dans une famille de fermier fit des études de fondeur dans un collège industriel de Saratov. Sa passion de l'aviation le conduisit à entrer dans l'armée de l'air où il devint pilote de chasse. Il fit ensuite une demande officielle pour entrer dans l'équipe de cosmonautes. Youri Gagarine fit des études de fonderie

Il effectuera, le 12 avril 1961, une révolution autour de la Terre dans la capsule Vostok en 1 heure et 48 minutes et parcouru 40.000 km. Il est le premier homme dans l'espace. Youri Gagarine décéda en mars 1968 dans un accident de jet biplace d'entraînement. Il fut enterré au Kremlin et demeure en Russie un héros national.

Le premier homme dans l'espace était donc un fondeur de formation.

L'un de nos amis Claude Gillet et confrère du célèbre fondeur, propose à notre attention deux images du vaisseau :

mardi, 8 septembre 2020

André Antonetti nous a quittés.

Il a été pendant 15 ans le professeur de mathématiques des cours du samedi que j'organisais au CET des Ecluses Saint Martin pour le Syndicat des Fondeurs. Georges Chappuis le pass directeur de l'ESFF, Gerard Baur le métallurgiste du Poitou, et Matthieu Mérian avaient avec lui permis à certains jeunes fondeurs de prendre l'ascenseur social qui pour certains les ont conduits à l'ESFF et à la direction de belles fonderies. Le fils de Mme Galland, actionnaire du Bélier dont on parle ci-dessous a suivi ces cours dans les années 74 75. ce lundi 13 avril 2020, emporté par le coronavirus, à l’âge de 88 ans. Le Laboratoire d’Optique Appliquée où il a passé toute sa carrière lui doit beaucoup, ayant profité de son enthousiasme contagieux et de sa vision de l’avenir. C’était un battant, un homme visionnaire au rayonnement chaleureux.

André est né en Corse et aimait ce pays où il a passé une partie de son enfance dans la maison familiale. Après des études à la Faculté des Sciences de Paris, il entre dans un laboratoire de l’Ecole polytechnique alors dans le quartier latin, le laboratoire du professeur Vignal. Ce laboratoire éclate lors du déménagement de Polytechnique à Palaiseau et la partie qui s’intéressait aux lasers, alors balbutiants, devient le Laboratoire d’Optique Appliquée, sous la double tutelle de l’Ecole polytechnique et de l’ENSTA qui l’héberge dans les locaux de la batterie de l’Yvette.

Au milieu des années 70, André Antonetti fonde avec Gérard Mourou le groupe des sciences ultrarapides. Après le départ de ce dernier à Rochester (USA) en 1977, c’est lui qui dirige cette petite équipe qui grossit avec l’arrivée de chercheurs venant de l’extérieur et apportant leur compétence dans des domaines variés (physique du solide, chimie, biologie, médecine…) tout comme avec l’apport progressif d’autres membres du LOA. Son sens de l’accueil chaleureux et sa capacité à animer un groupe y sont pour beaucoup.

Après le départ d’Alain Orszag, il devient le directeur du LOA, poste qu’il occupera jusqu’en septembre 1998 à son départ en (semi-)retraite. Il inspirera la stratégie du laboratoire vers des axes prometteurs et se démènera pour trouver les financements correspondants. Ce sera l’époque des premiers contrats européens. Il s’est aussi battu pour faire reconnaître la valeur du LOA dans le monde académique, malgré la suspicion (à l’époque) qu’apportaient les financements par contrats. Cela s’est traduit par une association à l’INSERM, puis au CNRS.

Ceux qui l’ont connu se rappellent sa porte ouverte à tous, son sens de l’écoute, les discussions devant un café, ses possibilités d’émerveillement, ses projets de collaborations internationales, l’attention qu’il a portée aux aménagements des sous-sols de la batterie pour en faire des salles d’expérience et aux constructions nouvelles et tant d’autres choses…

André avait un très grand sens de la famille. Le LOA présente ses condoléances à sa fille et ses deux fils, ainsi qu’à ses petits enfants. Les règles sanitaires ne nous permettront pas de l’accompagner vers sa dernière demeure, mais nos pensées seront avec lui.

mercredi, 26 août 2020

Kossi Traoré : un artiste sculpteur fondeur de Bronze

Ouest France -Saint-Brevin-les-Pins.

Une manivelle entraîne une roue qui elle-même entraîne une petite turbine,qui souffle sur les braises pour atteindre les 1 200 degrés nécessaires à la fusion du bronze.

