la fonderie et piwi

Le blog de l'amicale AAESFF

Pour ne rien dire, ou presque, Pour ne pas s’envoler dans le commentaire, Pour rester à la confluence du savoir et de l’ignorance : au pied du mur. Montrer : comment c’est , comment ça se passe, comment ça marche. Diviser les discours par des faits, Les idées par des gestes, par des photos Juste les commenter quotidiennement

Logo Elkem 1-6-16 Logo AMF 1-6-16 Logo EuropIron 12-7-16 Logo Brefond 19-7-16 Logo sogemi 24-10-16 Logo FirstAlloys 23-12-16



Visiteurs : 991978
Aujourd'hui : 574
En ligne : 6

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mardi, 14 novembre 2017

L’apprentissage, une clef de la réussite depuis des siècles

Chronique de Jean Marc Vittori

L’apprentissage est un formidable levier de progrès. Pour développer l’activité en Europe au Moyen Age, pour lutter aujourd’hui contre le chômage des jeunes, pour préparer le monde de demain.

C ’est un moment crucial de la vie active. C’est aussi un échec majeur de la France. Le passage de l’école à l’emploi échoue trop souvent. Un jeune actif sur quatre est au chômage. Et pour beaucoup d’autres, l’entrée dans la vie professionnelle est un douloureux parcours du combattant. Voilà pourquoi la rénovation de l’apprentissage que veut mener le gouvernement est une réforme essentielle, même s’il ne s’agit que d’un outil parmi d’autres de l’entrée dans le monde du travail.

L’enjeu dépasse l’aménagement de tel ou tel dispositif. La montée en puissance de l’apprentissage dans l’Europe médiévale expliquerait… l’avancée prise par le Vieux Continent dans la révolution industrielle ! En France, l’apprentissage est un magnifique concentré des travers nationaux. Il est d’abord marqué par une méfiance générale. Méfiance de l’Education nationale vis-à-vis des entreprises, suspectées de vouloir exploiter la jeunesse, ce qui aboutit à des formations peu adaptées. Méfiance des enseignants et des parents vis-à-vis de filières jugées peu valorisantes, ce qui constitue un handicap dans un pays où les statuts ont une importance majeure. Méfiance des entreprises vis- à-vis d’une administration sourcilleuse. On ne compte plus les exemples délirants.

Lire la suite...

lundi, 13 novembre 2017

POCLAIN TECHNICAST (72) accueille les stagiaires du Cyclatef A3F, dédié aux sables à vert

Notre groupe de formation a eu le plaisir d’être reçu par l’équipe technique de cette fonderie qui appartient au groupe Français Poclain. Cette fonderie initialement crée en 1848, par les frères Grandry, à Nouzonville dans les Ardennes, et installée depuis 1939 à Sablé sur Sarthe est la preuve que la transmission du savoir faire, couplé à des capacités d’innovation, permettent à notre métier d’attirer des industriels de renommée mondiale.

Le groupe Poclain a en effet annoncé en 2015, la reprise de cette fonderie reconnue notamment pour son savoir faire dans les composants hydrauliques coulés en fonte GS.

Accueilli par MM Denis Rocher, Pascal Poussier et Jean Yves Merlevede, nous avons dans un premier temps pu découvrir les multiples produits et techniques de cette fonderie au travers de vidéos.

La visite des ateliers a ensuite permis d’illustrer de façon pratique, le thème de notre session de formation. La visite de la sablerie récemment modernisée, dotée d’un nouvel outil de préparation et de contrôle d’aptitude au serrage, (on ne dit plus malaxeur, mais mélangeur selon nos spécialistes de la préparation du sable à vert), les explications techniques de nos hôtes, ont été très appréciées pas nos stagiaires.

La visite complète des ateliers a permis à notre groupe de comprendre que les récentes installations et les investissements des dernières années, tels que ceux découverts dans l’atelier de noyautage, à la fusion, en finition vont être suivis dans les mois à venir par d’autres moyens destinés à améliorer la productivité la capacité de production et les conditions de travail du site de Sablé sur Sarthe.

Un vrai plaisir pour les professionnels que nous sommes de voir que des fondeurs investissent pour l’avenir, ici comme ailleurs où la fonderie a une place importante et participe aux développements techniques et industriels nécessaires aux évolutions de notre société. Notre session 2017 à laquelle s’est joint Mr Benoit Augendre des Fonderies de Brousseval, ici remercié par notre association, aborde également le délicat sujet de traitement des sables usagés.

