la fonderie et piwi

Le blog de l'amicale AAESFF

Pour ne rien dire, ou presque, Pour ne pas s’envoler dans le commentaire, Pour rester à la confluence du savoir et de l’ignorance : au pied du mur. Montrer : comment c’est , comment ça se passe, comment ça marche. Diviser les discours par des faits, Les idées par des gestes, par des photos Juste les commenter quotidiennement

Logo Elkem 1-6-16 Logo AMF 1-6-16 Logo EuropIron 12-7-16 Logo Brefond 19-7-16 Logo sogemi 24-10-16 Logo FirstAlloys 23-12-16



Visiteurs : 1031911
Aujourd'hui : 526
En ligne : 6

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mercredi, 17 janvier 2018

fab lab de base : un four

https://www.youtube.com/watch?v=H5DzbfzxG6c

mardi, 16 janvier 2018

ESFF : Voyage d'étude dans le sud-est de la France du 26 au 31 Mars.

Ce voyage a pour but de nous faire découvrir différents procédés au travers de différentes fonderies visitées. Ce voyage étant à la charge des apprentis, nous sommes à la recherche de sponsors/aides financières pour accomplir notre projet. bde.fonderie.forge@gmail.com

Flament Adrien président du BDE de l'ESFF, promotion 2019.

lundi, 15 janvier 2018

Un quart, voire un tiers, du budget de ESFF,

nécessite une campagne d’information pour recevoir la taxe d’apprentissage. C’est évidemment vital pour l'Ecole . Il est probable que certains membres du réseau de ce blog ont pu ou vont être sollicités directement par l'Ecole . La redondance dans ces cas n’est pas dramatique. Piwi vous remercie d'avance de l'intérêt que vous réserverez à ces sollicitations.

dimanche, 14 janvier 2018

Patrick Denis forme des ingénieurs en Chine et au Mexique

source : Les Alpes Mancelles Le fondeur de Saint-Rémy-de-Sillé La fonderie est un univers que connaît sur le bout des doigts Patrick Denis, un habitant de Saint-Rémy-de-Sillé. On a besoin de ses compétences au Mexique et en Chine !

Patrick Denis, qui habite Saint-Rémy-de-Sillé, va fêter son anniversaire en février 2018 au Mexique et la Saint Patrick en Irlande le 17 mars prochain. (©Les AM.) A 63 ans, il reste passionné par l’univers de la fonderie. Même à la retraite, il intervient de temps en temps pour former sur le terrain des ingénieurs en Chine et au Mexique. Rencontre.

Lire la suite...

lundi, 8 janvier 2018

La coulée, étape la plus impressionnante de la fonderie d'art

Var Matin Photo Hélène Dos Santos

Florie Carrer, compagnon du devoir, artiste plasticien et fondeur d'art nous accueille pour assister à une grande coulée, au cœur de l'atelier 960° à Carcès qu'elle partage avec Laurent Inquimbert et Bruno Cuffini.

Un jour exceptionnel après des heures de préparation.

toujours le même sourire, ici à la fonderie Vincent pendant son tour de France.

 

mercredi, 27 décembre 2017

La fonderie et les Compagnons du devoir du tour de France

Il y a déjà quelques années que les Compagnons du Devoir et du Tour de France ont réintégré le métier de la fonderie dans leurs rangs. Aussi Max Monet Descombey pour JFBA, Patrice Moreau pour l' ATF et Piwi pour l' Amicale ESFF leur ont rendu visite ce 23 décembre à leur siège 1 place Sint Gervais à Paris pour organiser et mieux concrétiser une collaboration efficace.

Aujourd’hui, déjà deux jeunes ont fini leur tour de France et ont coulé leur Chef d’Oeuvre pour être reçus Compagnons du Devoir.

Steven, l’un d'eux, souhaite nous faire part de son expérience et son ressenti sur son Tour de France au sein de l’AOCDTF (Association Ouvrière des Compagnons du Devoir et du Tour de France). « C’est à l'âge de 15 ans que la passion pour la fonderie s 'est emparée de moi : c’était à l'occasion d'un stage de découverte à la Fonderie d'art Clementi, où j’ai vécu une immersion complète dans ses ateliers, aujourd'hui fermés,malheureusement.