Plus que quelques jours pour visiter l’exposition de Kossi Traoré, salle des Roches à Saint-Brevin. Il faudra prendre un peu plus de temps pour assister à la démonstration qu’il donne, plusieurs fois par jour, de la création d’une œuvre d’art en bronze, grâce à l’utilisation de la cire perdue.

Comment ça fonctionne ?

« J’achète la cire chez les apiculteurs, je place le bloc près du feu et ça devient un peu de la pâte à modeler. Sur cette matière, je crée la forme, par exemple un oiseau ou un crocodile, explique-t-il. J’entoure cette cire avec de l’argile et je prends soin de laisser un petit trou dans l’argile qui entoure mon original de cire. J’enfourne le tout à 1 200 degrés dans un four creusé à même le sol que j’alimente grâce à mon système de forge. Le moule se vide de la cire pendant que le bronze est en fusion. Il ne me reste plus qu’à verser ce magma dans le moule qui prend la place de la cire. Ponçage et patine, après refroidissement, viendront créer l’œuvre. »

L’artiste sculpteur, originaire du Burkina-Faso, pratique cet art depuis l’âge de sept ans. Son exposition est un véritable voyage d’initiation à la technique de réalisation de sculpture ancestrale.

lundi, 24 août 2020

Saint Dizier enrichit son fonds Guimard

L' Ardennais sur recommandation de Fabrice Morassi ESFF 76 ici remercié Cliquer sur le texte pour un confort de lecture

samedi, 22 août 2020

Racheter l'ex-usine de Pechiney à Gardanne

Africa Intelligence -

Condamné en Allemagne pour sa gestion d'une fonderie, le co-fondateur de Monaco Resources veut racheter l'ex-usine de Pechiney à Gardanne, Principale usine de transformation de la bauxite guinéenne en alumine, l'usine française d'Alteo,, est en liquidation judiciaire. Parmi les repreneurs figure la holding Monaco Resources dont le fondateur Axel Fischer a été lourdement condamné en Allemagne pour sa gestion... d'une usine d'alumine.

L’ENTREPRISE LIBÉRÉE PAR LE PETIT PATRON NAÏF ET PARESSEUX,

DE JEAN-FRANÇOIS ZOBRIST

Et si l’entreprise libérée s’imposait comme le modèle de la société bouleversée par le Covid-19 ? Bien qu’écrit avant la crise, le livre de Jean-François Zobrist, l’ancien patron de Favi connu pour avoir brisé les codes avec succès dans la fonderie picarde, résonne dans l’actualité. Entre témoignage et manuel d’anti-management, il permet de mieux comprendre les coulisses de l’entreprise libérée pour tous ceux qui veulent changer l’entreprise "classique". L entreprise liberee par le petit patron naif et paresseux couv

Entre témoignage et manuel d’anti-management, L'entreprise libérée par le petit patron naïf et paresseux, de Jean-François Zobrist, permet de mieux comprendre les coulisses de l’entreprise libérée @editions du cherche midi

LE PITCH

Entre 1983 et 2009, la fonderie picarde FAVI va vivre une expérience humaine, managériale et commerciale intense. Pendant 30 ans, Jean-François Zobrist, qui se définit lui-même comme un "petit patron naïf et paresseux" met en œuvre un "management de bon sens", fait d’écoute et de reconnaissance des ouvriers. En brisant les codes de la hiérarchie et de la "gestion des ressources humaines enseignées par les écoles de commerce" et en s’inspirant de méthodes japonaises, il produit un cash-flow de 20 % inédit dans son secteur, multiplie par sept son personnel et fait croître son entreprise. Ce faisant, les salariés touchent jusqu’à 18 mois de salaires…

Ce modèle, le professeur Isaac Getz le théorisera par ce que l’on appelle aujourd’hui l’entreprise libérée. Il en existe près de 500 en France et une centaine d’autres dans le monde, estime Jean-François Zobrist qui continue à porter son témoignage auprès des patrons ou étudiants dans de nombreux pays du globe. Son livre se lit comme un récit de pionnier tout autant que comme un manuel de mise en place des grands préceptes de l’entreprise libérée.

LE MOT DE L’AUTEUR

Écrit avant la crise du Covid-19, le livre entre cependant en résonance forte avec l’actualité, car les préceptes de l’entreprise libérée ont pu être mis en œuvre dans cette situation inédite estime Jean-François Zobrist. "Dans l’entreprise libérée, le client doit être au centre de toutes les attentions comme le malade au cœur de la crise sanitaire. Dans l’entreprise libérée, on insiste sur l’importance de la reconnaissance du travail de l’ouvrier tout comme l’ont a applaudi les soignants lors du pic de mortalité. Dans l’entreprise libérée, toute la société est à disposition des ouvriers, comme on a dû être à l’écoute et à disposition des soignants, agriculteurs, transporteurs et ceux qui sont indispensables à notre quotidien…"

"La crise que nous vivons a instantanément balayé les jeux de rôles financiers, monétaires, politiques, militaires ou stratégiques pour s’adapter au jour le jour au gré des circonstances par des actions intuitives certes imparfaites, à efficacité partielle mais immédiates. Les structures ont volé en éclat et cela a permis de gagner un temps considérable sur les solutions à mettre en œuvre. Malheureusement, le changement a été de courte durée car les tenants de la structure ne veulent pas revenir sur leurs acquis !"