Mr. Benoit Augendre a présenté le projet qu’un groupe de fonderies a mené pour apporter une réponse positive à ce sujet sur lequel travaille nombre de fondeurs Français, nos instances, les fournisseurs de matériels…. Nous avions découvert en 2016 lors de la visite du site de PSA Sept Fons dans l’Allier des procédés innovants pour le recyclage des sables et la réduction de quantités importantes de sables rejetés.

Nos formations inter entreprises sont à ce titre, intéressantes, car elles permettent d’étendre les présentations et les bases nécessaires à la formation et au perfectionnement des ingénieurs et techniciens de notre métier, tout en ouvrant ces formations de base, aux nouvelles techniques et matériaux récemment mis en œuvre par les industriels de notre profession, la Fonderie.

C’est en quelque sorte la nécessité d’allier, savoir faire et faire savoir…….. Nos associations, l’ATF et A3F remercient ici Mr Philippe Reynolds le directeur du site qui a ouvert la fonderie à la visite de notre groupe de formation Nous vous invitons pour plus de détails et de précisons à visiter le site de cette fonderie. https://www.poclain-technicast.com/fr/noyautage-metallurgie-complexe/ Patrice Moreau Vice Président de l' ATF

jeudi, 2 novembre 2017

la réforme de l’apprentissage

Prévue le 31 octobre, l’installation des quatre groupes de travail pour la réforme de l’apprentissage a été reportée au 10 novembre.

1 LES ENTREPRISES SORTIES DE L’ORNIÈRE. En matière d’apprentissage, les meilleurs élèves de la classe en Europe sont les pays qui ont mis les entreprises au cœur du dispositif. On peut donc s’attendre à ce que les branches gagnent en influence en matière de construction et d’évolution des diplômes. Avec l’Education nationale et les Régions on évitera des doublons entre les lycées professionnels et les centres de formation d’apprentis (CFA).

2 LA TAXE D’APPRENTISSAGE POUR L’APPRENTISSAGE. la totalité de la taxe d’apprentissage payée par les entreprises à hauteur de 0,68 % de leur masse salariale, se perd en route ; elle serait donc affectée au financement de l’apprentissage. Aujourd’hui cette taxe, les régions, en reçoivent 51 %, soit 1,6 milliard environ. Le produit de la taxe d’apprentissage serait orienté vers les formations aux métiers qui recrutent le plus. __ 3 UN CONTRAT DE TRAVAIL PLUS SIMPLE -__ Par rapport à l’apprentissage, la professionnalisation est ouverte en plus aux certificats de qualification professionnelle (CQP) à la main des branches et aux demandeurs d’emploi. Une entreprise peut signer un contrat n’importe quand. Bien que plus chers pour l’entreprise (quasiment pas d’aides et salaires plus élevés), les contrats de professionnalisation sont en forte progression là où ceux d’apprentissage font du surplace.

En toile de fond, il y a la question du statut de l’apprenti, et notamment de sa rémunération. Trois axes se dessinent donc  pour la refonte de l’apprentissage
Les branches professionnelles coifferaient l’apprentissage et les régions obtiendraient un financement dédié pour les chômeurs.

Rôle accru du monde professionnel, circuit de financement ou statut de l’apprenti

mardi, 31 octobre 2017

On connaît la chanson : "Pénurie d'étudiants en fonderie"

DENIS VILLENEUVE - Le Quotidien - mais ça se passe au Québec En dépit du fait qu’elles constituent un excellent passeport pour l’obtention d’emplois permanents bien rémunérés en milieux industriels, les formations en fonderie métallurgie et techniques de métallurgie du Centre de formation professionnelle de La Baie et du Cégep de Chicoutimi sont boudées et font face à une pénurie d’inscriptions.

Ce constat a été réalisé à la rentrée au CFP de La Baie, alors que le cours qui devait démarrer en septembre a dû être retardé au début octobre avec une cohorte de seulement quatre étudiants, ce qui est bien loin de suffire à la demande des employeurs qui cognent aux portes pour embaucher ce type de travailleurs.

Lire la suite...

jeudi, 12 octobre 2017

JFBA : Samedi 14 oct journée moulage chez Biezanek, un lieu d'expériences

Une des faiblesses de la France est que ses entreprises, petites et grandes, ne coopèrent pas entre elles. C’est pourtant un enjeu majeur pour la réindustrialisation de la France .