À la suite de cette fabuleuse rencontre, je me suis inscrit en Bac Pro, section fonderie au lycée de Chartres, aux côtés de Max Money Descombey, qui a continué d’alimenter ma passion. J’ai ensuite passé un CAP « mouleur noyauteur », option cire perdue à l’Atelier 960, centre de formation de fonderie d’art situé dans le VAR. J'y ai rencontré des personnes passionnées et pleines de ressources. À la fin de ma formation et l’obtention de mon CAP, mon ancien formateur Laurent Inquimbert -aujourd’hui Meilleur Ouvrier de France en fonderie d’art, m'a vivement encouragé à entrer chez les Compagnons, chose que j’ai fait avec enthousiasme, car les valeurs du compagnonnage que j’avais entrevu en me renseignant me touchaient particulièrement. Pour la première fois de ma vie je me suis retrouvé auprès de jeunes gens de mon âge avec qui je partageais un point commun essentiel : La passion pour nos métiers ! J’ai débuté mon Tour de France à la Maison des Compagnons de Paris où j’ai été accueilli au sein de la Communauté ; parallèlement je travaillais dans une fonderie de la région parisienne. Ensuite, grâce aux nombreuses Maisons présentes partout en France, le Compagnonnage m'a permis de partir à Reims, puis à Tours. Pour ma troisième année je suis parti à Rennes. Là, au sein de la fonderie Fondax, j’ai découvert le monde de l'alliage ferreux (aciers et inox) et des pièces mécaniques. Les Compagnons m'ont aidé à négocier et signer des contrats de professionnalisation, dont l’avantage premier est de pouvoir bénéficier, chaque année, de 6 semaines de formation auprès de lycées pro et autres centres partenaires : ainsi,en plus de l'enseignement quotidien reçu "sur le tas" en entreprise, j'ai pu explorer et approfondir d'autres sujets d'intérêt comme la cire perdue, les études de moulages, la métallurgie etc. A la suite de cette année en Bretagne, les Compagnons m’ont aidé à partir aux USA et m’ont surtout permis de trouver une embauche sur place. J’ai donc pu vivre 1 an à New York, expérience unique et inoubliable. Professionnellement, j'y ai découvert de nouveaux modes opératoires, dont le moulage au silico-argileux étuvé, par exemple.

Eh oui ! Le « Tour de France » ne se limite plus à la France !! Bien que ce ne soit pas obligatoire les Compagnons incitent vivement les jeunes à vivre pendant douze mois à l’étranger, ce qui permet de s’ouvrir pleinement au Monde.

À mon retour des États Unis, j’ai choisi de travailler dans une fonderie Lyonnaise pour y apprendre la coulée dans des moules en plâtre sous vide avec protection atmosphérique, technique utilisée pour des pièces de précisons. Au même moment et à titre personnel, au terme de ces 5 années sur le Tour de France, j'ai entrepris ce que l’on appelle le « Chef d’OEuvre ». Ce Chef d’oeuvre -nom auquel les Compagnons préfèrent le terme de « Travail de Réception », est une pièce que nous réalisons pour mettre en œuvre tout ce que nous avons appris, pour nous dépasser, montrer notre maîtrise et notre capacité à nous adapter, et qui, lorsque nous sommes « reçus », nous permet de passer du statut d’Aspirant à celui de Compagnon. Au même titre que des étudiants préparent une thèse, nous, nous présentons notre Travail de Réception ! Nous avons donc à œuvrer sur une pièce de qualité, et nous soumettons un travail de précision et de technique qui nécessite patience, volonté, persévérance et organisation.

Aujourd’hui Compagnon, je travaille à la fonderie d’art de Coubertin, organe de la Fondation de Coubertin, dans laquelle il m’est donné de suivre, en plus de mon travail, des cours d’histoire de l’art, de modelage, de gestion, de dessin d’art, de DAO etc.