L’EXTRAIT

Si vous êtes un patron, ne lisez ce livre que si vous acceptez :

- D’abandonner tous les reportings et autres réunions qui ne servent qu’à satisfaire votre égo de chef

- D’abandonner votre place de parking réservé

- De lâcher prise et d’accepter de ne plus tout savoir ni tout contrôler

- De chercher le bonheur de vos collaborateurs qui créé de la valeur et de vous atteler à la tâche difficile de réorienter la structure vers des tâches réellement productives telles que le commerce, la recherche-développement et le bureau d’études

- De remettre en cause votre rôle de chef organisateur pour humblement vous effacer devant l’autonomie de chacun et devenir le porteur et le garant de quelques valeurs fédératrices dans un esprit de bienveillance- mais de bienveillance implacable.

En contrepartie vous rendrez vos collaborateurs heureux, donc verrez votre cash-flow exploser et cela sera la conséquence et la récompense de votre humilité – sans avoir été son but.

Et si vous n’êtes pas patron, ce n’est pas une raison pour baisser les bras.

Béatrice Héraud, @beatriceheraud

L’entreprise libérée par le petit patron naïf et paresseux, Jean-François Zobrist, éditions Cherche-Midi, 2020, 198 pages.

dimanche, 9 août 2020

Sablé sur Sarthe : qui est Denis Rocher ?

Actu -

Denis Rocher a été élu adjoint du maire de Sablé (Sarthe) en charge du commerce. Parmi les premiers projets à défendre, on compte le marché de la place du champ de foire. Denis Rocher, 57 ans, 7e adjoint chargé du commerce et des relations avec les entreprises, fait partie du noyau dur de l’équipe de Nicolas Leudière, le nouveau maire de Sablé (Sarthe). « Avec Nicolas, on se connaît depuis plus de 15 ans. Je faisais de la clarinette et j’ai intégré l’orchestre Crescendo qu’il dirigeait », explique-t-il.

Manceau, Denis Rocher est arrivé à Sablé en 1985 pour travailler à la fonderie Grandry, des études de fondeur et un BTS informatique en poche.

En m’embauchant, le patron de l’époque, Claude Pion, m’a lancé : un fondeur informaticien, ça peut rendre service ».

Le début de 35 ans chez Grandry.

Retour sur son évolution professionnelle Au fil des repreneurs, les fonctions de Denis Rocher ont évolué. « J’ai commencé par m’occuper du développement de pièces nouvelles. En 1990, je suis devenu responsable informatique ».

En 1999, à l’arrivée du groupe CF2M, le Sabolien devient responsable achats puis en 2010 gère une partie de la partie commerciale « France », puis l’export. Peu après la reprise de Grandry par Poclain, nouvelle évolution, Denis Rocher devient responsable du service logistique et administration des ventes.

Dernièrement, en désaccord avec la nouvelle direction, il quitte la société. « Je cherche désormais un emploi ».

Lire la suite...

mercredi, 5 août 2020

Notre amitié à Fédéric Tritz

et à sa maman, laquelle pendant de longues années accompagnât le papa de notre Président dans une cruelle maladie.

Le Papa de Frédéric était le collaborateur de Guy Desrues dans la fonderie de Raon l'Etape (88) entreprise qui a de nombreuses fois changé de nom et d'actionnaire.

A nouveau, en votre nom, nous nous associons à la peine de Frédéric, de sa maman et de la famille.










A travaillé de 1957 à 1994, dans la même entreprise. Texrope, Brook Hansen, .. Il est rentré comme ouvrier pour occuper tous les postes, sans formation, et a évolué en prenant les responsabilités d'un chantier de moulage, de la fusion, du parachèvement., ... Il a mis au point avec Borden le chantier de moulage à prise chimique et a participé avec volonté, opiniâtreté à l installation de la nouvelle fonderie sans compter ses heures et en oubliant sa santé. Il est parti en retraite en étant cadre et apprécié de tous ses collègues. Il m' a fait aimer la fonderie, les femmes et les hommes qui la composent. Merci à toi et au revoir !

- page 1 de 34