la fonderie et piwi

Le blog de l'amicale AAESFF

Pour ne rien dire, ou presque, Pour ne pas s’envoler dans le commentaire, Pour rester à la confluence du savoir et de l’ignorance : au pied du mur. Montrer : comment c’est , comment ça se passe, comment ça marche. Diviser les discours par des faits, Les idées par des gestes, par des photos Juste les commenter quotidiennement

Logo AMF 1-6-16 logo cavenaghi Logo BMF 5-10-18 Logo JML oct 2018 Logo Elkem 1-6-16



Visiteurs : 114493
Aujourd'hui : 1231
En ligne : 7

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

lundi, 16 septembre 2019

La statue de Jeanne d'Arc à Saint-Pétersbourg, confiée aux ateliers d'art de la Fonderie Susse...

J'avais apprécié la statue de Jeanne d' Arc l'an passé à La Nouvelle Orléans. J'apprécierai volontiers celle de Saint Pétersbourg en 2020. Elle vient d'être confiée à la fonderie Susse. Elle sera livrée à l'occasion des 100 ans de la canonisation de la pucelle d'Orléans.

Autres infos en attente de Daniel Beuglet et de son camarade de promotion aux arts : leurs pdf ne sont pas dispo pour le blog. Des jpeg conviendraient.

lundi, 9 septembre 2019

"Fleur de Ciel" , Bronze Original Unique

Piwi est très heureux de vous dévoiler "Fleur de Ciel" , Bronze Original Unique 1/1 sur socle en fer forgé, œuvre de notre amie Anne Boisaubert commandée par la Mairie de la Ferté-Saint-Aubin et inaugurée ce samedi 7 septembre dernier dans le jardin à l'entrée du Complexe Sportif et Associatif où elle a été accueillie ! Cette sculpture est le fruit d'une belle aventure artistique et humaine sur le thème imposé de l'architecte "équilibre et mouvement".

Les remerciements de notre artiste : - au modèle, la très belle danseuse : Maureen Souville Chassaing,

- à la Fonderie d'Art Delmas qui a réalisé le Bronze,

- à Filippo Ferronnerie associé au projet pour réaliser le socle. L'équipe JF..BA se rappelle aussi de la superbe démonstration d'Anne & de son mari, dansant le tango argentin chez Patrice Moreau.

Que de talents !!!

samedi, 7 septembre 2019

Les cloches, objets de luxe depuis l’âge du bronze

La Gazette de Drouot -Le 05 septembre 2019, par Anne Foster

Réalisé sous le règne de Kangxi, ce huang zhong, ou cloche brillante, était destiné à un orchestre pour célébrer victoires militaires et événements rituels. Chine, époque Kangxi (1662-1722). Cloche rituelle bianzhong en bronze doré, à décor en relief de deux dragons à cinq griffes au-dessus de vagues écumantes à la poursuite de la perle enflammée, alternant avec deux cartouches renfermant les inscriptions «Huang Zhong» et «Kangxi Bing Shen Nian Zhi», correspondant à la date de 1716, h. 20,9 cm. Estimation : 200 000/300 000 €.

Un événement eut lieu en 1759 dans la province du Jiangxi : un paysan découvrit onze cloches en bronze, qu’il transmit au gouverneur de la province. Ce dernier en fit présent à Qianlong, qui les plaça dans un pavillon, rebaptisé «Yungu Tang» («Vieux Pavillon des jeux de rimes»), situé dans le parc Xiyuan, non loin du vieux palais d’Été. Connues et décrites comme «les cloches Zhou», elles prennent une place importante dans le traité de musicologie chinoise publié par l’empereur, ouvrage débuté par son grand-père.

Lire la suite...