Dans chacune des Maisons des Compagnons que j’ai intégré, année après année, j'ai trouvé une entraide exceptionnelle et j’ai ressenti le lien de fraternité qui uni les « itinérants » (Compagnons et Aspirants sur le Tour de France) et les « sédentaires » (Compagnons ayant finis leur Tour de France). Ces Maisons sont des lieux de vie et de partage quasiment uniques au monde.

Pour ma part ces années, qui sont passées si vite, resteront exceptionnelles ; elles m'auront aidé à structurer mes élans, mes envies et ma passion, et à affirmer mes valeurs ! Je ne peux que conseiller à tout jeune passionné par un métier et qui a l’envie de partager et de voyager de faire l’expérience des Compagnons !

Beaucoup de mots clefs définiraient le compagnonnage : passion, entraide, voyage, partage, curiosité … mais l’un d’eux reste Maître : la transmission. Transmission du savoir-faire des plus anciens aux plus jeunes, avec bienveillance, pour que ces techniques, témoins du génie humain, perdurent de génération en génération. » Aujourd’hui les Compagnons reçoivent donc des jeunes fondeurs : Soit diplômés et qui souhaiteraient continuer leur perfectionnement tout en passant de nouveaux diplômes, soit des novices qui souhaiteraient se spécialiser dans ce métier passionnant.

Il est proposé un accueil dans toutes les Maisons des Compagnons du Devoir du Tour de France ainsi qu’une aide pour démarcher les entreprises. Pour la formation théorique venant compléter l’apprentissage pratique au sein des fonderies, plusieurs accords sont mis en place avec des Lycées Professionnels et un centre de formation spécialisé dans la fonderie d’art.

Si vous avez une question quelconque, ou si vous voulez tenter l’aventure, vous pouvez contacter les numéros suivants :

Jéremy Thomas: 06 16 10 91 32 ismb@compagnons-du-devoir.com Florie Carrer: 06 77 82 36 35 compagnon.fondeur@gmail.com Steven Jeandonnet-Savy: 06 61 49 07 00 formation.fondeurs@gmail.com

dimanche, 24 décembre 2017

Armentières, Philippe Delzenne part en retraite

La Voix du Nord -

Après 34 années à Gustave Eiffel, Philippe Delzenne prend sa retraite Entouré de ses proches, de ses anciens collègues et d’anciens élèves, Philippe Delzenne a fêté son départ en retraite à Gustave Eiffel, un établissement qu’il a connu comme élève et comme professeur. Le jeune retraité s’est vu remettre, des mains de son ami de longue date Didier Delobelle, une statue de fondeur.

L’ambiance était conviviale, comme familiale en ce vendredi 22 décembre, au lycée Gustave Eiffel. Une trentaine de personnes étaient réunies pour le départ de Philippe Delzenne, professeur en fonderie depuis 1982, et en poste à Gustave Eiffel depuis 1983.

Un très bon professeur

À l’époque, il connaissait plutôt bien les lieux puisqu’il y avait étudié jusqu’en 1977. Philippe Cavalie, à ses côtés dans les années 70, parle d’un étudiant « sage, studieux et passionné ». Thibault Rousselle et Quentin Milliiot, sortis en 2013 et 2014 du BTS fonderie de Gustave Eiffel, qualifient Philippe Delzenne de « très bon professeur », « très pointilleux ».

Pendant plus de trois décennies, il a enseigné l’art de la fonderie à ses élèves. Cette filière voit son nombre de recrues diminuer petit à petit malgré les nombreux postes à pourvoir dans le secteur à cause « d’une mauvaise image de l’industrie » mais aussi un « manque de réputation de la filière fonderie » explique le désormais ex-professeur. « C’est en train de changer, mais il y a encore du travail », relativise-t-il.