Le constat vaut aussi pour la formation professionnelle. Partout en France, l’industrie souffre, malgré un chômage élevé, d’un manque d’attractivité pour certains métiers comme ceux de la fonderie et d’un besoin de main-d’œuvre qualifiée que ne fournit pas le système éducatif. Sa productivité est en danger si rien n’est fait.

Décidé à réformer la formation professionnelle, le président vient d' annoncer sa volonté de faire de l’apprentissage « une filière d’excellence ».

JFBA est aussi un lieu qui casse les représentations négatives de la fonderie et qui réconcilie les jeunes et les moins jeunes avec ses métiers. JFBA imagine former aux postes où la main-d’œuvre est rare ou inadaptée aux besoins.

Comme Jean-Dominique Senard, le PDG de Michelin , que beaucoup souhaitent voir succéder à Pierre Gattaz à la tête de l’organisation patronale «il faut corriger un des grands défauts de l’apprentissage en France : l’inadéquation entre les offres d’emploi et les formations dispensées http://bfmbusiness.bfmtv.com/mediaplayer/video/universite-d-ete-du-medef-le-discours-de-jean-dominique-senard-975837.html 16mn - C'est aussi pourquoi JFBA se voudrait un lieu aux antipodes des usines de Zola, sales, dangereuses, toujours ancrées dans l’imaginaire des collégiens, de leurs parents et même des enseignants de l’Education nationale. A force d’entendre parler, comme souvent dans ce blog, d’usines qui ferment ou de délocalisations, tous pensent qu’il n’y a pas d’avenir dans l’industrie.

Destiné à combattre ces préjugés, JFBA aimerait avoir tous les atours de la modernité : accéder à un Fab Lab et à un Design Lab, et attirer vers les métiers de la fonderie.

Former en alternance, avec une filière dédiée aux « décrocheurs est aussi envisageable Le casse-tête du stage d’accueil serait ainsi en principe évité" .

samedi, 30 septembre 2017

Félicitations à la promotion sortante 2017 diplômée ce vendredi

promo sortante de l' ESFF bien sûr :

lundi, 4 septembre 2017

Forge-Fonderie : Nouvelle promo entrante 2017-2020 de l'ESFF !

Nous souhaitons la bienvenue à la nouvelle promo entrante 2017-2020 de SupDeuxF !

Peut-être que parmi cette belle équipée d'une trentaine d'élèves, trouvera-t-on un correspondant des élèves avec ce blog qui est celui notamment des anciens ESFF ? Que l'intéressé(e) se fasse connaître auprès de Piwi.

C'est jour de rentrée, mais toujours aussi calme côté fonderie

Alors 12,42 millions d’élèves retrouvent ce lundi matin (et mardi) le chemin des quelque 63 600 établissements scolaires que compte la France. Sur leur chemin, ils croiseront plus de 884 000 enseignants....

vendredi, 14 juillet 2017

Un élève du LT Gustave-Eiffel d'Armentières lauréat du Concours général des lycées et des métiers

La voix du Nord Patrick Cervoise, apprenti en baccalauréat professionnel fonderie au lycée Gustave-Eiffel, est arrivé premier au Concours général des lycées et des métiers 2017. Le ministre de l’Éducation nationale lui a remis son prix. De gauche à droite : Jean-Michel Blaquer, ministre de l’Éducation nationale, Patrick Cervoise, Jules Quénard (3 e ), Roméo Gravez (2 e ). Repro « La Voix » Pour ce jeune apprenti de 18 ans, l’année a été riche d’un point de vue scolaire et professionnel : obtention du baccalauréat professionnel en fonderie mention bien, lauréat du premier prix au Concours général des lycées et des métiers 2017 et obtention d’un contrat à durée indéterminée dans une entreprise de l’Aisne. « Je ne pensais pas participer, c’est un de mes professeurs qui m’en a parlé », dit-il.

Lire la suite...

vendredi, 7 juillet 2017

Concours Général : les fondeurs à l'honneur

dans le grand amphithéâtre de la Sorbonne . Félicitations à Patrick Cervoise (1er), Romeo Gravez (2e) et Jules Quenard (3e) pour leurs talents !

Avec en plus les félicitations du tout nouveau ministre de l'éducation.

- page 1 de 43