jeudi, 5 septembre 2019

L'Orient - Express : « le train des rois, le roi des trains »,

La lettre du cheminot et des photos Piwi gare de l' Est. Sept voitures, trois ans de rénovation, une dizaine d’entreprises d’artisanat d’art : voici l’équation de la reconstitution des voitures historiques Pullman Orient-Express rachetées par SNCF en 2011 au nom de la préservation du patrimoine. L’Orient-Express, surnommé à juste titre « le train des rois, le roi des trains », a marqué l’histoire ferroviaire française et l’imaginaire international. Soucieuse de préserver le patrimoine ferroviaire et l’art du voyage que la CIWL avait créé avec succès, SNCF a racheté en 2011 au groupe hôtelier Accor sept voitures historiques Pullman Orient- Express, construites dans les années 1920 : trois voitures- salon, trois voitures-restaurant, une voiture-bar. S’en est suivi, de 2015 à 2018, un ambitieux programme de restauration associant savoir-faire industriel et artisanat d’art pour rendre à ces voitures leur luxe originel. Pas moins de trente entreprises sont intervenues sur ce chantier en liaison avec les ateliers de maintenance et les bureaux d’études de SNCF, les Ateliers de construction du centre (ACC), à Clermont-Ferrand, ont entièrement démonté les voitures pour réviser les parties mécaniques et électriques (bogies, système de freinage), et les remettre entièrement à neuf. L’aménagement intérieur et la décoration des voitures – boiseries en acajou vernis au tampon, marqueteries en étain sur fond de loupe de bouleau de Norvège, objets en laiton chromé et autres métaux, câbles électriques gainés de tissu, velours des rideaux, brise-bise, moquettes et sièges – ont été confiés à plusieurs entreprises labellisées Entreprises du patrimoine vivant (EPV), qui détiennent des compétences uniques. Les superbes panneaux en marqueterie (bois exotiques) conçus par René Prou et les boiseries (placage de peuplier) assorties des compositions du maître verrier René Lalique (pâte de verre, paillettes d’argent) ont été restaurés par l’Atelier Philippe Allemand, à Issoire. La Manufacture royale d’Aubusson s’est chargée des moquettes au motif évoquant des rails de chemin de fer (créé par Suzanne Lalique), et l’Atelier Nivet à Riom des tapisseries des fauteuils et banquettes sur lesquels le célèbre détective Hercule Poirot s’est assis au cours de son enquête sur Le Crime de l’Orient- Express… Les fauteuils à oreilles ont été restaurés par la Manufacture Besse, à Neufchâteau. Les abat-jours ont été confiés à l’Atelier Hugues Rambert, à Vichy. Le lettrage a été livré par la Fonderie Macheret, dans la Sarthe. Depuis, plusieurs fois dans l’année, la filiale Orient Express, détenue à 50 % par la SNCF et 50 % par le groupe hôtelier Accor, attelle ces merveilles sur roues pour des opérations événementielles de prestige pour le compte de sociétés telles que Chanel. Et cet été, d’heureux élus ont voyagé dans ce train mythique jusqu’à Montreux pour assister au fameux festival de jazz, créé par le regretté Claude Nobs.

mardi, 3 septembre 2019

J'ai rêvé d'un autre monde

Quatre Bronzes sont nés à la Fonderie d'Art Delmas cet été, d' autres visuels sont à voir sur le lien suivant du site : http://www.anne-boisaubert.fr/bronzes-3-a54075.html

Question du jour

Dans le cadre du projet pour la reconstruction à l'identique de notre ancienne fontaine de village, je recherche depuis de nombreux mois sans succès, les éléments de décoration (anciens) en fonte, suivants : (Origine : Fonderies d'Art du milieu XVIIIème situées en Haute-Marne ?...) _ Une boule à pointe sur pied, en fonte (Diam. 25 à 30 cm maxi, et hauteur totale 60 cm environ) (Pour décorer la tête de colonne)

Lire la suite...

dimanche, 1 septembre 2019

Paris, canal de l'Ourcq

La manœuvre d'une route sur passerelle

jeudi, 29 août 2019

Elle embellit les Montbéliardes avec ses cloches en bronze !

Siv Chheng Tiv, une franc-comtoise formidable qui embellit les Montbéliardes avec ses cloches en bronze ! Par Bertrand Fissot France Bleue - Cette année, la Montbéliarde, comme la Tour Eiffel, fête son 130ème anniversaire ! L'occasion de mettre en avant ceux et celles qui vont vivre cette race.

Notre franc-comtoise formidable est Siv Chheng Tiv, directrice de la fonderie artisanale de cloches en bronze "Jean Obertino et fils" à Morteau, dans le Doubs. L'histoire de la fonderie débute à la fin du XVIII° siècle lorsque la famille OBERTINO à quitter son Italie natale. Jean OBERTINO s'installe à Morteau en 1931.

Mais pourquoi cette reprise ? Pour Siv Chheng, cette reprise représente "un aboutissement professionnel", lié au désir d'entreprendre. Elle souhaite pérenniser un artisanat riche et ancestrale.

Arrivée en France à 9 ans, Siv Chheng a toujours côtoyé et approché des vaches avec des cloches au cou. Ca a donc été un "vrai honneur" pour elle de pouvoir reprendre cette entreprise.

Du coup avec cette reprise, Siv Chheng a réalisé un rêve d'enfant. Elle adore la Montbéliarde. Et aujourd'hui encore, les cloches Obertino sonnent de la même façon dans les prés qu'à leur origine. Siv Chheng nous l'explique avec beaucoup d'émotion !

Elle revient également sur l'importance des cloches pour les Montbéliardes.

Posséder une cloche, c'est comme posséder un bijou pour les agriculteurs.

lundi, 26 août 2019

Carte postale de Nouvelle Zélande : des tampons fonte

pour regards ... situés dans les rues de Queenstown.

Lire la suite...

mercredi, 21 août 2019

Question du jour :

Rollin Odile - odilevictoria@gmail.com Je souhaitais savoir si, à partir de mes sculptures, 40 cm environ, en terre cuite, vous pouvez me les transformer en bronze... Merci de votre réponse...

- page 3 de 84 -