Jean-Marc Desprez, inspecteur général de l’Éducation Nationale a tenu à féliciter Philippe Delzenne, l’un des acteurs principaux de la réussite de la filière fonderie de Gustave Eiffel. Celle-ci est « largement reconnue en France ». Philippe Delzenne a quant à lui remercié ceux qui ont compté tout au long de sa carrière. Bien qu’à la retraite, il n’en a pas pour autant fini avec Gustave Eiffel. Il a assuré qu’il serait là lors des portes ouvertes, le 18 mars. L’occasion pour lui de continuer à faire découvrir cette section fonderie au plus grand nombre.

mardi, 19 décembre 2017

Les Arts et Métiers de Châlons misent sur la fonderie

Par L'union -

Une aide d’1M € sur les fonds du CRSD permettra à l’Ensam d’implanter une presse de 1 300 tonnes. "Avant le coulage « traditionnel » de la fonte, le manipulateur retire la crasse des impuretés dans le métal en fusion à 1 400° C. "- Archive Christian LantenoisPhotographe: Archive Christian Lantenois



Le soutien de la recherche et de l’excellence est l’un des axes forts du Contrat de redynamisation du site de Défense (CRSD). Sans surprise, Le centre châlonnais de la prestigieuse école des Arts et Métiers ParisTech (Ensam) est l’une des institutions qui profite le plus de cette manne financière.

Lors de sa réunion mensuelle de décembre, le comité de pilotage du CRSD a acté, hier, une aide de 1 062 920 € hors taxe sur un investissement global de 1 328 650 € pour… édifier un nouveau bâtiment au sein du site historique des Gadz’arts. Un soutien pour de l’immobilier ? « Ce n’est possible que pour des projets de filière », explique Jean-François Hesry, directeur de la mission CRSD.

En l’occurrence, la création d’une plate-forme industrielle de fonderie ultra-performante qui requiert « une presse de 1 300 tonnes ; les locaux actuels ne peuvent l’accueillir, vu sa hauteur. Cette première phase comprend aussi l’aménagement du bâtiment, notamment un pont roulant. » Le permis de construire est sur le point d’être déposé ainsi que la demande d’une seconde aide pour le projet industriel proprement dit.

Le projet consiste à mettre en place un pilote industriel de fonderie sous pression, unique sur le territoire français

Selon le communiqué de presse, il consiste « à mettre en place un pilote industriel de fonderie sous pression, unique sur le territoire français, pour mener des projets de recherche qui permettront aux industriels de garder leur compétitivité à l’échelle mondiale Ces travaux amélioreront le procédé dans une optique d’usine du futur ».

Outre la fameuse presse pour l’injection de métal, un tomographe contrôlera la dimension et la santé des pièces produites, avec fabrication directe des moules métalliques/composites.

Giovanni Radilla, directeur du centre châlonnais de l’Ensam, a annoncé la couleur dès mars 2015 : « Notre vocation est d’avoir des plates-formes cofinancées par les industriels qui bénéficient des avantages que l’on va faire avec. En complémentarité avec le centre de Metz, qui travaille sur le procédé de la forge, le campus de Châlons se positionne sur le procédé de la fonderie. Nous travaillons sur l’élaboration de fonte aux propriétés mécaniques améliorées afin de mettre au point un matériau concurrent de l’acier au niveau des performances et du coût avec des procédés « propres » et durables. » Une production vertueuse qui limitera l’impact environnemental de la production.

Si vous rencontrez ces réactions autour de vous,

dans le cadre de projets, de mise en place d'outils, ou de changements de mode d'opération... ... cela signifie que vous avez besoin d'améliorer votre conduite du changement.

vendredi, 15 décembre 2017

L'habit ne fait pas le moine.... quoique

Mourad Toumi ESFF 99, notre ami et grand organisateur, ce dernier samedi à Lyon, d'une journée moulage n'était pas encore bien connu de la centaine de participants. Arrivé quasiment incognito pour certains, il s'était gentiment coulé, moulé dans la foule en échangeant sur le marché de l'emploi dans le monde de la fonderie, dont il est devenu une cheville plus qu'ouvrière. Il proposait déjà ses services, lui qui dirige les commissions emplois & carrières de nos associations. Changement de costume, celui que d' aucuns prenaient pour un technicien de surface retrouvant ici ses balais, en lieu et place de la crosse de Saint Eloi,

Lire la suite...

- page 1 de 44